Opinion

« Mieux vaudrait laisser les gouvernements libres de tenter les politiques de leur choix »

Les peuples ont le droit de faire des erreurs: Selon l’économiste Jean Pisani-Ferry, l’Union européenne doit accepter les aspirations légitimes à des politiques disparates, tout se prémunissant contre la contagion de leur corollaire : la possibilité d’une faillite souveraine.

By: Date: June 12, 2018 Topic: Macroeconomic policy

This Opinion was also published in Le Monde

La nouvelle coalition italienne a été élue sur un programme pour le moins risqué qui combine les baisses d’impôts promises par la Ligue aux petits entrepreneurs du Nord et les dépenses sociales promises par le Mouvement 5 Étoiles aux déshérités du Sud. Sur la base d’évaluations indépendantes, le total de ces engagements dépasserait les 100 milliards d’euros par an, soit plus de 6% du PIB. Pour un pays dont la dette publique dépasse déjà 130% du PIB, ce serait pour le moins aventureux.

Compte tenu de ses faibles marges de manœuvre, le gouvernement Conte a déjà commencé à réviser ses plans. Mais il y a peu de chances qu’il veuille le faire dans une mesure suffisante pour éviter l’infraction aux règles budgétaires européennes. Si les partis anti-système sont convaincus d’une chose, c’est qu’ils ne doivent pas jouer les élèves sages.

Il faut donc nous préparer à une épreuve de force entre ce que prescrivent les règles et ce qui a été promis au peuple, entre la légitimité du droit et celle du vote. Ce n’est pas la première fois. François Hollande en 2012 avait affirmé vouloir réviser le traité budgétaire, avant de se contenter d’un compromis sans contenu. Aléxis Tsípras en 2015 avait été élu sur un programme de changement radical, mais la dépendance financière de la Grèce a eu raison de sa résistance. Si la confrontation est cette fois probable, c’est d’abord que le climat politique a changé et ce qu’on appelle le populisme a le vent en poupe. Ensuite, il est difficile de plaider pour le statu quo dans un pays où le revenu par tête n’a pas augmenté depuis vingt ans. Enfin, l’Italie est un grand pays et ses dirigeants estiment disposer d’un pouvoir de négociation.

La stratégie économique de la coalition Ligue-Cinq Étoiles fait question. Certes l’Italie a besoin de croissance et non d’austérité, mais c’est moins un choc de demande qu’un choc d’offre qu’il faut lui administrer, moins une expansion keynésienne qu’un investissement dans les compétences et dans la gestion des entreprises, en vue de réveiller une productivité assoupie.

On saura bientôt quelles sont les vraies priorités de la nouvelle équipe. Mais quoi qu’il en soit, les peuples ont le droit de faire des erreurs. Et ils sont aujourd’hui d’autant plus enclins à faire usage de cette liberté que la réputation de compétence des partis traditionnels a été mise à bas par la crise financière globale et celle de la zone euro.

Quelles conséquences faut-il en tirer ? Dans l’immédiat, il faut aider l’Italie à sortir de ses problèmes par le haut, en s’attaquant à un dualisme qui voit coexister un réseau d’entreprises de premier niveau mondial et un tissu d’autres, plus petites, qui sont dangereusement en retard sur leurs homologues allemandes ou françaises. Les outils financiers européens disponibles peuvent être utilisés à cette fin, et le budget d’investissement dont il est question pour la zone euro trouvera vite à s’employer si l’on obtient un consensus pour le créer.

Mais il faut aussi réfléchir, pour l’avenir, aux règles du jeu communes. Depuis vingt ans, les institutions européennes jouent les maîtresses d’école avec les gouvernements : elles sermonnent, interdisent, complimentent et protègent. Au fil des ans, le système de surveillance budgétaire sur lequel elles s’appuient est devenu d’une complexité telle que seule une poignée de techniciens en maîtrisent les arcanes. À la manière de préfets apostoliques, eux seuls peuvent préciser ce qui est autorisé, toléré ou prohibé.

Tant qu’il y avait consensus sur les politiques souhaitables, ce paternalisme technocratique pouvait se défendre. Dans un contexte de révolte contre l’ordre économique établi, il est devenu politiquement dangereux. Un conflit avec Bruxelles sur l’application des règles du Pacte de stabilité offrirait à Matteo Salvini, le dirigeant de la Ligue, ou à tel ou tel autre eurosceptique européen, une occasion rêvée de transformer du plomb bureaucratique en or électoral.

Mieux vaudrait donc un système qui tienne la bride moins serrée aux États et, tant que les gouvernements peuvent convaincre des prêteurs de leur faire crédit, les laisse libres de tenter les politiques de leur choix. Cela suppose, évidemment, que ces prêteurs en supportent pleinement le risque, et n’attendent pas des pays partenaires qu’ils prennent demain ces dettes à leur charge. Il y a en effet deux régimes polaires dans une union monétaire : l’un qui combine discipline et solidarité collectives, dont l’aboutissement ultime est la garantie mutuelle des dettes ; et l’autre, qui repose davantage sur la responsabilité individuelle des États, dont la logique conduit à accepter dans des cas extrêmes la possibilité de faillites souveraines. Les conditions politiques auxquelles nous faisons face, durablement sans doute, conduisent à faire chemin vers le second.

Il ne s’agit pas de punir les gouvernements, ou de demander aux marchés de discipliner les électeurs, comme l’a maladroitement laissé entendre le Commissaire Öttinger. Il ne s’agit pas plus de confier la gestion des surendettements souverains à on-ne-sait quel mécanisme automatique. Mais il faut permettre aux gouvernements de prendre leurs risques, et en contrepartie les rendre davantage responsables leurs actes. Cela suppose de minimiser l’onde de choc potentielle d’une restructuration souveraine, en achevant la déconnexion entre banques et États (c’est-à-dire en menant à son terme l’union bancaire), et en mettant en place des filets de liquidité pour éviter à des États solvables d’être soumis aux foucades du marché.

Cela suppose enfin la plus grande clarté sur la préservation de la zone euro : plus celle-ci saura accommoder les disparités en son sein, plus elle sera capable de résoudre des crises souveraines, et plus elle sera à l’abri du danger d’une dislocation. Pousser les pays indisciplinés vers la sortie, ou simplement laisser faire, ce serait faire prendre à tous un risque de premier plan. Il nous faut une union monétaire plus souple, mais aussi plus résistante.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint.

Due to copyright agreements we ask that you kindly email request to republish opinions that have appeared in print to [email protected].

Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Feb
17
09:00

A debate on fiscal rules and the new monetary strategy

Presentation of the Yearbook of the Euro 2022.

Speakers: Maria Demertzis, Fernando Fernández, Gonzalo García Andrés, José Carlos García de Quevedo, Pablo Hernández de Cos and Jorge Yzaguirre Topic: European governance
Read article More by this author
 

Opinion

European governance

The euro comes of age

A well-functioning euro reflects a degree of unity that allows the EU to credibly claim a position at the global table and therefore help shape the policies that will deal with global problems. That is a decisive success.

By: Maria Demertzis Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 13, 2022
Read article More by this author
 

Podcast

Podcast

The European economy in 2022

What are the economic priorities for the new year?

By: The Sound of Economics Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 5, 2022
Read article More by this author
 

Opinion

European governance

The Euro at 20

The euro’s advocates hoped that the single currency would deliver economic and financial integration, policy convergence, political amalgamation, and global influence. While these predictions were often wide of the mark, the euro has arguably proven to be a wise investment.

By: Jean Pisani-Ferry Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 3, 2022
Read article
 

Blog Post

European governance

Policy coordination failures in the euro area: not just an outcome, but by design

Discussions on the fiscal framework should aim to correct its procyclical nature with a view to promoting more cooperative outcomes.

By: Maria Demertzis and Nicola Viegi Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: December 20, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

Inflation ideology: camp permanent or camp temporary?

Policy focus should be on tackling uncertainties by being able to tackle as many scenarios as possible.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: December 9, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

Fiscal arithmetic and risk of sovereign insolvency

The record-high debt levels in advanced economies increase the risk of sovereign insolvency. Governments should start fiscal consolidation soon in an environment of low nominal and real interest rates and post-COVID growth.

By: Marek Dabrowski Topic: Global economy and trade, Macroeconomic policy Date: November 18, 2021
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

European monetary policy: lessons from the past two decades

This event will feature the presentation of “Monetary Policy in Times of Crisis – A Tale of Two Decades of the European Central Bank."

Speakers: Petra Geraats, Wolfgang Lemke, Francesco Papadia and Massimo Rostagno Topic: Macroeconomic policy Date: November 4, 2021
Read about event
 

Past Event

Past Event

Microchips and Europe's strategic autonomy

Per microchips ad strategic autonomy.

Speakers: Piotr Arak, Alicia García-Herrero, Jay Lewis, Stefan Mengel and Niclas Poitiers Topic: Digital economy and innovation, European governance Date: November 2, 2021
Read article
 

Blog Post

European governance

Germany’s post-pandemic current account surplus

The pandemic has increased the net lending position of the German corporate sector. By incentivising private investment, policymakers could trigger a virtuous cycle of increasing wages, decreasing corporate net lending, which would eventually lead to a reduction of the economy-wide current account surplus.

By: Lionel Guetta-Jeanrenaud and Guntram B. Wolff Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: October 21, 2021
Read article
 

External Publication

European Parliament

Tailoring prudential policy to bank size: the application of proportionality in the US and euro area

In-depth analysis prepared for the European Parliament's Committee on Economic and Monetary Affairs (ECON).

By: Alexander Lehmann and Nicolas Véron Topic: Banking and capital markets, European Parliament, Macroeconomic policy Date: October 14, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Podcast

Podcast

Unboxing the State of the Union 2021

In this Sound of Economics Live episode, Bruegel experts look at the State of the Union address delivered by Ursula von der Leyen, President of the European Commission.

By: The Sound of Economics Topic: Macroeconomic policy Date: September 15, 2021
Load more posts