Blog Post

Compétitivité : les trois débats

Un seul suffirait au malheur du gouvernement. Mais sur la compétitivité, trois débats s’enchevêtrent : ils portent sur l’urgence d’une réponse ; sur la nature du mal ; et sur les solutions. Le premier est simple à trancher. En août 2012 le déficit extérieur cumulé sur un an était de 41 milliards ; en 2007 il était de 12 milliards; et en 2002, il s’agissait d’un excédent de 22 milliards. Il y a dix ans la France comptait 130.000 entreprises exportatrices et sa part dans les exportations de l’OCDE était de 8%

By: Date: November 12, 2012 Topic: Digital economy and innovation

Un seul suffirait au malheur du gouvernement. Mais sur la compétitivité, trois débats s’enchevêtrent : ils portent sur l’urgence d’une réponse ; sur la nature du mal ; et sur les solutions.

Le premier est simple à trancher. En août 2012 le déficit extérieur cumulé sur un an était de 41 milliards ; en 2007 il était de 12 milliards ; et en 2002, il s’agissait d’un excédent de 22 milliards. Il y a dix ans la France comptait 130.000 entreprises exportatrices et sa part dans les exportations de l’OCDE était de 8% ; les chiffres aujourd’hui sont de 117.000 et 6%. La France a mal géré le double choc de l’euro et de la mondialisation. Elle n’a pas truqué ses comptes, ne s’est pas adonnée à l’ivresse de la spéculation immobilière, mais elle a laissé ses industries exportatrices s’étioler année après année.

Certains plaident pour retarder le remède : avec une croissance à l’arrêt il faut, disent-ils, soutenir la demande, pas affaiblir le pourvoir d’achat au nom du redressement productif. Il est vrai que les politiques de compétitivité commencent le plus souvent par peser sur la croissance. Mais sans action décisive sur l’offre, une France prise en tenaille entre une Europe du Nord performante et une Europe du Sud qui se réforme rejoindrait vite les rangs déjà serrés des malades de l’Europe.

Le deuxième débat, entre tenants des coûts et avocats de la qualité, ne résiste pas à l’analyse. Le prix est toujours ce qui reste lorsqu’on ne parvient pas à s’imposer par la qualité. Le luxe français peut pratiquer des prix astronomiques, parce que le consommateur achète la marque. Mais la plupart des modèles produits par les constructeurs automobiles ressemblent trop à ceux de leurs concurrents pour qu’on accepte de les payer plus cher. Trop de nos entreprises sont enfermées dans un cercle vicieux : face aux producteurs allemands, elles se situent systématiquement sur un segment de qualité et de prix inférieur, et se font tailler des croupières par les concurrents des pays à bas coûts ; pour vendre, elles compriment leurs marges, et pour cette raison manquent de ressources pour innover et améliorer leurs produits. Les plus affaiblies font retraite des marchés extérieurs. 

Une telle dynamique n’est pas nécessairement irréversible : il y a dix ans l’industrie allemande vendait trop cher, le pays était en déficit extérieur. Elle a coupé dans ses coûts, a délocalisé une partie des segments de production, investi dans l’innovation, et fait son grand retour. Baisser les coûts n’est pas une fin en soi, mais cela fournit la bouffée d’oxygène qui permet de vendre et donne les moyens d’engager une montée en gamme.

Que faut-il faire alors ? C’est le troisième débat. Le « choc d’offre » tant débattu est ce que les économistes appellent une dévaluation fiscale. Il s’agirait d’abaisser les cotisations assises sur les salaires et d’augmenter en contrepartie la CSG, dont l’assiette est plus large. Remplacer trois points de cotisations sociales par deux points de CSG abaisserait d’un point le coût du travail. Opérée d’un coup, ou répétée sur plusieurs années cette bascule permettrait d’améliorer substantiellement la compétitivité et d’engager une dynamique désinflationniste. On pourrait éventuellement de faire plus en ciblant les allégements sur les salaires des ouvriers de l’industrie.

Une hausse de la CSG pèserait cependant lourdement sur les revenus du capital, qui ont déjà été fortement mis à contribution par le budget 2013, et sur le revenu des retraités, qui ne vont pas tarder à être sollicités pour le financement de la dépendance. Le gouvernement va par ailleurs devoir s’attaquer à une nouvelle réforme des retraites et se voit mal engager deux grandes batailles sur le même front. La matière fiscale n’est pas extensible à l’infini et pour cette raison le « choc d’offre » fiscal risque d’être sensiblement inférieur à ce qu’imaginaient ses avocats.

La réponse au problème de la compétitivité prix ne peut donc pas relever exclusivement, ni même principalement d’une dévaluation fiscale. A court terme l’instrument peut, et doit donner un signal, mais le relai devra rapidement être pris par des mesures plus structurelles. La compétitivité-prix de l’industrie et des autres secteurs exposés à la compétition internationale ne se joue pas sur le seul coût du travail. Elle dépend aussi du coût des services et de celui du foncier : les rentes qui prospèrent dans les secteurs insuffisamment concurrentiels sont, directement ou indirectement, autant de prélèvements sur les secteurs exposés. Les réduire devrait être une priorité pour un gouvernement attaché au redressement de la production. De la même manière, il faut s’attacher à stimuler les gains de productivité en permettant aux entreprises les plus efficaces de grandir et de gagner des parts de marché. Des pratiques anticoncurrentielles aux seuils sociaux, la liste est longue des entraves que nous mettons à la croissance de nos champions potentiels. Il est temps de s’y attaquer.

This column was previously published in Le Monde.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article More on this topic
 

Opinion

China's dual banking system: consolidation as the final solution for weak small banks

There are fundamental solvency and liquidity issues for some small Chinese banks, widely influencing both the bond market as well as the broader financial sector. Given the difficulties in creating a level playing field between small and large banks, there is an expectation that small banks will continue to under-perform.

By: Alicia García-Herrero, Gary Ng and Bruegel Topic: Banking and capital markets Date: September 16, 2019
Read article More on this topic
 

Blog Post

World Cup Economics

As we approach the final rounds of the tournament, here are some recent contributions about the economics and economic impact of the World Cup.

By: Silvia Merler and Bruegel Topic: Global economy and trade Date: July 9, 2018
Read article Download PDF More on this topic More by this author
 

Policy Contribution

Are European firms falling behind in the global corporate research race?

The author looks at how concentrated corporate R&D is in Europe, compared with sales and employment. The US and China are more likely to produce new R&D leaders that take over some of the top positions from incumbent R&D leaders. How is the EU coping with technology shifts and creating the next generation of new leading firms?

By: Reinhilde Veugelers Topic: Digital economy and innovation Date: April 12, 2018
Read article More on this topic
 

Blog Post

Optimistic UK business confidence indicators predict smooth Brexit

UK business confidence indicators hardly fell after the Brexit vote in 2016 and have been increasing steadily since. The most likely reason is an expectation of smooth Brexit deal, especially for industry, while there is more uncertainty for services.

By: Zsolt Darvas and Bruegel Topic: Macroeconomic policy Date: December 19, 2017
Read about event
 

Past Event

Past Event

Zombie firms and weak productivity: what role for policy?

At this event, we will have the chance to discuss the final findings of OECD's project on Exit Policies and Productivity Growth, which started at the end of 2015.

Speakers: Carlo Altomonte, Dan Andrews, Giuseppe Nicoletti, Reinhilde Veugelers and Bruegel Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: December 6, 2017
Read article Download PDF More on this topic
 

Working Paper

From start-up to scale-up: examining public policies for the financing of high-growth ventures

What are the challenges of financing scale-ups, and how can long-term public policies support the creation of a better scale-up environment?

By: Gilles Duruflé, Thomas Hellmann, Karen E. Wilson and Bruegel Topic: Digital economy and innovation Date: April 10, 2017
Read article More on this topic
 

Blog Post

Update of the EFIGE dataset

The EFIGE dataset on firms' competitivenes was recently updated by extending the panel-level balance sheet data until the year 2014. This post highlights the main features of the brand new data.

By: Tommaso Aquilante, Domenico Favoino and Bruegel Topic: Digital economy and innovation Date: August 22, 2016
Read article More on this topic
 

Blog Post

Services in European manufacturing: servinomics explained

Making the manufacturing sector more competitive is vital to restore economic growth in Europe. Changing business models to sell services as well as products can provide useful revenue to manufacturers.

By: Tommaso Aquilante, Oscar F. Bustinza, Ferran Vendrell-Herrero and Bruegel Topic: Digital economy and innovation Date: March 1, 2016
Read article Download PDF More on this topic
 

Blueprint

Measuring competitiveness in Europe: resource allocation, granularity and trade

This new Bruegel Blueprint provides a differentiated understanding of growth, productivity and competitiveness and the important role public policy needs to play.

By: Carlo Altomonte, Gábor Békés and Bruegel Topic: Macroeconomic policy Date: January 28, 2016
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Measuring competitiveness in Europe

Understanding firm performance is crucial when analysing competitiveness. How can we better identify competitiveness with the help of firm-level data?

Speakers: Carlo Altomonte, Gábor Békés, Dorothee Arns, Ettore Dorrucci, Eliana Garces-Tolon and Eric Bartelsman Topic: Digital economy and innovation Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: January 28, 2016
Read about event
 

Past Event

Past Event

Competitive gains in the Economic and Monetary Union

This event will bring together a panel of high level economic experts to discuss the competitive gains achievable through reinforcing the Internal Market and structural reforms.

Date: July 21, 2015
Read article More on this topic
 

Blog Post

Huawei vs ZTE judgement: a welcome decision?

Today the European Court of Justice (ECJ) will rule on a dispute between Chinese tech companies Huawei and ZTE regarding a patent “essential” to the “Long Term Evolution” (LTE) wireless broadband technology standard. 

By: Mario Mariniello and Francesco Salemi Topic: Digital economy and innovation Date: July 15, 2015
Load more posts