Blog Post

L’affaire des deux hôtels

Ce sont deux hôtels alpins situés de part et d’autre de la frontière austro-italienne. Tout les rapproche : les paysages, la clientèle, le dialecte des employés. Ils facturent dans la même monnaie. Ils sont clients de la même banque, une grande institution paneuropéenne. Mais ils ne payent pas du tout le même taux d’intérêt : le coût […]

By: Date: September 17, 2012 Topic: Macroeconomic policy

Ce sont deux hôtels alpins situés de part et d’autre de la frontière austro-italienne. Tout les rapproche : les paysages, la clientèle, le dialecte des employés. Ils facturent dans la même monnaie. Ils sont clients de la même banque, une grande institution paneuropéenne. Mais ils ne payent pas du tout le même taux d’intérêt : le coût du crédit est beaucoup plus cher pour l’établissement italien que pour son concurrent, parce que la banque applique à chacun le taux des emprunts d’Etat dans son propre pays, augmenté d’une prime de risque et des frais d’intermédiation.

Le cas, authentique, résume la fragmentation financière à laquelle la zone euro fait face. Vingt ans après l’achèvement supposé du marché unique européen, la concurrence entre les entreprises est faussée, parce que le crédit favorise celles du Nord et pénalise celles du Sud, alors même que ces dernières souffrent déjà de coûts plus élevés et de marchés en récession.

Les banques ne sont pas coupables : au Sud, elles peinent elles-mêmes à se financer, et celles d’entre elles qui sont établies dans plusieurs pays se voient interdire par les superviseurs du Nord d’utiliser les liquidités abondantes dont elles disposent pour prêter de l’autre côté de la frontière.

La situation des Etats n’est pas meilleure. Début 2007 plus de la moitié de la dette publique espagnole était détenue par des non-résidents, mais début 2012 cette proportion était tombée à 30%. Elle a certainement encore chuté depuis. L’écheveau d’interdépendances financières au sein de la zone euro se défait ainsi à grande vitesse. La menace est proprement existentielle : quel sens y aurait-il à conserver monnaie commune dans un contexte de désintégration financière ?    

C’est à ce risque que la banque centrale tente de répondre avec le nouveau programme d’achat de titres lancé début septembre, c’est lui que les chefs d’Etat ont voulu conjurer en lançant fin juin le projet d’union bancaire. La première a été très claire quant à son objectif : contrer les anticipations d’éclatement et faire ce qu’il faut pour préserver l’euro. Les seconds ont très explicitement énoncé leurs intentions : briser le cercle vicieux qui existe entre les banques et les Etats. Dans les deux cas, le virage est net, et il est très bienvenu. Il ne s’agit plus de privilégier le seul renforcement des disciplines budgétaires il s’agit de remédier aux fragilités systémiques de la zone euro, et dans l’immédiat d’enrayer la fragmentation.

Cela va-t-il suffire ? Côté BCE, les difficultés sont multiples. La plus visible est l’opposition de la Bundesbank. La levée de boucliers que la décision de relancer les achats de titres publics – cette fois sans limites –  a provoquée en Allemagne risque de miner la crédibilité de l’action engagée par Mario Draghi. Mais les embûches sont aussi opérationnelles. Instruite par ses déboires de l’été 2011, lorsque la coalition de Silvio Berlusconi était revenue sur ses engagements de taxation des hauts revenus dès le lancement des interventions de la BCE, celle-ci a annoncé qu’elle n’interviendrait qu’en faveur des pays ayant souscrit aux conditions fixée par le fonds de secours européen (le MES), dont les actionnaires sont les Etats. S’est ainsi nouée une relation quasi-contractuelle potentiellement aventureuse : que se passera-t-il, par exemple, si le MES renégocie un programme d’assistance avec un Etat contre l’avis de la BCE ? Dans l’immédiat, que se passera-t-il si l’Espagne continue de considérer un programme d’assistance comme une humiliation insupportable ? La solution choisie est certainement moins problématique que l’exercice de la conditionnalité par la BCE elle-même, mais elle n’est pas sans risques. 

Côté union bancaire, l’ambition de l’entreprise reste incertaine. Déjà, le débat est vif entre la France, qui veut faire passer toute les banques sous supervision européenne, et l’Allemagne, qui veut qu’on s’en tienne aux plus grandes. Confier à Francfort la responsabilité directe de 6000 banques serait évidemment absurde, mais se limiter aux vingt plus grandes serait inefficace : ce ne sont pas BBVA et Santander qui ont mis l’Espagne en difficulté, mais les fameuses Cajas. Il faut donc couvrir assez large, concrètement une ou deux centaines de banques. Mais surtout, se limiter à la supervision ne résoudrait pas le problème. Pour protéger les Etats des catastrophes bancaires il faut aussi mutualiser la gestion des crises et organiser l’accès à une ressource budgétaire commune. C’est évidemment beaucoup plus ambitieux et pour l’heure, cela ne fait pas partie des discussions.

Dans l’immédiat les marchés semblent impressionnés : entre la veille du sommet de fin juin, et le lendemain des annonces de la BCE, début septembre, le coût des financements à deux ans  a baissé de deux à trois points pour l’Espagne et l’Italie. C’est une bonne nouvelle pour les hôteliers des Alpes et des Pyrénées. Mais c’est loin de suffire. Il ne faudrait pas qu’encore une fois, le soulagement fasse le lit de l’inaction.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May
25
14:30

How can we support and restructure firms hit by the COVID-19 crisis?

What are the vulnerabilities and risks in the enterprise sector and how prepared are countries to handle a large-scale restructuring of businesses?

Speakers: Ceyla Pazarbasioglu and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May - Jun
31-1
10:30

MICROPROD Final Event

Final conference of the MICROPROD project

Speakers: Carlo Altomonte, Eric Bartelsman, Marta Bisztray, Italo Colantone, Maria Demertzis, Filippo di Mauro, Wolfhard Kaus, Steffen Müller, Gianluca Santoni, Verena Plümpe, Andrea Roventini, Valerie Smeets, Nicola Viegi, Markus Zimmermann and Javier Miranda Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event
 

Past Event

Past Event

[Cancelled] Shifting taxes in order to achieve green goals

[This event is cancelled until further notice] How could shifting the tax burden from labour to pollution and resources help the EU reach its climate goals?

Speakers: Niclas Poitiers and Femke Groothuis Topic: Green economy, Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 12, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How are crises changing central bank doctrines?

How is monetary policy evolving in the face of recent crises? With central banks taking on new roles, how accountable are they to democratic institutions?

Speakers: Maria Demertzis, Benoît Coeuré, Pervenche Berès, Hans-Helmut Kotz and Athanasios Orphanides Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 11, 2022
Read article Download PDF More by this author
 

Book/Special report

European governanceInclusive growth

Bruegel annual report 2021

The Bruegel annual report provides a broad overview of the organisation's work in the previous year.

By: Bruegel Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: May 6, 2022
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

European governance

Fiscal support and monetary vigilance: economic policy implications of the Russia-Ukraine war for the European Union

Policymakers must think coherently about the joint implications of their actions, from sanctions on Russia to subsidies and transfers to their own citizens, and avoid taking measures that contradict each other. This is what we try to do in this Policy Contribution, focusing on the macroeconomic aspects of relevance for Europe.

By: Olivier Blanchard and Jean Pisani-Ferry Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: April 29, 2022
Read article Download PDF More on this topic
 

Working Paper

The low productivity of European firms: how can policies enhance the allocation of resources?

A summary of the most important policy lessons from research undertaken in the MICROPROD project work package 4, related to the allocation of the factors of production, with a special focus on the weak dynamism of European small and medium-sized enterprises (SMEs).

By: Grégory Claeys, Marie Le Mouel and Giovanni Sgaravatti Topic: Macroeconomic policy Date: April 25, 2022
Read article More on this topic
 

External Publication

What drives implementation of the European Union’s policy recommendations to its member countries?

Article published in the Journal of Economic Policy Reform.

By: Konstantinos Efstathiou and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: April 13, 2022
Read article Download PDF More on this topic More by this author
 

Working Paper

Measuring the intangible economy to address policy challenges

The purpose of the first work package of the MICROPROD project was to improve the firm-level data infrastructure, expand the measurement of intangible assets and enable cross-country analyses of these productivity trends.

By: Marie Le Mouel Topic: Macroeconomic policy Date: April 11, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Macroeconomic and financial stability in changing times: conversation with Andrew Bailey

Guntram Wolff will be joined in conversation by Andrew Bailey, Governor of the Bank of England.

Speakers: Andrew Bailey and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: March 28, 2022
Read article
 

Opinion

European governance

How to reconcile increased green public investment needs with fiscal consolidation

The EU’s ambitious emissions reduction targets will require a major increase in green investments. This column considers options for increasing public green investment when major consolidations are needed after the fiscal support provided during the pandemic. The authors make the case for a green golden rule allowing green investment to be funded by deficits that would not count in the fiscal rules. Concerns about ‘greenwashing’ could be addressed through a narrow definition of green investments and strong institutional scrutiny, while countries with debt sustainability concerns could initially rely only on NGEU for their green investment.

By: Zsolt Darvas and Guntram B. Wolff Topic: European governance, Green economy, Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

The week inflation became entrenched

The events that have unfolded since 24 February have solved one dispute: inflation is no longer temporary.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Load more posts