Blog Post

François Hollande doit choisir ses contraintes

Les grammairiens s’étonneront peut-être de la lecture que le Conseil constitutionnel vient de faire du traité budgétaire européen. Certains de nos partenaires y verront sans doute une prise de liberté avec l’esprit de l’accord à 25 conclu en mars dernier à la demande de l’Allemagne. Mais la décision rendue est claire : soit la France se dote d’une règle budgétaire contraignante, de type règle d’or, et elle doit réviser sa constitution ; soit elle fait reposer le respect des normes européennes de finances publiques sur la mise en place de procédures de décision et d’exécution budgétaires, et elle n’en a pas besoin.

By: Date: August 13, 2012 Topic: Macroeconomic policy

Les grammairiens s’étonneront peut-être de la lecture que le Conseil constitutionnel vient de faire du traité budgétaire européen. Certains de nos partenaires y verront sans doute une prise de liberté avec l’esprit de l’accord à 25 conclu en mars dernier à la demande de l’Allemagne. Mais la décision rendue est claire : soit la France se dote d’une règle budgétaire contraignante, de type règle d’or, et elle doit réviser sa constitution ; soit elle fait reposer le respect des normes européennes de finances publiques sur la mise en place de procédures de décision et d’exécution budgétaires, et elle n’en a pas besoin.

La distinction paraît absconse. Elle est importante. Choisir la première voie, c’est se fier à l’automaticité d’une règle numérique, avec ce que cela comporte de sécurité mais aussi de rigidité ; choisir la seconde, c’est miser sur la qualité des institutions et des procédures qui concourent à la décision, avec ce que cela implique de souplesse, mais aussi de facilités potentielles.

Sans surprise, l’Elysée a immédiatement fait le choix de cette seconde voie. La question qui se pose est désormais de savoir si la réforme sera assez ambitieuse pour assurer la crédibilité budgétaire dont la France a un besoin urgent.         

François Hollande, on le sait depuis les primaires, est un partisan de la responsabilité budgétaire. Pour en convaincre, il a misé sur l’annonce d’objectifs nominaux (3% en 2013, équilibre en 2017), dont le gouvernement a réaffirmé qu’ils étaient intangibles. En France comme dans toute l’Europe, la perspective d’une nouvelle récession vient cependant mettre en cause cette stratégie. En l’absence de croissance, ramener le déficit à 3% en 2013 demanderait selon la Cour des comptes un effort de plus de 40 milliards d’euros, sensiblement plus qu’initialement envisagé. Or on sait que l’impact récessif d’une restriction budgétaire est particulièrement fort en situation de stagnation. Il serait donc raisonnable – et conforme au traité européen – de changer de pied pour mettre l’accent sur des objectifs formulés en termes structurels, c’est-à-dire corrigés des effets de la conjoncture.

Le problème est que depuis plus d’une décennie, trop d’engagements non tenus ont ruiné notre crédibilité budgétaire. Ce qui en reste repose aujourd’hui sur le respect des 3 pour cent en 2013. Y renoncer exposerait à une crise de défiance et à une détérioration rapide des conditions d’emprunt. L’opération ne peut donc se concevoir que si le pays se dote simultanément d’un cadre de politique budgétaire exigeant.

Le premier pilier devrait en être l’élaboration d’une définition endogène de la responsabilité budgétaire. Les normes européennes – déficit structurel de moins de 0,5% du PIB, résorption d’un vingtième par an de l’excès de dette – ne sont que des repères grossiers. Il est, par exemple, sans fondement de retenir la même norme pour un pays dont les régimes de retraite reposent sur la répartition et pour un autre qui a misé sur la capitalisation. Il est plus que temps que la France délibère de ses choix inter-temporels, si possible dans un cadre pluri-partisan et, sans déboucher sur une règle numérique, en tire les conséquences pour ses objectifs de finances publiques.

Le deuxième pilier devrait être une réforme de la décision budgétaire. La gestion au jour le jour des finances publiques nous a coûté très cher : chaque bonne nouvelle sur les recettes a généralement été l’occasion d’augmenter les dépenses ou, plus souvent, de procéder à des baisses d’impôts précipitées. Pour y remédier, le parlement devrait voter en début de législature une loi pluriannuelle qui fixe pour cinq ans – sauf événement majeur – la trajectoire des dépenses en volume et le volume annuel des mesures nouvelles en matière de prélèvements obligatoires. Etablie sur la base d’hypothèses de croissance prudentes, cette programmation offrirait suffisamment de souplesse pour que le budget joue un rôle contra-cyclique, tout en incitant à gérer les finances publiques de manière soutenable. Elle devrait être complétée par une surveillance de l’exécution budgétaire, qui limite strictement les dérapages en cours d’année. Ce devrait être le rôle de la Cour des comptes.

Le troisième pilier est institutionnel. Parce qu’il contrôle aujourd’hui les hypothèses sous-jacentes aux décisions budgétaires, le ministre des Finances est en permanence tenté de miser sur l’optimisme. La multiplicité des prévisions indépendantes l’en empêche pour les prévisions économiques à court terme, mais il conserve cette dangereuse latitude pour les prévisions de recettes et les perspectives économiques à moyen terme. C’est un mauvais usage de la responsabilité politique. Il faudrait y mettre fin en confiant les hypothèses économiques et les prévisions de recettes à un comité indépendant. L’exemple du Royaume-Uni, où ce travail est effectué par les techniciens du ministère des Finances, mais sous l’autorité d’un tel comité, est à cet égard intéressant.

Libéré de l’hypothèque constitutionnelle, François Hollande a les mains libres. Mais s’il veut préserver ses marges de manœuvre économiques, il lui faut accepter de limiter l’espace du discrétionnaire, et se fixer des contraintes.  

* This article was originally published as a column for Le Monde.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article
 

External Publication

European Parliament

Tailoring prudential policy to bank size: the application of proportionality in the US and euro area

In-depth analysis prepared for the European Parliament's Committee on Economic and Monetary Affairs (ECON).

By: Alexander Lehmann and Nicolas Véron Topic: Banking and capital markets, European Parliament, Macroeconomic policy Date: October 14, 2021
Read article More by this author
 

External Publication

Global Economic Resilience: Building Forward Better

A roadmap for systemic economic reform calling for step-change in global economic governance to increase resilience and build forward better from economic shocks, prepared for the G7 Advisory Panel on Economic Resilience.

By: Thomas Wieser Topic: Global economy and trade, Macroeconomic policy Date: October 14, 2021
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Nov
4
14:00

European monetary policy: lessons from the past two decades

This event will feature the presentation of “Monetary Policy in Times of Crisis – A Tale of Two Decades of the European Central Bank."

Speakers: Grégory Claeys and Wolfgang Lemke Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

Letter: Declining investment may explain why rates are low

Perhaps an analysis of the causes of the declining investment rate would bring us closer to explaining why real interest rates are so low.

By: Marek Dabrowski Topic: Macroeconomic policy Date: October 1, 2021
Read article More by this author
 

Podcast

Podcast

A green fiscal pact

How can the European Union increase green public investment while consolidating budget deficits?

By: The Sound of Economics Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: September 29, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Blog Post

Monetary arithmetic and inflation risk

Between 2007 and 2020, the balance sheets of the European Central Bank, the Bank of Japan, and the Fed have all increased about sevenfold. But inflation stayed low throughout the 2010s. This was possible due to decreasing money velocity and the money multiplier. However, a continuation of asset purchasing programs by central banks involves the risk of higher inflation and fiscal dominance.

By: Marek Dabrowski Topic: Macroeconomic policy Date: September 28, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

The pandemic’s uncertain impact on productivity

The pandemic has certainly permanently affected our way of working. Whether this is for the better remains to be seen.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: September 28, 2021
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How to strike the right balance between the three pillars of the pension system?

In this event panelists will discuss the future of European pension schemes.

Speakers: Elsa Fornero, Svend E. Hougaard Jensen and Suvi-Anne Siimes Topic: Macroeconomic policy Date: September 23, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Blog Post

Germany’s foreign economic policy: four essential steps

Germany and the EU need to develop a strong and proactive agenda to manage foreign economic relations, which are essential for German and European prosperity.

By: Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: September 23, 2021
Read article Download PDF More by this author
 

Policy Contribution

A new integrated-value assessment method for corporate investment

To contribute more to the green transition, companies should start to make investment decisions based on integrated-value assessment, weighing up the environmental and social impacts alongside the financial returns.

By: Dirk Schoenmaker Topic: Green economy, Macroeconomic policy Date: September 23, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Podcast

Podcast

Unboxing the State of the Union 2021

In this Sound of Economics Live episode, Bruegel experts look at the State of the Union address delivered by Ursula von der Leyen, President of the European Commission.

By: The Sound of Economics Topic: Macroeconomic policy Date: September 15, 2021
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

The Sound of Economics Live: Unboxing the State of the Union 2021

In this Sound of Economics Live episode, we look at the State of the Union address delivered by Ursula von der Leyen, President of the European Commission.

Speakers: Grégory Claeys, Maria Demertzis, Alicia García-Herrero and Giuseppe Porcaro Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: September 15, 2021
Load more posts