Opinion

Un grand pas pour l’Europe, mais le déficit démocratique demeure

Le 18 décembre, les ministres des finances européens ont annoncé un accord sur la mise en place d'un mécanisme de résolution unique (MRU) pour le traitement des crises bancaires. Certaines réactions présentent cet accord comme l'achèvement de l'union bancaire, d'autres comme un compromis impraticable. Cette apparente contradiction est révélatrice de la nature du projet d'union bancaire : radical et de long terme. Le MRU n'en est pas le point d'aboutissement, mais il illustre le chemin parcouru depuis son engagement en juin 2012.

By: Date: January 24, 2014 Topic: Macroeconomic policy

This article first appeared in the op-ed section of Le Monde.

Le 18 décembre, les ministres des finances européens ont annoncé un accord sur la mise en place d’un mécanisme de résolution unique (MRU) pour le traitement des crises bancaires. Certaines réactions présentent cet accord comme l’achèvement de l’union bancaire, d’autres comme un compromis impraticable. Cette apparente contradiction est révélatrice de la nature du projet d’union bancaire : radical et de long terme. Le MRU n’en est pas le point d’aboutissement, mais il illustre le chemin parcouru depuis son engagement en juin 2012.

Qu’est-ce que l’union bancaire ? Dans sa définition la plus simple, l’expression désigne le transfert au niveau européen des instruments de politique publique relatifs au secteur bancaire, en particulier la supervision, la résolution des crises et la garantie des dépôts.

La motivation est de rompre le cercle vicieux entre finances publiques et systèmes bancaires nationaux, identifié en 2011-2012 comme un facteur-clé de la crise de la zone euro. Sur le premier point, un mécanisme de supervision unique (MSU) a déjà été décidé et prévoit un transfert d’autorité, cette année, du niveau national vers la Banque centrale européenne (BCE).

La relation entre banques et Etats est au coeur du développement historique des économies européennes. Son transfert au niveau supranational est un changement structurel de grande ampleur et soulève la question du pouvoir politique, fiscal et budgétaire au niveau européen. Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a raison de suggérer une « union quadruple », bancaire, budgétaire, économique et politique, pour résoudre la crise.

Une union fiscale partielle et deguisee

Mais le débat sur l’union budgétaire et politique est gelé par la frilosité de nos gouvernants, le manque de confiance entre Etats membres et la difficulté de modifier les traités européens. Tant qu’il en est ainsi, l’union bancaire ne peut être qu’une construction incomplète. Toutefois, même inachevée, cette construction est un progrès majeur. L’union monétaire est rendue bien plus solide par une union bancaire même partielle.

Le MSU est à lui seul un gigantesque pas en avant pour la stabilité financière européenne. En comparaison, le MRU, dont les attributions se situent en aval du MSU, apparaît nettement moins convaincant, avec ses procédures hybrides entre Etats membres et Union européenne (UE), sa complexité byzantine, et sa mise en application conditionnelle et étagée entre 2015 et 2025. Le discours politique s’est focalisé sur la résolution des crises bancaires « à coût budgétaire nul », en faisant payer les créanciers et les banques elles-mêmes.

En réalité, une contribution imposée aux banques, comme l’impôt sur les sociétés, est une taxe, même si elle n’est pas directement prélevée sur les ménages. Elle revient à créer une union fiscale et budgétaire partielle et déguisée, d’où la méfiance compréhensible de certains gouvernements. Quant à faire participer les créanciers, l’intention est bienvenue, mais sa mise en oeuvre sera difficile.

Depuis le début de la crise, les gouvernements européens ont été beaucoup trop généreux avec les créanciers des banques, qui ont bénéficié d’un attachement excessif au maintien des champions bancaires nationaux. Mais, dans certains scénarios de crise aiguë, l’intervention publique est justifiée pour arrêter la panique. Le but est donc de trouver un meilleur équilibre en imposant une discipline fondée sur des incitations plus saines ; mais cet équilibre sera défini par la pratique des années à venir, autant, sinon plus, que par la législation en cours de discussion.

L’accord est une etape

Les Etats-Unis ont une meilleure discipline de marché sur ce point et ont pu fermer des centaines de banques depuis 2007 en imposant des pertes importantes à leurs créanciers. Mais leur système est lui-même loin d’être parfait, et il a fallu des décennies pour en arriver là. Le retard européen sur ce point ne sera pas comblé en une seule étape. A court terme, l’essentiel est ailleurs.

La mise en oeuvre du MSU requiert une revue des bilans des banques qui passent sous l’autorité de la BCE. Certaines de celles qui seront identifiées comme sous-capitalisées devront être restructurées par les autorités publiques nationales, bien avant la mise en place opérationnelle du MRU. C’est là que se joue le sort de l’union bancaire.

Si la revue des bilans manque son objectif de rétablissement de la confiance, il n’y aura rien à attendre du MRU, et la zone euro rechutera sans doute dans la crise. Mais si l’exercice s’achève avec succès fin 2014, l’héritage des échecs passés ne pèsera plus sur les négociations européennes comme aujourd’hui. Dans ce nouveau contexte politique, il n’est pas impossible d’imaginer que les questions de fond sur la responsabilité et la représentation, en d’autres termes l’union politique, puissent être abordées de manière renouvelée.

L’accord du 18 décembre n’est donc qu’une étape, et pas la plus importante, sur la longue route vers l’union bancaire en Europe. La question centrale, comme l’indiquent les intentions de vote aux élections européennes de mai, reste celle du déficit démocratique de l’Union. Sans mandat démocratique, les institutions européennes, Conseil inclus, resteront grippées par leur déficit de capacité exécutive. Et sans cette capacité, l’union bancaire est condamnée à rester inachevée.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint.

Due to copyright agreements we ask that you kindly email request to republish opinions that have appeared in print to [email protected].

Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May
25
14:30

How can we support and restructure firms hit by the COVID-19 crisis?

What are the vulnerabilities and risks in the enterprise sector and how prepared are countries to handle a large-scale restructuring of businesses?

Speakers: Ceyla Pazarbasioglu and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May - Jun
31-1
10:30

MICROPROD Final Event

Improving understanding of productivity, its drivers and the way we measure it.

Speakers: Carlo Altomonte, Eric Bartelsman, Marta Bisztray, Italo Colantone, Maria Demertzis, Wolfhard Kaus, Javier Miranda, Steffen Müller, Verena Plümpe, Niclas Poitiers, Andrea Roventini, Gianluca Santoni, Valerie Smeets, Nicola Viegi and Markus Zimmermann Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event
 

Past Event

Past Event

[Cancelled] Shifting taxes in order to achieve green goals

[This event is cancelled until further notice] How could shifting the tax burden from labour to pollution and resources help the EU reach its climate goals?

Speakers: Niclas Poitiers and Femke Groothuis Topic: Green economy, Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 12, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How are crises changing central bank doctrines?

How is monetary policy evolving in the face of recent crises? With central banks taking on new roles, how accountable are they to democratic institutions?

Speakers: Maria Demertzis, Benoît Coeuré, Pervenche Berès, Hans-Helmut Kotz and Athanasios Orphanides Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 11, 2022
Read article Download PDF More by this author
 

Book/Special report

European governanceInclusive growth

Bruegel annual report 2021

The Bruegel annual report provides a broad overview of the organisation's work in the previous year.

By: Bruegel Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: May 6, 2022
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

European governance

Fiscal support and monetary vigilance: economic policy implications of the Russia-Ukraine war for the European Union

Policymakers must think coherently about the joint implications of their actions, from sanctions on Russia to subsidies and transfers to their own citizens, and avoid taking measures that contradict each other. This is what we try to do in this Policy Contribution, focusing on the macroeconomic aspects of relevance for Europe.

By: Olivier Blanchard and Jean Pisani-Ferry Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: April 29, 2022
Read article Download PDF More on this topic
 

Working Paper

The low productivity of European firms: how can policies enhance the allocation of resources?

A summary of the most important policy lessons from research undertaken in the MICROPROD project work package 4, related to the allocation of the factors of production, with a special focus on the weak dynamism of European small and medium-sized enterprises (SMEs).

By: Grégory Claeys, Marie Le Mouel and Giovanni Sgaravatti Topic: Macroeconomic policy Date: April 25, 2022
Read article More on this topic
 

External Publication

What drives implementation of the European Union’s policy recommendations to its member countries?

Article published in the Journal of Economic Policy Reform.

By: Konstantinos Efstathiou and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: April 13, 2022
Read article Download PDF More on this topic More by this author
 

Working Paper

Measuring the intangible economy to address policy challenges

The purpose of the first work package of the MICROPROD project was to improve the firm-level data infrastructure, expand the measurement of intangible assets and enable cross-country analyses of these productivity trends.

By: Marie Le Mouel Topic: Macroeconomic policy Date: April 11, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Macroeconomic and financial stability in changing times: conversation with Andrew Bailey

Guntram Wolff will be joined in conversation by Andrew Bailey, Governor of the Bank of England.

Speakers: Andrew Bailey and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: March 28, 2022
Read article
 

Opinion

European governance

How to reconcile increased green public investment needs with fiscal consolidation

The EU’s ambitious emissions reduction targets will require a major increase in green investments. This column considers options for increasing public green investment when major consolidations are needed after the fiscal support provided during the pandemic. The authors make the case for a green golden rule allowing green investment to be funded by deficits that would not count in the fiscal rules. Concerns about ‘greenwashing’ could be addressed through a narrow definition of green investments and strong institutional scrutiny, while countries with debt sustainability concerns could initially rely only on NGEU for their green investment.

By: Zsolt Darvas and Guntram B. Wolff Topic: European governance, Green economy, Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

The week inflation became entrenched

The events that have unfolded since 24 February have solved one dispute: inflation is no longer temporary.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Load more posts