Blog Post

L’euro fort : fausses frayeurs et vrais dangers

Les dirigeants français, François Hollande en tête, s’alarment de la remontée de l’euro. Leurs homologues allemands rétorquent qu’il n’est pas surévalué. Qui a raison ? L’affaire est assez compliquée pour mériter une réponse en plusieurs temps.

By: Date: February 11, 2013 Topic: European Macroeconomics & Governance

Pour Le Monde, février 2013.

Les dirigeants français, François Hollande en tête, s’alarment de la remontée de l’euro. Leurs homologues allemands rétorquent qu’il n’est pas surévalué. Qui a raison ? L’affaire est assez compliquée pour mériter une réponse en plusieurs temps.

Un, que disent les chiffres ? A 1,35 dollars pour un euro, la monnaie européenne est encore très en-dessous des 1,55 dollars du printemps 2008. Vis-à-vis des vingt premiers partenaires de la zone euro, et correction faite des inflations relatives, le change est nettement plus bas qu’en 1994-96 ou 2006-2008. Berlin a raison : il n’y a pas le feu.

Deux, quelle est la tendance ? Jusqu’aux déclarations de Mario Draghi, jeudi, l’appréciation était nette : en juillet 2012, l’euro était à 1,20 dollars. Le redressement s’explique en partie par le regain de confiance dont bénéficie la zone euro et le retour des capitaux, américains notamment, qui l’avaient fuie. La sous-évaluation reflétait des anticipations d’éclatement de l’union monétaire. Ne regrettons pas qu’elle se corrige.

Trois, y-a-t-il risque de guerre des monnaies ? C’est vrai, la crise a changé les banques centrales. A l’automne 2011, la Banque Nationale Suisse a fixé un plafond au taux de change contre euro. En décembre 2012, la Fed a annoncé qu’elle maintiendrait les taux d’intérêt à zéro aussi longtemps que le taux de chômage resterait supérieur à 6,5%. En janvier, le premier ministre Abe a sommé la Banque du Japon d’atteindre 2% d’inflation et il a demandé au gouverneur de venir lui rendre compte trimestriellement de ses résultats. Et la semaine dernière Mark Carney, qui prendra en juillet les rênes de la Banque d’Angleterre, a déclaré que les concepts actuels de politique monétaire méritaient débat. Aucune de ces décisions ne rompt formellement avec le primat de la stabilité des prix qui domine depuis les années quatre-vingt, mais toutes reflètent la montée d’autres préoccupations et l’acceptation d’un certain risque d’inflation des prix des biens ou des actifs.      

Quatre, la zone euro va-t-elle payer le prix de l’orthodoxie ? Face à la crise financière, puis à celle de l’euro, la BCE a démenti les caricatures en se montrant audacieuse. Mais si elle n’a pas hésité à fournir de la liquidité aux banques et à combattre la fragmentation de la zone euro, elle s’est montrée plus traditionnaliste en matière de stimulation macroéconomique. L’accroissement de la taille de son bilan ne doit pas tromper : il ne vise pas, comme pour la Fed, à relancer l’économie, mais à pallier la défaillance du marché interbancaire. En termes techniques la BCE mène une politique de liquidité hétérodoxe mais sa politique monétaire reste plutôt orthodoxe. D’ailleurs plus l’action qu’il conduit pour préserver l’intégrité de la zone euro est contestée par les faucons de la Bundesbank, plus Mario Draghi est contraint de se montrer strict sur le front de l’inflation. D’où un risque sur le change, face à d’autres banques centrales aujourd’hui moins sourcilleuses.

Cinq, un euro surévalué serait-il grave ? Comme beaucoup d’économies continentales, la zone euro est relativement peu ouverte : elle exporte et importe de l’ordre d’un quart de son PIB. L’impact des variations du change est donc limité. Cependant c’est une économie coupée en deux, entre un Nord prospère qui tutoie le plein emploi et un Sud en profonde récession. Cela ne peut pas durer très longtemps. Or Zsolt Darvas de Bruegel et Gian Maria Milesi Ferretti du FMI ont l’un et l’autre montré que le redressement du Sud ne pouvait pas seulement s’opérer vis-à-vis du Nord : pour résorber leurs déficits et reconstruire leur économie, l’Espagne ou l’Italie – la France aussi – ont besoin d’exporter davantage vers l’extérieur. Un euro à 1,50 dollars mettrait ce rééquilibrage en risque.

Six, que faire ? L’idée d’une politique de change de l’euro qui surplomberait la politique monétaire est un vieux fantasme français auquel l’Allemagne a tordu le cou dès le premier jour : la primauté de l’objectif interne sur l’objectif externe est constitutive de l’euro. Des déclarations du G7 ou du G20, voire des interventions concertées sur les marchés, ne peuvent être efficaces que si elles corrigent des perceptions erronées; elles ne serviront à rien si l’anticipation de divergence des politiques monétaires est justifiée.

Le vrai espoir est d’abord que la BCE prenne en compte le change dans son appréciation des risques économiques. Elle peut encore baisser les taux et Mario Draghi ne l’a pas exclu. Il est ensuite que les banques centrales s’accordent sur le degré acceptable de différenciation de leurs politiques, mais restent suffisamment cohérentes entre elles pour ne pas laisser de place à une guerre des monnaies. C’est moins sûr. Car si elles ont su se coordonner depuis plus de vingt ans, ces institutions sont toutes politiquement affaiblies. Entre elles, comme au sein d’un G20 en voie de déliquescence accélérée, le ciment de la coopération internationale se délite. Là est le vrai danger.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article
 

Blog Post

Will European Union recovery spending be enough to fill digital investment gaps?

The recovery facility will boost digital transformation, but questions remain whether it will be sufficient to achieve Europe’s digital ambitions.

By: Zsolt Darvas, J. Scott Marcus and Alkiviadis Tzaras Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: July 20, 2021
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

A new direction for the European Union’s half-hearted semiconductor strategy

The EU needs a more targeted strategy to increase its presence in this strategic and thriving sector, building on its existing strengths, while accommodating its relatively low domestic needs.

By: Niclas Poitiers and Pauline Weil Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: July 15, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

Fit for 55 marks Europe’s climate moment of truth

With Fit for 55, Europe is the global first mover in turning a long-term net-zero goal into real-world policies, marking the entry of climate policy into the daily life of all citizens and businesses.

By: Simone Tagliapietra Topic: Energy & Climate, European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More on this topic
 

Blog Post

Fair vaccine access is a goal Europe cannot afford to miss – July update

European countries must do more to tackle the vaccine uptake gap. Vaccination data should be published at the maximum granularity level so researchers and local decision-makers can monitor progress.

By: Lionel Guetta-Jeanrenaud and Mario Mariniello Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

SPACs in the gap

Special-purpose acquisition vehicles could fill a gap in European equity markets and lure risk-averse investors off the sidelines.

By: Rebecca Christie Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Date: July 13, 2021
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
1
12:30

The EU recovery fund - state of play and outlook

Bruegel Annual Meetings, Day 1- In this session we will discuss the EU recovery fund, its state of play and outlook.

Speakers: Nadia Calviño, Karolina Ekholm and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
2
10:00

Conversation on the recovery programmes

Bruegel Annual Meetings, Day 2- In this session, we discuss the recovery programmes.

Speakers: Maria Demertzis, Mehreen Khan and Tadeusz Kościński Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event
 

Upcoming Event

Sep
2
13:00

European banks: under global competitive pressure?

Bruegel Annual Meetings, Day 2 - European banks have lost stature and remain generally low-profitability, low-valuation in comparison to their global peers. Is that a problem? If so, what can EU policymakers do to address it?

Speakers: José Antonio Álvarez Álvarez, Mairead McGuinness and Nicolas Véron Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
2
15:45

Blending physical and virtual: shaping the new workplace

Bruegel Annual Meetings, Day 2 - This panel will cover the changes the COVID-19 pandemic made to our workplaces, and what to expect in the near future.

Speakers: Nicholas Bloom, Michael Froman, Mario Mariniello, Sara Matthieu and Luca Visentini Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Academy Palace
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
09:00

The role of the EU's trade strategy for an inclusive and sustainable recovery

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - We are delighted to welcome Valdis Dombrovskis, Executive Vice President of the European Commission for An Economy that Works for People to talk about Europe's trade strategy.

Speakers: Valdis Dombrovskis and Alicia García-Herrero Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
10:15

Conference on the Future of Europe: envisioning EU citizens engagement

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - Panellists will discuss different options and what they may entail while revisiting the debates on the future of Europe at national and EU-level that have been conducted thus far.

Speakers: Caroline de Gruyter, Kalypso Nicolaïdis, Niclas Poitiers and György Szapáry Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read article More on this topic
 

Blog Post

A breakdown of EU countries’ post-pandemic green spending plans

An analysis of European Union countries’ recovery plans shows widely differing green spending priorities.

By: Klaas Lenaerts and Simone Tagliapietra Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 8, 2021
Load more posts