Blog Post

Chypre : calculs, cafouillages et émotions

Une bonne intrigue combine classiquement le froid calcul des acteurs rationnels, la dose de cafouillage nécessaire au réalisme, et ce qu’il faut d’émotion pour électriser. Les trois éléments se retrouvent dans le drame chypriote.

By: Date: March 22, 2013 Topic: Macroeconomic policy

Pour Le Monde, mars 2013.

Une bonne intrigue combine classiquement le froid calcul des acteurs rationnels, la dose de cafouillage nécessaire au réalisme, et ce qu’il faut d’émotion pour électriser. Les trois éléments se retrouvent dans le drame chypriote.

Le calcul des intérêts est au point de départ de l’affaire. Les pertes accumulées par un système bancaire hypertrophié l’ont rendu totalement dépendant de la BCE. Celle-ci ne veut plus continuer à assurer la survie de banques insolvables, et demande une solution.  Sans union bancaire encore, c’est à l’Etat chypriote qu’il revient d’éponger les pertes accumulées, mais celles-ci sont trop lourdes pour lui. Il ne pourra pas à la fois les assumer et rembourser les crédits d’assistance dont il a un besoin pressant. Soucieux de rétablir une crédibilité écornée, le FMI a d’ailleurs décidé de ne pas jouer la comédie : il ne prêtera pas à l’Etat chypriote tant que celui-ci n’aura pas restauré sa solvabilité.

Au lendemain des élections il y avait deux possibilités. Soit les partenaires européens prenaient à leur charge le renflouement des banques ; ce n’était pas bien cher – 0,06% du PIB de la zone euro – mais Mme Merkel, elle aussi soucieuse de crédibilité, ne voulait pas entendre parler ; elle savait d’ailleurs que si elle cédait, le SPD ne manquerait pas de se poser en défenseur de l’épargne des Allemands. Soit l’Etat faisait payer les créanciers des banques, qui sont en l’espèce des déposants ; ce fut la solution retenue le 16 mars par les ministres des Finances au terme d’une nuit de négociations. Plutôt que de passer par une procédure de résolution, ils optèrent pour un prélèvement sur les dépôts.

C’est là qu’est intervenu le cafouillage, hélas à dose plus qu’homéopathique. La protection des déposants est une pierre angulaire de la stabilité financière, parce qu’elle prévient les paniques. Juridiquement, cela n’interdit pas de taxer les dépôts (l’Italie l’a fait en 1992), mais il y faut du doigté et une exécution sans faute. Pour préserver son statut de place offshore, Chypre voulait ménager les titulaires de gros comptes, ce qui a conduit à imposer, et sans même une franchise, tous les avoirs inférieurs au seuil européen de 100.000 euros en-dessous duquel s’applique la garantie des dépôts. L’accord conclu par l’Eurogroupe était ainsi contestable. Le fait que tous les participants à la décision s’en soient depuis distanciés est un terrible révélateur des dysfonctionnements et, pour tout dire, de l’irresponsabilité des comités qui tiennent lieu d’instances de gouvernance européenne.

Mais après avoir accepté l’accord et imposé qu’une taxation au premier euro, le gouvernement chypriote ne l’a pas défendu face à une opinion scandalisée. L’émotion est venue, comme il se doit, du peuple. Le parlement a rejeté le projet en bloc.

Après les élections italiennes il y a un mois, la révolte des Chypriotes confirme ainsi que le risque financier sous l’emprise duquel nous avions vécu les années 2010-2012 a été remplacé par le risque politique. Ce ne sont plus les spéculateurs qui menacent la monnaie européenne – ils sont d’ailleurs restés remarquablement calmes la semaine dernière – ce sont des peuples exaspérés.

Que faire désormais ? Il n’y a plus de bonne solution. Forcer Nicosie à liquider les banques, en faisant porter les pertes sur les déposants non-garantis, porterait immédiatement le coup de grâce à son modèle bancaire et entraînerait des fuites de capitaux massives, auxquelles l’Etat serait contraint de répondre par des contrôles aux frontières. Laisser Chypre se précipiter dans les bras de la Russie, à supposer que celle-ci le veuille, ce serait laisser Moscou en fixer les conditions gazières ou militaires, au détriment de l’Union européenne. Quant au plan B de Nicosie, il reste pour l’heure trop nébuleux pour convaincre.

La moins mauvaise solution serait pour la zone euro de prendre à sa charge l’équivalent d’un prélèvement de 5 pour cent sur tous les dépôts inferieurs à 100.000 euros, à condition que Chypre prenne en charge le reste et en fasse porter le cout sur les gros déposants. Pour les partenaires européens le cout serait insignifiant – 1 milliard, soit un dix-millième du PIB de la zone euro – et la concession suffisamment minime pour ne pas être lue comme un irrémédiable aveu de faiblesse. Si Chypre ne veut pas se résoudre a une telle solution il faudra bien arrêter la fourniture de liquidité aux banques, comme la BCE a menacé de le faire. Ce serait de facto l’expulser de la zone euro – précisément ce que les dirigeants européens n’ont cessé de vouloir éviter depuis trois ans, mais mieux vaut perdre Chypre que sa toute crédibilité, et l’Allemagne avec.

Quelle que soit la solution retenue, l’édifice européen sortira sérieusement affaibli de l’épreuve. On ne gère pas un espace monétaire comme on gère un marché : il ne suffit pas de fixer des règles, il faut aussi faire des choix, assumer les décisions prises, et les exécuter. Il est temps de s’en rendre compte.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May
25
14:30

How can we support and restructure firms hit by the COVID-19 crisis?

What are the vulnerabilities and risks in the enterprise sector and how prepared are countries to handle a large-scale restructuring of businesses?

Speakers: Ceyla Pazarbasioglu and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May - Jun
31-1
10:30

MICROPROD Final Event

Final conference of the MICROPROD project

Speakers: Carlo Altomonte, Eric Bartelsman, Marta Bisztray, Italo Colantone, Maria Demertzis, Filippo di Mauro, Wolfhard Kaus, Steffen Müller, Gianluca Santoni, Verena Plümpe, Andrea Roventini, Valerie Smeets, Nicola Viegi, Markus Zimmermann and Javier Miranda Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event
 

Past Event

Past Event

[Cancelled] Shifting taxes in order to achieve green goals

[This event is cancelled until further notice] How could shifting the tax burden from labour to pollution and resources help the EU reach its climate goals?

Speakers: Niclas Poitiers and Femke Groothuis Topic: Green economy, Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 12, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How are crises changing central bank doctrines?

How is monetary policy evolving in the face of recent crises? With central banks taking on new roles, how accountable are they to democratic institutions?

Speakers: Maria Demertzis, Benoît Coeuré, Pervenche Berès, Hans-Helmut Kotz and Athanasios Orphanides Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 11, 2022
Read article Download PDF More by this author
 

Book/Special report

European governanceInclusive growth

Bruegel annual report 2021

The Bruegel annual report provides a broad overview of the organisation's work in the previous year.

By: Bruegel Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: May 6, 2022
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

European governance

Fiscal support and monetary vigilance: economic policy implications of the Russia-Ukraine war for the European Union

Policymakers must think coherently about the joint implications of their actions, from sanctions on Russia to subsidies and transfers to their own citizens, and avoid taking measures that contradict each other. This is what we try to do in this Policy Contribution, focusing on the macroeconomic aspects of relevance for Europe.

By: Olivier Blanchard and Jean Pisani-Ferry Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: April 29, 2022
Read article Download PDF More on this topic
 

Working Paper

The low productivity of European firms: how can policies enhance the allocation of resources?

A summary of the most important policy lessons from research undertaken in the MICROPROD project work package 4, related to the allocation of the factors of production, with a special focus on the weak dynamism of European small and medium-sized enterprises (SMEs).

By: Grégory Claeys, Marie Le Mouel and Giovanni Sgaravatti Topic: Macroeconomic policy Date: April 25, 2022
Read article More on this topic
 

External Publication

What drives implementation of the European Union’s policy recommendations to its member countries?

Article published in the Journal of Economic Policy Reform.

By: Konstantinos Efstathiou and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: April 13, 2022
Read article Download PDF More on this topic More by this author
 

Working Paper

Measuring the intangible economy to address policy challenges

The purpose of the first work package of the MICROPROD project was to improve the firm-level data infrastructure, expand the measurement of intangible assets and enable cross-country analyses of these productivity trends.

By: Marie Le Mouel Topic: Macroeconomic policy Date: April 11, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Macroeconomic and financial stability in changing times: conversation with Andrew Bailey

Guntram Wolff will be joined in conversation by Andrew Bailey, Governor of the Bank of England.

Speakers: Andrew Bailey and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: March 28, 2022
Read article
 

Opinion

European governance

How to reconcile increased green public investment needs with fiscal consolidation

The EU’s ambitious emissions reduction targets will require a major increase in green investments. This column considers options for increasing public green investment when major consolidations are needed after the fiscal support provided during the pandemic. The authors make the case for a green golden rule allowing green investment to be funded by deficits that would not count in the fiscal rules. Concerns about ‘greenwashing’ could be addressed through a narrow definition of green investments and strong institutional scrutiny, while countries with debt sustainability concerns could initially rely only on NGEU for their green investment.

By: Zsolt Darvas and Guntram B. Wolff Topic: European governance, Green economy, Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

The week inflation became entrenched

The events that have unfolded since 24 February have solved one dispute: inflation is no longer temporary.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Load more posts