Blog Post

L’affaire des deux hôtels

Ce sont deux hôtels alpins situés de part et d’autre de la frontière austro-italienne. Tout les rapproche : les paysages, la clientèle, le dialecte des employés. Ils facturent dans la même monnaie. Ils sont clients de la même banque, une grande institution paneuropéenne. Mais ils ne payent pas du tout le même taux d’intérêt : le coût […]

By: Date: September 17, 2012 Topic: European Macroeconomics & Governance

Ce sont deux hôtels alpins situés de part et d’autre de la frontière austro-italienne. Tout les rapproche : les paysages, la clientèle, le dialecte des employés. Ils facturent dans la même monnaie. Ils sont clients de la même banque, une grande institution paneuropéenne. Mais ils ne payent pas du tout le même taux d’intérêt : le coût du crédit est beaucoup plus cher pour l’établissement italien que pour son concurrent, parce que la banque applique à chacun le taux des emprunts d’Etat dans son propre pays, augmenté d’une prime de risque et des frais d’intermédiation.

Le cas, authentique, résume la fragmentation financière à laquelle la zone euro fait face. Vingt ans après l’achèvement supposé du marché unique européen, la concurrence entre les entreprises est faussée, parce que le crédit favorise celles du Nord et pénalise celles du Sud, alors même que ces dernières souffrent déjà de coûts plus élevés et de marchés en récession.

Les banques ne sont pas coupables : au Sud, elles peinent elles-mêmes à se financer, et celles d’entre elles qui sont établies dans plusieurs pays se voient interdire par les superviseurs du Nord d’utiliser les liquidités abondantes dont elles disposent pour prêter de l’autre côté de la frontière.

La situation des Etats n’est pas meilleure. Début 2007 plus de la moitié de la dette publique espagnole était détenue par des non-résidents, mais début 2012 cette proportion était tombée à 30%. Elle a certainement encore chuté depuis. L’écheveau d’interdépendances financières au sein de la zone euro se défait ainsi à grande vitesse. La menace est proprement existentielle : quel sens y aurait-il à conserver monnaie commune dans un contexte de désintégration financière ?    

C’est à ce risque que la banque centrale tente de répondre avec le nouveau programme d’achat de titres lancé début septembre, c’est lui que les chefs d’Etat ont voulu conjurer en lançant fin juin le projet d’union bancaire. La première a été très claire quant à son objectif : contrer les anticipations d’éclatement et faire ce qu’il faut pour préserver l’euro. Les seconds ont très explicitement énoncé leurs intentions : briser le cercle vicieux qui existe entre les banques et les Etats. Dans les deux cas, le virage est net, et il est très bienvenu. Il ne s’agit plus de privilégier le seul renforcement des disciplines budgétaires il s’agit de remédier aux fragilités systémiques de la zone euro, et dans l’immédiat d’enrayer la fragmentation.

Cela va-t-il suffire ? Côté BCE, les difficultés sont multiples. La plus visible est l’opposition de la Bundesbank. La levée de boucliers que la décision de relancer les achats de titres publics – cette fois sans limites –  a provoquée en Allemagne risque de miner la crédibilité de l’action engagée par Mario Draghi. Mais les embûches sont aussi opérationnelles. Instruite par ses déboires de l’été 2011, lorsque la coalition de Silvio Berlusconi était revenue sur ses engagements de taxation des hauts revenus dès le lancement des interventions de la BCE, celle-ci a annoncé qu’elle n’interviendrait qu’en faveur des pays ayant souscrit aux conditions fixée par le fonds de secours européen (le MES), dont les actionnaires sont les Etats. S’est ainsi nouée une relation quasi-contractuelle potentiellement aventureuse : que se passera-t-il, par exemple, si le MES renégocie un programme d’assistance avec un Etat contre l’avis de la BCE ? Dans l’immédiat, que se passera-t-il si l’Espagne continue de considérer un programme d’assistance comme une humiliation insupportable ? La solution choisie est certainement moins problématique que l’exercice de la conditionnalité par la BCE elle-même, mais elle n’est pas sans risques. 

Côté union bancaire, l’ambition de l’entreprise reste incertaine. Déjà, le débat est vif entre la France, qui veut faire passer toute les banques sous supervision européenne, et l’Allemagne, qui veut qu’on s’en tienne aux plus grandes. Confier à Francfort la responsabilité directe de 6000 banques serait évidemment absurde, mais se limiter aux vingt plus grandes serait inefficace : ce ne sont pas BBVA et Santander qui ont mis l’Espagne en difficulté, mais les fameuses Cajas. Il faut donc couvrir assez large, concrètement une ou deux centaines de banques. Mais surtout, se limiter à la supervision ne résoudrait pas le problème. Pour protéger les Etats des catastrophes bancaires il faut aussi mutualiser la gestion des crises et organiser l’accès à une ressource budgétaire commune. C’est évidemment beaucoup plus ambitieux et pour l’heure, cela ne fait pas partie des discussions.

Dans l’immédiat les marchés semblent impressionnés : entre la veille du sommet de fin juin, et le lendemain des annonces de la BCE, début septembre, le coût des financements à deux ans  a baissé de deux à trois points pour l’Espagne et l’Italie. C’est une bonne nouvelle pour les hôteliers des Alpes et des Pyrénées. Mais c’est loin de suffire. Il ne faudrait pas qu’encore une fois, le soulagement fasse le lit de l’inaction.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article
 

Blog Post

Will European Union recovery spending be enough to fill digital investment gaps?

The recovery facility will boost digital transformation, but questions remain whether it will be sufficient to achieve Europe’s digital ambitions.

By: Zsolt Darvas, J. Scott Marcus and Alkiviadis Tzaras Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: July 20, 2021
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

A new direction for the European Union’s half-hearted semiconductor strategy

The EU needs a more targeted strategy to increase its presence in this strategic and thriving sector, building on its existing strengths, while accommodating its relatively low domestic needs.

By: Niclas Poitiers and Pauline Weil Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: July 15, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

Fit for 55 marks Europe’s climate moment of truth

With Fit for 55, Europe is the global first mover in turning a long-term net-zero goal into real-world policies, marking the entry of climate policy into the daily life of all citizens and businesses.

By: Simone Tagliapietra Topic: Energy & Climate, European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More on this topic
 

Blog Post

Fair vaccine access is a goal Europe cannot afford to miss – July update

European countries must do more to tackle the vaccine uptake gap. Vaccination data should be published at the maximum granularity level so researchers and local decision-makers can monitor progress.

By: Lionel Guetta-Jeanrenaud and Mario Mariniello Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

SPACs in the gap

Special-purpose acquisition vehicles could fill a gap in European equity markets and lure risk-averse investors off the sidelines.

By: Rebecca Christie Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Date: July 13, 2021
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
1
12:30

The EU recovery fund - state of play and outlook

Bruegel Annual Meetings, Day 1- In this session we will discuss the EU recovery fund, its state of play and outlook.

Speakers: Nadia Calviño, Karolina Ekholm and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
2
10:00

Conversation on the recovery programmes

Bruegel Annual Meetings, Day 2- In this session, we discuss the recovery programmes.

Speakers: Maria Demertzis, Mehreen Khan and Tadeusz Kościński Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event
 

Upcoming Event

Sep
2
13:00

European banks: under global competitive pressure?

Bruegel Annual Meetings, Day 2 - European banks have lost stature and remain generally low-profitability, low-valuation in comparison to their global peers. Is that a problem? If so, what can EU policymakers do to address it?

Speakers: José Antonio Álvarez Álvarez, Mairead McGuinness and Nicolas Véron Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
2
15:45

Blending physical and virtual: shaping the new workplace

Bruegel Annual Meetings, Day 2 - This panel will cover the changes the COVID-19 pandemic made to our workplaces, and what to expect in the near future.

Speakers: Nicholas Bloom, Michael Froman, Mario Mariniello, Sara Matthieu and Luca Visentini Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Academy Palace
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
09:00

The role of the EU's trade strategy for an inclusive and sustainable recovery

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - We are delighted to welcome Valdis Dombrovskis, Executive Vice President of the European Commission for An Economy that Works for People to talk about Europe's trade strategy.

Speakers: Valdis Dombrovskis and Alicia García-Herrero Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
10:15

Conference on the Future of Europe: envisioning EU citizens engagement

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - Panellists will discuss different options and what they may entail while revisiting the debates on the future of Europe at national and EU-level that have been conducted thus far.

Speakers: Caroline de Gruyter, Kalypso Nicolaïdis, Niclas Poitiers and György Szapáry Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read article More on this topic
 

Blog Post

A breakdown of EU countries’ post-pandemic green spending plans

An analysis of European Union countries’ recovery plans shows widely differing green spending priorities.

By: Klaas Lenaerts and Simone Tagliapietra Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 8, 2021
Load more posts