Opinion

Ubu ou Machiavel?

L'administration Trump veut imposer une approche transactionnelle des relations économiques gouvernée par le rapport de force bilatéral en lieu et place du contrat multilatéral. Un défi d'une ampleur inédite pour l'Europe.

By: and Date: July 6, 2018 Topic: Global Economics & Governance

The opinion piece was published in Les Échos 

Le comportement de l’administration Trump défie la logique. Chacun voit bien que pour les États-Unis, l’enjeu stratégique central est la relation avec la Chine. Celle-ci est un rival géostratégique doublé d’un concurrent économique de plus en plus sérieux, y compris dans ce qui fait le cœur de la compétitivité américaine. Xi Jinping a commencé à formuler une conception des relations internationales alternative à l’ordre libéral dont les États-Unis ont été les promoteurs depuis trois quarts de siècle. Et pourtant M. Trump s’en prend à l’Europe et semble s’être donné pour priorité de saper les bases du leadership américain.  

Ce leadership reposait sur un contrat original et assez explicite : en échange d’un rôle prééminent dans la fixation des règles du jeu international, les États-Unis se contraignaient à agir le plus souvent dans le cadre de ces règles. C’était particulièrement vrai en matière de commerce international, puisque celui-ci était régi par les règles du multilatéralisme. C’était également le cas en matière de finance ou de régulation. Même en matière monétaire, domaine où il jouissait d’un « privilège exorbitant », Washington se soumettait aux principes du G7. Bien entendu, il arrivait qu’il s’en écarte. Mais assez rarement pour que le contrat tienne.

C’est ce contrat qui est remis en cause. Après la sortie de l’accord sur le climat, après des déclarations unilatérales sur le taux de change du dollar, l’offensive commerciale a été déclenchée. L’administration Trump entend faire prévaloir une approche transactionnelle des relations économiques. Au contrat multilatéral succède le pur rapport de force bilatéral.

L’Union européenne est évidemment particulièrement bousculée. Elle-même construite sur le droit, elle a toujours porté une conception des relations internationales fondée sur les règles. Autant que les tarifs douaniers qui lui sont imposés, elle vit ce changement de philosophie comme une agression.        

La situation est paradoxale car, quant au fond, l’UErejoint les États-Unis sur tout un ensemble de griefs à l’égard de la Chine. Comme eux, elle lui reproche de distordre la concurrence, de prendre des libertés avec la propriété intellectuelle et de cibler des acquisitions stratégiques dans les domaines technologiques. Comme eux, elle juge que les règles de l’OMC qui lui accordent un statut privilégié de pays en développement sont dépassées. Elle pourrait donc être pour Washington un allié économique de poids.  

Alors pourquoi? Ubu, ou Machiavel? Faut-il attribuer les foucades de l’administration Trump à un mélange d’irrationalité, d’inculture et d’incohérence ? C’est ce que lui reprochent, aux États-Unis même, la plupart des analystes. Ou bien faut-il rechercher une visée stratégique derrière son étrange comportement ?

La seule logique qui puisse lui être trouvée est que l’administration Trump vise à empêcher l’Union européenne de se positionner comme le troisième acteur d’un jeu États-Unis-Chine-Europe et à rétablir à l’égard de l’Europe une primauté américaine qui ne repose plus sur le leadership, mais sur la force. L’UE, qui dispose encore du plus grand marché mondial de biens et de services, est par nature opposée à une approche purement transactionnelle des relations internationales. Pour M. Trump, elle constitue donc un obstacle. Il ne veut pas un partenaire, mais des vassaux.        

Théorie du complot? « Nous aimons les pays de l’Union européenne, a déclaré Donald Trump le 28 juin. Mais l’Union européenne, bien sûr, a été créée pour tirer parti des États-Unis. Et nous ne pouvons pas laisser cela se produire ». Aucun président américain n’a jamais présenté l’UE comme un complot pour affaiblir les États-Unis ni suggéré que l’intérêt des États-Unis serait de traiter bilatéralement avec les pays européens.

Pour l’Union européenne, c’est un moment charnière. Les événements l’obligent à redéfinir ses finalités. Elle s’est construite sous la protection des États-Unis et dans le contexte du système international qu’ils dominaient. Pour cette raison, ses dimensions externes ont toujours été secondes. La signification de la crise actuelle est que cela ne tient plus : l’Europe doit fixer d’urgence son orientation stratégique vis-à-vis d’États-Unis distants, sinon hostiles, et de puissances émergentes dénuées de tendresse. Simultanément, elle doit décider de ce qu’elle entend faire pour sa sécurité, sa protection frontalière et sa politique de voisinage.

Si elle ne parvient pas à redéfinir les biens publics européens pour un monde fondamentalement différent de celui d’il y a dix ans, l’UE ne survivra pas en tant qu’institution significative. Si elle y parvient, elle retrouvera aux yeux des citoyens européens un objectif et une légitimité érodés par des années de revers économiques et politiques.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint.

Due to copyright agreements we ask that you kindly email request to republish opinions that have appeared in print to [email protected].

Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

The EU-China investment deal may be anachronic in a bifurcating world

Ultimately, only time will tell if this landmark trade agreement will be productive and counter the potential bifurcation of international value chains.

By: Alicia García-Herrero Topic: Global Economics & Governance Date: April 6, 2021
Read article Download PDF More on this topic
 

Working Paper

Interest in European matters: a glass three-quarters full?

Everything that increases the interest of European citizens in the EU, independently of whether it has a critical or a supportive character, will serve to move the EU closer to its citizens.

By: Francesco Papadia, Enrico Bergamini, Emmanuel Mourlon-Druol and Giuseppe Porcaro Topic: European Macroeconomics & Governance Date: March 23, 2021
Read article
 

Blog Post

An update: Vaccination in the EU

Progress has been made, but more progress is needed.

By: J. Scott Marcus and Niclas Poitiers Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: March 17, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

La dette : une obsession prématurée

Ce qui est malsain, avec la proposition d’annuler la dette, c’est le déni de réalité consistant à affirmer que l’Etat peut effacer une partie de ses engagements sans que cela ne coûte à personne.

By: Jean Pisani-Ferry Topic: European Macroeconomics & Governance Date: February 22, 2021
Read article More by this author
 

Opinion

Will COVID accelerate productivity growth?

The COVID-19 pandemic has prompted an increasing number of rich-country firms to reduce their reliance on global supply chains and invest more in robots at home. But it is probably too soon to tell whether this switch will increase productivity growth in advanced economies.

By: Dalia Marin Topic: European Macroeconomics & Governance, Global Economics & Governance Date: February 10, 2021
Read article Download PDF More on this topic More by this author
 

Opinion

Is a dollar crash coming?

Even if a sovereign debt crisis is avoided, the public debt burden will negatively impact growth.

By: Marek Dabrowski Topic: Global Economics & Governance Date: February 9, 2021
Read about event
 

Past Event

Past Event

Carbon Border Adjustment Mechanism: Greening the EU trade?

Assessing CBAM from a trade perspective.

Speakers: Suman Bery, Luis Garicano, Emily Lydgate and André Sapir Topic: Energy & Climate, Global Economics & Governance Date: February 4, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

Strategic autonomy or strategic alliance?

It is hard to imagine how either the EU or the US can do better on the big issues if they pursue their interests separately.

By: Maria Demertzis Topic: Global Economics & Governance Date: February 2, 2021
Read article Download PDF More on this topic
 

External Publication

China and the WTO: Why Multilateralism Still Matters

An examination of China’s participation in the World Trade Organization, the conflicts it has caused, and how WTO reforms could ease them.

By: Petros C. Mavroidis and André Sapir Topic: Global Economics & Governance Date: January 28, 2021
Read article Download PDF More on this topic
 

External Publication

Getting America Back In The Game: A Multilateral Perspective

How can friends of the multilateral system re-engage the United States under President-elect Biden?

By: Richard E. Baldwin, Chad P. Bown, Jonathan T. Fried, Anabel González, André Sapir and Tetsuya Watanabe Topic: Global Economics & Governance Date: January 28, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

RCEP對亞洲影響積極,無阻價值鏈重組

總體而言,雖然RCEP成員之間在市場准入上實際提升幅度有限(例如中國和澳洲),但這一協定的意義在於讓世界意識到,亞洲仍然依賴中國市場,亞洲國家不能錯過中國放寬市場准入的機會,即使幅度有限。

By: Alicia García-Herrero Topic: Global Economics & Governance Date: January 21, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Blog Post

Memo to the European Commissioner for Financial Services Policy

The Commissioner for Financial Services Policy should define and promote a vision for a sustainable global financial regulatory and supervisory order, based on the lessons from the previous major international financial crisis in 2007-09 and its aftermath. As a member of President Ursula von der Leyen’s “geopolitical Commission,” the Commissioner should lead in setting the international agenda and build global credibility by driving the corresponding “domestic” (ie EU) reforms at home. This memo focuses on the international aspects.

By: Nicolas Véron Topic: Global Economics & Governance Date: January 20, 2021
Load more posts