Opinion

Résilience : la nouvelle boussole

Pour surmonter le choc de la pandémie de Covid-19, l’économiste écarte, dans sa chronique, l’idée d’un repli protectionniste, mais suggère de passer d’un objectif de réduction des coûts à celui de la réduction des risques.

By: Date: January 18, 2021 Topic: Global Economics & Governance

This opinion piece originally appeared in Le Monde.

Le Monde logo

« C’est seulement quand la mer se retire qu’on découvre qui nageait sans maillot » : formulée à propos de la tourmente financière de 2008, l’image de Warren Buffet s’applique parfaitement au choc pandémique de 2020. En même temps que la réactivité de nos hôpitaux la crise, chacun l’a vu, a mis à nu les carences de notre bureaucratie sanitaire et le déclassement de notre industrie pharmaceutique. Elle expose aujourd’hui l’excellence israélienne et le chaos américain.

Avec les faiblesses des nations, les crises révèlent aussi les failles des systèmes. Dans la tempête de 2008, les banques ont découvert qu’aussi émancipées des États qu’elles aient pu se croire, c’étaient en définitive de ceux-ci que dépendait leur survie. Réglementation, incitation et prudence se sont conjuguées pour enrayer une mondialisation financière qu’on croyait irrépressible. Résultat, les avoirs extérieurs des économies avancées, qui avaient été multipliés par quatre en dix ans, ont pratiquement cessé d’augmenter.

À première vue, il ne semble pas que la crise sanitaire ait donné pareil coup d’arrêt à la mondialisation économique. Selon les données du Bureau du plan néerlandais, les échanges mondiaux de biens sont en recul de 2% seulement sur un an, ni plus ni moins que la production industrielle, et le fret de containers est même en hausse de 6%. La croissance du commerce mondial a certes ralenti depuis 2008, mais on n’observe pas de démondialisation.

La commotion est cependant trop forte pour ne pas laisser de traces. Des décennies durant, l’impératif pour toutes les entreprises a été la minimisation des coûts. Parce que l’efficacité primait sur toute autre considération se sont constitués à l’échelle planétaire des réseaux de production d’une extraordinaire sophistication, gérés sur le modèle du just in time. Les États eux-mêmes s’étaient convaincus de ce l’immensité du marché mondial garantissait à tout moment et en tout lieu la sécurité des approvisionnements.

Cette croyance n’a pas survécu à la pénurie globale de masques et d’équipements médicaux. Les réseaux de production mondiaux ont bien résisté mais sécurité, autonomie et résilience sont partout les nouveaux mots d’ordre. De la même manière que depuis 2008 aucun banquier ne peut plus ignorer le risque de dévalorisation des actifs ou de stress de liquidité, aucun industriel ni aucun gouvernement ne peut plus ignorer le risque de rupture des approvisionnements.

Les protectionnistes de tout poil n’ont pas tardé à prôner une relocalisation générale. C’est oublier que dans cette crise, la mondialisation à aussi montré ses bienfaits : où en serions-nous si notre accès aux vaccins dépendait du seul Sanofi ? S’assurer de la continuité des approvisionnements, c’est d’abord diversifier les fournisseurs, négocier des clauses de sécurité dans les contrats, maintenir des stocks de précaution. Et si, bien sûr, l’état de notre industrie pharmaceutique appelle un réinvestissement, il ne faut pas se tromper d’objectif : le problème n’est pas que nous importions du paracétamol, mais que des masques aux respirateurs et des vaccins aux traitements, la France n’ait guère contribué à la réponse industrielle à cette crise. Comme l’ont montré Philippe Aghion et Élie Cohen (Le Covid et comment repenser notre politique industrielle, janvier 2021), l’indice de cette impotence, perceptible dès avant la crise, est que nous n’exportons plus de médicaments ou d’équipements sophistiqués.

Rupture il doit y avoir donc, mais pas celle que proposent les éternels nostalgiques de la ligne Maginot. Ce que les entreprises (et donc leurs actionnaires) comme les États (et donc leur citoyens) doivent dépasser, c’est une mystique de la minimisation des coûts et de l’efficacité productive oublieuse des risques. Ce qui importe face à la multiplication probable des alea, c’est de faire du concept de résilience un guide pour l’action.

Dans une conclusion provisoire à la série de webinars qu’il a organisée à Princeton (bcf.princeton.edu) depuis le mois de mars, Markus Brunnermeier s’attache à ouvrir des pistes. Pour une économie, dit-il, la capacité à se redresser après une commotion est affaire de diversité, de flexibilité et de croissance. C’est assez intuitif. La diversité, notamment sectorielle, s’impose, parce que c’est la pluralité des connaissances et des savoir-faire qui permet de répondre à des chocs inattendus – et a contrario la monoculture engendrée par la spécialisation à outrance est source de vulnérabilité. La flexibilité est nécessaire, parce qu’une crise oblige à réallouer dans l’urgence travail et capital – et c’est toujours la grande faiblesse de l’Europe en comparaison des États-Unis. Enfin croissance et résilience sont complémentaires, parce qu’une économie sans ressort risque à tout moment – on l’a vu dans les années 2010 – de basculer dans un cercle vicieux de récession. La réactivité de la politique économique est essentielle.

Brunnermeier suggère une quatrième idée, un peu confuse mais essentielle : la résilience est aussi affaire de contrat social. Chaque ménage peut accumuler de l’épargne, chaque entreprise s’assurer l’accès à la liquidité. Mais la résilience collective repose sur une forme d’assurance mutuelle qui ne peut être qu’implicite, parce qu’aucun contrat ne peut tout envisager. Le dispositif de chômage partiel et le soutien aux entreprises déployés en France n’étaient inscrits nulle part et ne pouvaient pas l’être. Ils ont été des facteurs essentiels du rebond économique du troisième trimestre. Quant au plan de relance européen, il n’était même pas jugé possible. C’est, nonobstant nos graves défaillances économiques, une source de confiance dans le vieux continent.

Après cette crise, il ne faudra certainement pas recommencer comme avant. Mais il y a beaucoup, beaucoup mieux à faire que de s’abandonner aux vieilles lunes.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint.

Due to copyright agreements we ask that you kindly email request to republish opinions that have appeared in print to [email protected].

Read article More on this topic
 

Blog Post

A world divided: global vaccine trade and production

COVID-19 has reinforced traditional vaccine production patterns, but the global vaccine trade has changed considerably.

By: Lionel Guetta-Jeanrenaud, Niclas Poitiers and Reinhilde Veugelers Topic: Global Economics & Governance Date: July 20, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

The European Union’s carbon border mechanism and the WTO

To avoid any backlash, the European Union should work with other World Trade Organisation members to define basic principles of carbon border adjustment mechanisms.

By: André Sapir Topic: Energy & Climate, Global Economics & Governance Date: July 19, 2021
Read article Download PDF
 

External Publication

Building the Road to Greener Pastures

How the G20 can support the recovery with sustainable local infrastructure investment.

By: Mia Hoffmann, Ben McWilliams and Niclas Poitiers Topic: Global Economics & Governance, Testimonies Date: July 15, 2021
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
09:00

The role of the EU's trade strategy for an inclusive and sustainable recovery

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - We are delighted to welcome Valdis Dombrovskis, Executive Vice President of the European Commission for An Economy that Works for People to talk about Europe's trade strategy.

Speakers: Valdis Dombrovskis and Alicia García-Herrero Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event
 

Past Event

Past Event

Financing for Pandemic Preparedness and Response

How can we better prepare for future pandemics? In this event, co-hosted by the Center for Global Development and Bruegel think tanks, speakers will present "A Global Deal for Our Pandemic Age", a report of the G20 High Level Independent Panel on Financing the Global Commons for Pandemic Preparedness and Response.

Speakers: Masood Ahmed, Victor J. Dzau, Amanda Glassman and Lawrence H. Summers Topic: Finance & Financial Regulation, Global Economics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: July 14, 2021
Read article More on this topic
 

Blog Post

Fair vaccine access is a goal Europe cannot afford to miss – July update

European countries must do more to tackle the vaccine uptake gap. Vaccination data should be published at the maximum granularity level so researchers and local decision-makers can monitor progress.

By: Lionel Guetta-Jeanrenaud and Mario Mariniello Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More on this topic
 

External Publication

A Global Deal for Our Pandemic Age

Report of the G20 High Level Independent Panel on Financing the Global Commons for Pandemic Preparedness and Response.

By: Tharman Shanmugaratnam, Lawrence H. Summers, Ngozi Okonjo-Iweala, Ana Botin, Mohamed El-Erian, Jacob Frenkel, Rebeca Grynspan, Naoko Ishii, Michael Kremer, Kiran Mazumdar-Shaw, Luis Alberto Moreno, Lucrezia Reichlin, John-Arne Røttingen, Vera Songwe, Mark Suzman, Tidjane Thiam, Jean-Claude Trichet, Ngaire Woods, ZHU Min, Masood Ahmed, Guntram B. Wolff, Victor J. Dzau and Jeremy Farrar Topic: Global Economics & Governance Date: July 9, 2021
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Strengthening the weak links: future of supply chains

What new supply chains trends will we see in the post-pandemic era?

Speakers: Ebru Özdemir, André Sapir and Guntram B. Wolff Topic: Global Economics & Governance Date: July 7, 2021
Read article Download PDF More on this topic
 

Policy Contribution

Commercialisation contracts: European support for low-carbon technology deployment

To cut the cost of decarbonisation significantly, the best solution would be to provide investors with a predictable carbon price that corresponds to the envisaged decarbonisation pathway.

By: Ben McWilliams and Georg Zachmann Topic: Energy & Climate Date: July 1, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

What to expect from the ECB’s monetary policy strategy review?

Emphasis will be placed on greening monetary policy and clarifying the ECB's price stability objective, but is this enough?

By: Maria Demertzis Topic: European Macroeconomics & Governance Date: June 23, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Podcast

Podcast

Avoiding a requiem for the WTO

The WTO has been 'missing in action': how can we restore the organisation's role as a global forum for cooperation on trade?

By: The Sound of Economics Topic: Global Economics & Governance Date: June 16, 2021
Read article More on this topic
 

Blog Post

The socio-economic consequences of COVID-19 in the Middle East and North Africa

Confronted with COVID-19, high-income Gulf countries have done better than most of their middle- and low-income neighbours; Jordan and Morocco are also positive exceptions.

By: Marek Dabrowski and Marta Domínguez-Jiménez Topic: Global Economics & Governance Date: June 14, 2021
Load more posts