Blog Post

Chypre : calculs, cafouillages et émotions

Une bonne intrigue combine classiquement le froid calcul des acteurs rationnels, la dose de cafouillage nécessaire au réalisme, et ce qu’il faut d’émotion pour électriser. Les trois éléments se retrouvent dans le drame chypriote.

By: Date: March 22, 2013 Topic: European Macroeconomics & Governance

Pour Le Monde, mars 2013.

Une bonne intrigue combine classiquement le froid calcul des acteurs rationnels, la dose de cafouillage nécessaire au réalisme, et ce qu’il faut d’émotion pour électriser. Les trois éléments se retrouvent dans le drame chypriote.

Le calcul des intérêts est au point de départ de l’affaire. Les pertes accumulées par un système bancaire hypertrophié l’ont rendu totalement dépendant de la BCE. Celle-ci ne veut plus continuer à assurer la survie de banques insolvables, et demande une solution.  Sans union bancaire encore, c’est à l’Etat chypriote qu’il revient d’éponger les pertes accumulées, mais celles-ci sont trop lourdes pour lui. Il ne pourra pas à la fois les assumer et rembourser les crédits d’assistance dont il a un besoin pressant. Soucieux de rétablir une crédibilité écornée, le FMI a d’ailleurs décidé de ne pas jouer la comédie : il ne prêtera pas à l’Etat chypriote tant que celui-ci n’aura pas restauré sa solvabilité.

Au lendemain des élections il y avait deux possibilités. Soit les partenaires européens prenaient à leur charge le renflouement des banques ; ce n’était pas bien cher – 0,06% du PIB de la zone euro – mais Mme Merkel, elle aussi soucieuse de crédibilité, ne voulait pas entendre parler ; elle savait d’ailleurs que si elle cédait, le SPD ne manquerait pas de se poser en défenseur de l’épargne des Allemands. Soit l’Etat faisait payer les créanciers des banques, qui sont en l’espèce des déposants ; ce fut la solution retenue le 16 mars par les ministres des Finances au terme d’une nuit de négociations. Plutôt que de passer par une procédure de résolution, ils optèrent pour un prélèvement sur les dépôts.

C’est là qu’est intervenu le cafouillage, hélas à dose plus qu’homéopathique. La protection des déposants est une pierre angulaire de la stabilité financière, parce qu’elle prévient les paniques. Juridiquement, cela n’interdit pas de taxer les dépôts (l’Italie l’a fait en 1992), mais il y faut du doigté et une exécution sans faute. Pour préserver son statut de place offshore, Chypre voulait ménager les titulaires de gros comptes, ce qui a conduit à imposer, et sans même une franchise, tous les avoirs inférieurs au seuil européen de 100.000 euros en-dessous duquel s’applique la garantie des dépôts. L’accord conclu par l’Eurogroupe était ainsi contestable. Le fait que tous les participants à la décision s’en soient depuis distanciés est un terrible révélateur des dysfonctionnements et, pour tout dire, de l’irresponsabilité des comités qui tiennent lieu d’instances de gouvernance européenne.

Mais après avoir accepté l’accord et imposé qu’une taxation au premier euro, le gouvernement chypriote ne l’a pas défendu face à une opinion scandalisée. L’émotion est venue, comme il se doit, du peuple. Le parlement a rejeté le projet en bloc.

Après les élections italiennes il y a un mois, la révolte des Chypriotes confirme ainsi que le risque financier sous l’emprise duquel nous avions vécu les années 2010-2012 a été remplacé par le risque politique. Ce ne sont plus les spéculateurs qui menacent la monnaie européenne – ils sont d’ailleurs restés remarquablement calmes la semaine dernière – ce sont des peuples exaspérés.

Que faire désormais ? Il n’y a plus de bonne solution. Forcer Nicosie à liquider les banques, en faisant porter les pertes sur les déposants non-garantis, porterait immédiatement le coup de grâce à son modèle bancaire et entraînerait des fuites de capitaux massives, auxquelles l’Etat serait contraint de répondre par des contrôles aux frontières. Laisser Chypre se précipiter dans les bras de la Russie, à supposer que celle-ci le veuille, ce serait laisser Moscou en fixer les conditions gazières ou militaires, au détriment de l’Union européenne. Quant au plan B de Nicosie, il reste pour l’heure trop nébuleux pour convaincre.

La moins mauvaise solution serait pour la zone euro de prendre à sa charge l’équivalent d’un prélèvement de 5 pour cent sur tous les dépôts inferieurs à 100.000 euros, à condition que Chypre prenne en charge le reste et en fasse porter le cout sur les gros déposants. Pour les partenaires européens le cout serait insignifiant – 1 milliard, soit un dix-millième du PIB de la zone euro – et la concession suffisamment minime pour ne pas être lue comme un irrémédiable aveu de faiblesse. Si Chypre ne veut pas se résoudre a une telle solution il faudra bien arrêter la fourniture de liquidité aux banques, comme la BCE a menacé de le faire. Ce serait de facto l’expulser de la zone euro – précisément ce que les dirigeants européens n’ont cessé de vouloir éviter depuis trois ans, mais mieux vaut perdre Chypre que sa toute crédibilité, et l’Allemagne avec.

Quelle que soit la solution retenue, l’édifice européen sortira sérieusement affaibli de l’épreuve. On ne gère pas un espace monétaire comme on gère un marché : il ne suffit pas de fixer des règles, il faut aussi faire des choix, assumer les décisions prises, et les exécuter. Il est temps de s’en rendre compte.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
1
12:30

The EU recovery fund - state of play and outlook

Bruegel Annual Meetings, Day 1- In this session we will discuss the EU recovery fund, its state of play and outlook.

Speakers: Nadia Calviño, Karolina Ekholm and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
2
10:00

Conversation on the recovery programmes

Bruegel Annual Meetings, Day 2- In this session, we discuss the recovery programmes.

Speakers: Maria Demertzis, Henry Foy and Tadeusz Kościński Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event
 

Upcoming Event

Sep
2
13:00

European banks: under global competitive pressure?

Bruegel Annual Meetings, Day 2 - European banks have lost stature and remain generally low-profitability, low-valuation in comparison to their global peers. Is that a problem? If so, what can EU policymakers do to address it?

Speakers: José Antonio Álvarez Álvarez, Mairead McGuinness and Nicolas Véron Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
2
15:45

Blending physical and virtual: shaping the new workplace

Bruegel Annual Meetings, Day 2 - This panel will cover the changes the COVID-19 pandemic made to our workplaces, and what to expect in the near future.

Speakers: Nicholas Bloom, Michael Froman, Mario Mariniello, Sara Matthieu and Luca Visentini Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Academy Palace
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
10:15

Conference on the Future of Europe: envisioning EU citizens engagement

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - Panellists will discuss different options and what they may entail while revisiting the debates on the future of Europe at national and EU-level that have been conducted thus far.

Speakers: Caroline de Gruyter, Kalypso Nicolaïdis, Niclas Poitiers and György Szapáry Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
09:00

The role of the EU's trade strategy for an inclusive and sustainable recovery

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - We are delighted to welcome Valdis Dombrovskis, Executive Vice President of the European Commission for An Economy that Works for People to talk about Europe's trade strategy.

Speakers: Valdis Dombrovskis, Alicia García-Herrero and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read article
 

Blog Post

Will European Union recovery spending be enough to fill digital investment gaps?

The recovery facility will boost digital transformation, but questions remain whether it will be sufficient to achieve Europe’s digital ambitions.

By: Zsolt Darvas, J. Scott Marcus and Alkiviadis Tzaras Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: July 20, 2021
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

A new direction for the European Union’s half-hearted semiconductor strategy

The EU needs a more targeted strategy to increase its presence in this strategic and thriving sector, building on its existing strengths, while accommodating its relatively low domestic needs.

By: Niclas Poitiers and Pauline Weil Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: July 15, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

Fit for 55 marks Europe’s climate moment of truth

With Fit for 55, Europe is the global first mover in turning a long-term net-zero goal into real-world policies, marking the entry of climate policy into the daily life of all citizens and businesses.

By: Simone Tagliapietra Topic: Energy & Climate, European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More on this topic
 

Blog Post

Fair vaccine access is a goal Europe cannot afford to miss – July update

European countries must do more to tackle the vaccine uptake gap. Vaccination data should be published at the maximum granularity level so researchers and local decision-makers can monitor progress.

By: Lionel Guetta-Jeanrenaud and Mario Mariniello Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

SPACs in the gap

Special-purpose acquisition vehicles could fill a gap in European equity markets and lure risk-averse investors off the sidelines.

By: Rebecca Christie Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Date: July 13, 2021
Read article More on this topic
 

Blog Post

A breakdown of EU countries’ post-pandemic green spending plans

An analysis of European Union countries’ recovery plans shows widely differing green spending priorities.

By: Klaas Lenaerts and Simone Tagliapietra Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 8, 2021
Load more posts