Blog Post

L’euro fort : fausses frayeurs et vrais dangers

Les dirigeants français, François Hollande en tête, s’alarment de la remontée de l’euro. Leurs homologues allemands rétorquent qu’il n’est pas surévalué. Qui a raison ? L’affaire est assez compliquée pour mériter une réponse en plusieurs temps.

By: Date: February 11, 2013 Topic: Macroeconomic policy

Pour Le Monde, février 2013.

Les dirigeants français, François Hollande en tête, s’alarment de la remontée de l’euro. Leurs homologues allemands rétorquent qu’il n’est pas surévalué. Qui a raison ? L’affaire est assez compliquée pour mériter une réponse en plusieurs temps.

Un, que disent les chiffres ? A 1,35 dollars pour un euro, la monnaie européenne est encore très en-dessous des 1,55 dollars du printemps 2008. Vis-à-vis des vingt premiers partenaires de la zone euro, et correction faite des inflations relatives, le change est nettement plus bas qu’en 1994-96 ou 2006-2008. Berlin a raison : il n’y a pas le feu.

Deux, quelle est la tendance ? Jusqu’aux déclarations de Mario Draghi, jeudi, l’appréciation était nette : en juillet 2012, l’euro était à 1,20 dollars. Le redressement s’explique en partie par le regain de confiance dont bénéficie la zone euro et le retour des capitaux, américains notamment, qui l’avaient fuie. La sous-évaluation reflétait des anticipations d’éclatement de l’union monétaire. Ne regrettons pas qu’elle se corrige.

Trois, y-a-t-il risque de guerre des monnaies ? C’est vrai, la crise a changé les banques centrales. A l’automne 2011, la Banque Nationale Suisse a fixé un plafond au taux de change contre euro. En décembre 2012, la Fed a annoncé qu’elle maintiendrait les taux d’intérêt à zéro aussi longtemps que le taux de chômage resterait supérieur à 6,5%. En janvier, le premier ministre Abe a sommé la Banque du Japon d’atteindre 2% d’inflation et il a demandé au gouverneur de venir lui rendre compte trimestriellement de ses résultats. Et la semaine dernière Mark Carney, qui prendra en juillet les rênes de la Banque d’Angleterre, a déclaré que les concepts actuels de politique monétaire méritaient débat. Aucune de ces décisions ne rompt formellement avec le primat de la stabilité des prix qui domine depuis les années quatre-vingt, mais toutes reflètent la montée d’autres préoccupations et l’acceptation d’un certain risque d’inflation des prix des biens ou des actifs.      

Quatre, la zone euro va-t-elle payer le prix de l’orthodoxie ? Face à la crise financière, puis à celle de l’euro, la BCE a démenti les caricatures en se montrant audacieuse. Mais si elle n’a pas hésité à fournir de la liquidité aux banques et à combattre la fragmentation de la zone euro, elle s’est montrée plus traditionnaliste en matière de stimulation macroéconomique. L’accroissement de la taille de son bilan ne doit pas tromper : il ne vise pas, comme pour la Fed, à relancer l’économie, mais à pallier la défaillance du marché interbancaire. En termes techniques la BCE mène une politique de liquidité hétérodoxe mais sa politique monétaire reste plutôt orthodoxe. D’ailleurs plus l’action qu’il conduit pour préserver l’intégrité de la zone euro est contestée par les faucons de la Bundesbank, plus Mario Draghi est contraint de se montrer strict sur le front de l’inflation. D’où un risque sur le change, face à d’autres banques centrales aujourd’hui moins sourcilleuses.

Cinq, un euro surévalué serait-il grave ? Comme beaucoup d’économies continentales, la zone euro est relativement peu ouverte : elle exporte et importe de l’ordre d’un quart de son PIB. L’impact des variations du change est donc limité. Cependant c’est une économie coupée en deux, entre un Nord prospère qui tutoie le plein emploi et un Sud en profonde récession. Cela ne peut pas durer très longtemps. Or Zsolt Darvas de Bruegel et Gian Maria Milesi Ferretti du FMI ont l’un et l’autre montré que le redressement du Sud ne pouvait pas seulement s’opérer vis-à-vis du Nord : pour résorber leurs déficits et reconstruire leur économie, l’Espagne ou l’Italie – la France aussi – ont besoin d’exporter davantage vers l’extérieur. Un euro à 1,50 dollars mettrait ce rééquilibrage en risque.

Six, que faire ? L’idée d’une politique de change de l’euro qui surplomberait la politique monétaire est un vieux fantasme français auquel l’Allemagne a tordu le cou dès le premier jour : la primauté de l’objectif interne sur l’objectif externe est constitutive de l’euro. Des déclarations du G7 ou du G20, voire des interventions concertées sur les marchés, ne peuvent être efficaces que si elles corrigent des perceptions erronées; elles ne serviront à rien si l’anticipation de divergence des politiques monétaires est justifiée.

Le vrai espoir est d’abord que la BCE prenne en compte le change dans son appréciation des risques économiques. Elle peut encore baisser les taux et Mario Draghi ne l’a pas exclu. Il est ensuite que les banques centrales s’accordent sur le degré acceptable de différenciation de leurs politiques, mais restent suffisamment cohérentes entre elles pour ne pas laisser de place à une guerre des monnaies. C’est moins sûr. Car si elles ont su se coordonner depuis plus de vingt ans, ces institutions sont toutes politiquement affaiblies. Entre elles, comme au sein d’un G20 en voie de déliquescence accélérée, le ciment de la coopération internationale se délite. Là est le vrai danger.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article
 

Blog Post

European governance

Opaque and ill-defined: the problems with Europe’s IPCEI subsidy framework

Lack of strict governance and transparency creates serious risk that fair competition within the single market will be undermined. Fundamental overhaul of the framework is needed.

By: Niclas Poitiers and Pauline Weil Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 26, 2022
Read article More by this author
 

Podcast

Podcast

Turkey’s economic struggles

Will inflation continue to surge?

By: The Sound of Economics Topic: Global economy and trade, Macroeconomic policy Date: January 26, 2022
Read article More by this author
 

Opinion

European governance

The euro comes of age

A well-functioning euro reflects a degree of unity that allows the EU to credibly claim a position at the global table and therefore help shape the policies that will deal with global problems. That is a decisive success.

By: Maria Demertzis Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 13, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

A role for the Recovery and Resilience Facility in a new fiscal framework

Discussions on reforming European Union fiscal rules must consider a more permanent but targeted role for the Recovery and Resilience fund to meet climate ambitions.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: January 10, 2022
Read article More by this author
 

Podcast

Podcast

The European economy in 2022

What are the economic priorities for the new year?

By: The Sound of Economics Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 5, 2022
Read article More by this author
 

Opinion

European governance

The Euro at 20

The euro’s advocates hoped that the single currency would deliver economic and financial integration, policy convergence, political amalgamation, and global influence. While these predictions were often wide of the mark, the euro has arguably proven to be a wise investment.

By: Jean Pisani-Ferry Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 3, 2022
Read article
 

Blog Post

European governanceInclusive growth

12 Charts for 21

A selection of charts from Bruegel’s weekly newsletter, analysis of the year and what it meant for the economy in Europe and the world.

By: Hèctor Badenes, Henry Naylor, Giuseppe Porcaro and Yuyun Zhan Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: December 21, 2021
Read article
 

Blog Post

European governance

Policy coordination failures in the euro area: not just an outcome, but by design

Discussions on the fiscal framework should aim to correct its procyclical nature with a view to promoting more cooperative outcomes.

By: Maria Demertzis and Nicola Viegi Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: December 20, 2021
Read article
 

External Publication

European governance

EU borrowing—time to think of the generation after next

Financing post-pandemic recovery via EU borrowing has proved remarkably straightforward. So why keep it temporary?

By: Grégory Claeys, Rebecca Christie and Pauline Weil Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: December 9, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

Inflation ideology: camp permanent or camp temporary?

Policy focus should be on tackling uncertainties by being able to tackle as many scenarios as possible.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: December 9, 2021
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Fiscal policy and rules after the pandemic

What are the possibilities for shaping the new fiscal policy?

Speakers: Zsolt Darvas, Maria Demertzis, Michel Heijdra and Katja Lautar Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: November 24, 2021
Read article
 

Blog Post

European governance

Including home-ownership costs in the inflation indicator is not just a technical issue

The European Central Bank is right to propose inclusion of owner-occupied housing services in the inflation indicator. But the ECB’s preferred method would involve an asset price in the consumer inflation indicator.

By: Zsolt Darvas and Catarina Martins Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: November 18, 2021
Load more posts