Blog Post

L’affaire des deux hôtels

Ce sont deux hôtels alpins situés de part et d’autre de la frontière austro-italienne. Tout les rapproche : les paysages, la clientèle, le dialecte des employés. Ils facturent dans la même monnaie. Ils sont clients de la même banque, une grande institution paneuropéenne. Mais ils ne payent pas du tout le même taux d’intérêt : le coût […]

By: Date: September 17, 2012 Topic: Macroeconomic policy

Ce sont deux hôtels alpins situés de part et d’autre de la frontière austro-italienne. Tout les rapproche : les paysages, la clientèle, le dialecte des employés. Ils facturent dans la même monnaie. Ils sont clients de la même banque, une grande institution paneuropéenne. Mais ils ne payent pas du tout le même taux d’intérêt : le coût du crédit est beaucoup plus cher pour l’établissement italien que pour son concurrent, parce que la banque applique à chacun le taux des emprunts d’Etat dans son propre pays, augmenté d’une prime de risque et des frais d’intermédiation.

Le cas, authentique, résume la fragmentation financière à laquelle la zone euro fait face. Vingt ans après l’achèvement supposé du marché unique européen, la concurrence entre les entreprises est faussée, parce que le crédit favorise celles du Nord et pénalise celles du Sud, alors même que ces dernières souffrent déjà de coûts plus élevés et de marchés en récession.

Les banques ne sont pas coupables : au Sud, elles peinent elles-mêmes à se financer, et celles d’entre elles qui sont établies dans plusieurs pays se voient interdire par les superviseurs du Nord d’utiliser les liquidités abondantes dont elles disposent pour prêter de l’autre côté de la frontière.

La situation des Etats n’est pas meilleure. Début 2007 plus de la moitié de la dette publique espagnole était détenue par des non-résidents, mais début 2012 cette proportion était tombée à 30%. Elle a certainement encore chuté depuis. L’écheveau d’interdépendances financières au sein de la zone euro se défait ainsi à grande vitesse. La menace est proprement existentielle : quel sens y aurait-il à conserver monnaie commune dans un contexte de désintégration financière ?    

C’est à ce risque que la banque centrale tente de répondre avec le nouveau programme d’achat de titres lancé début septembre, c’est lui que les chefs d’Etat ont voulu conjurer en lançant fin juin le projet d’union bancaire. La première a été très claire quant à son objectif : contrer les anticipations d’éclatement et faire ce qu’il faut pour préserver l’euro. Les seconds ont très explicitement énoncé leurs intentions : briser le cercle vicieux qui existe entre les banques et les Etats. Dans les deux cas, le virage est net, et il est très bienvenu. Il ne s’agit plus de privilégier le seul renforcement des disciplines budgétaires il s’agit de remédier aux fragilités systémiques de la zone euro, et dans l’immédiat d’enrayer la fragmentation.

Cela va-t-il suffire ? Côté BCE, les difficultés sont multiples. La plus visible est l’opposition de la Bundesbank. La levée de boucliers que la décision de relancer les achats de titres publics – cette fois sans limites –  a provoquée en Allemagne risque de miner la crédibilité de l’action engagée par Mario Draghi. Mais les embûches sont aussi opérationnelles. Instruite par ses déboires de l’été 2011, lorsque la coalition de Silvio Berlusconi était revenue sur ses engagements de taxation des hauts revenus dès le lancement des interventions de la BCE, celle-ci a annoncé qu’elle n’interviendrait qu’en faveur des pays ayant souscrit aux conditions fixée par le fonds de secours européen (le MES), dont les actionnaires sont les Etats. S’est ainsi nouée une relation quasi-contractuelle potentiellement aventureuse : que se passera-t-il, par exemple, si le MES renégocie un programme d’assistance avec un Etat contre l’avis de la BCE ? Dans l’immédiat, que se passera-t-il si l’Espagne continue de considérer un programme d’assistance comme une humiliation insupportable ? La solution choisie est certainement moins problématique que l’exercice de la conditionnalité par la BCE elle-même, mais elle n’est pas sans risques. 

Côté union bancaire, l’ambition de l’entreprise reste incertaine. Déjà, le débat est vif entre la France, qui veut faire passer toute les banques sous supervision européenne, et l’Allemagne, qui veut qu’on s’en tienne aux plus grandes. Confier à Francfort la responsabilité directe de 6000 banques serait évidemment absurde, mais se limiter aux vingt plus grandes serait inefficace : ce ne sont pas BBVA et Santander qui ont mis l’Espagne en difficulté, mais les fameuses Cajas. Il faut donc couvrir assez large, concrètement une ou deux centaines de banques. Mais surtout, se limiter à la supervision ne résoudrait pas le problème. Pour protéger les Etats des catastrophes bancaires il faut aussi mutualiser la gestion des crises et organiser l’accès à une ressource budgétaire commune. C’est évidemment beaucoup plus ambitieux et pour l’heure, cela ne fait pas partie des discussions.

Dans l’immédiat les marchés semblent impressionnés : entre la veille du sommet de fin juin, et le lendemain des annonces de la BCE, début septembre, le coût des financements à deux ans  a baissé de deux à trois points pour l’Espagne et l’Italie. C’est une bonne nouvelle pour les hôteliers des Alpes et des Pyrénées. Mais c’est loin de suffire. Il ne faudrait pas qu’encore une fois, le soulagement fasse le lit de l’inaction.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Nov
4
14:00

European monetary policy: lessons from the past two decades

This event will feature the presentation of “Monetary Policy in Times of Crisis – A Tale of Two Decades of the European Central Bank."

Speakers: Petra Geraats, Wolfgang Lemke and Francesco Papadia Topic: Macroeconomic policy
Read article More by this author
 

Opinion

European governance

Can EU fiscal rules jump on the green bandwagon?

By and large, setting a new green golden rule would be a useful addition to the existing EU fiscal framework.

By: Guntram B. Wolff Topic: European governance, Green economy, Macroeconomic policy Date: October 22, 2021
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Nov
9
11:00

Phasing out COVID-19 emergency support programmes: effects on productivity and financial stability

How can European countries phase out the COVID-19 support measures without having a negative impact on productivity and financial stability?

Speakers: Maria Demertzis and Laurie Mayers Topic: Macroeconomic policy
Read article
 

Blog Post

European governance

Germany’s post-pandemic current account surplus

The pandemic has increased the net lending position of the German corporate sector. By incentivising private investment, policymakers could trigger a virtuous cycle of increasing wages, decreasing corporate net lending, which would eventually lead to a reduction of the economy-wide current account surplus.

By: Lionel Guetta-Jeanrenaud and Guntram B. Wolff Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: October 21, 2021
Read about event
 

Past Event

Past Event

Monetary policy in the time of climate change

How does climate change influence monetary policy in the eurozone? What potential monetary policy measures should be taken up to address climate risks?

Speakers: Cornelia Holthausen, Jean Pisani-Ferry and Guntram B. Wolff Topic: Green economy, Macroeconomic policy Date: October 20, 2021
Read article More by this author
 

Podcast

Podcast

Rethinking fiscal policy

A look at the past, present and future of fiscal policy in the European Union with Chief economist of the European Stability Mechanism, Rolf Strauch.

By: The Sound of Economics Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: October 20, 2021
Read article
 

External Publication

European Parliament

Tailoring prudential policy to bank size: the application of proportionality in the US and euro area

In-depth analysis prepared for the European Parliament's Committee on Economic and Monetary Affairs (ECON).

By: Alexander Lehmann and Nicolas Véron Topic: Banking and capital markets, European Parliament, Macroeconomic policy Date: October 14, 2021
Read article More by this author
 

External Publication

Global Economic Resilience: Building Forward Better

A roadmap for systemic economic reform calling for step-change in global economic governance to increase resilience and build forward better from economic shocks, prepared for the G7 Advisory Panel on Economic Resilience.

By: Thomas Wieser Topic: Global economy and trade, Macroeconomic policy Date: October 14, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

Letter: Declining investment may explain why rates are low

Perhaps an analysis of the causes of the declining investment rate would bring us closer to explaining why real interest rates are so low.

By: Marek Dabrowski Topic: Macroeconomic policy Date: October 1, 2021
Read article More by this author
 

Podcast

Podcast

A green fiscal pact

How can the European Union increase green public investment while consolidating budget deficits?

By: The Sound of Economics Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: September 29, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Blog Post

Monetary arithmetic and inflation risk

Between 2007 and 2020, the balance sheets of the European Central Bank, the Bank of Japan, and the Fed have all increased about sevenfold. But inflation stayed low throughout the 2010s. This was possible due to decreasing money velocity and the money multiplier. However, a continuation of asset purchasing programs by central banks involves the risk of higher inflation and fiscal dominance.

By: Marek Dabrowski Topic: Macroeconomic policy Date: September 28, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

The pandemic’s uncertain impact on productivity

The pandemic has certainly permanently affected our way of working. Whether this is for the better remains to be seen.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: September 28, 2021
Load more posts