Blog Post

Comment bâtir une union bancaire européenne crédible

Un nouveau concept est apparu dans la discussion européenne : celui d’union bancaire. L’expression rebute car elle associe les banques -les responsables de la crise -et l’Union européenne -responsable de l’avoir mal gérée. L’idée fait cependant sens, voici pourquoi. L’euro a été construit sur deux piliers : un pilier monétaire, avec la BCE ; et un pilier budgétaire, […]

By: Date: June 5, 2012 Topic: Macroeconomic policy

Un nouveau concept est apparu dans la discussion européenne : celui d’union bancaire. L’expression rebute car elle associe les banques -les responsables de la crise -et l’Union européenne -responsable de l’avoir mal gérée. L’idée fait cependant sens, voici pourquoi.

L’euro a été construit sur deux piliers : un pilier monétaire, avec la BCE ; et un pilier budgétaire, avec le Pacte de stabilité. Mis à part l’interdiction des contrôles de capitaux et la promotion du marché unique des services financiers (applicables aux Vingt-Sept), l’Union monétaire n’a ni pilier financier ni composante bancaire. La BCE elle-même n’est pas en charge de la stabilité financière.

La crise a montré les limites de ce modèle. Le marché financier intégré est en voie de fragmentation : les banques, qui se voulaient européennes par temps calme, sont redevenues nationales parce que seuls les gouvernements nationaux peuvent les renflouer et les superviseurs les ont fortement encouragées à réduire leur exposition au-delà des frontières. Certes, il est difficile de demander aux contribuables nationaux de payer les conséquences d’opérations transfrontalières imprudentes, mais, mise en oeuvre alors même que les capitaux ont cessé de circuler du Nord au Sud, la logique du repli accentue le risque de désintégration.

La corrélation entre doutes sur la solvabilité des banques et doutes sur la solvabilité des Etats a, ensuite, révélé sa puissance déstabilisatrice. En Grèce, en Irlande, en Espagne et en Italie, une logique infernale de contamination réciproque s’est manifestée avec violence. Elle s’explique notamment par le biais national des banques en faveur des obligations émises par leur état souverain (biais, d’ailleurs, moins prononcé en France que chez nos partenaires) et par la responsabilité des Etats dans le renflouement des banques. La BCE ne peut pas enrayer ce cercle vicieux car elle n’est pas et ne peut pas être mandatée pour porter secours aux Etats pris individuellement.

Evoluer vers une union bancaire, et donc une responsabilité centralisée en matière de garantie des dépôts, de supervision bancaire et de résolution des crises, contribuerait à la résilience de l’Union monétaire en renforçant l’intégration financière et en réduisant le potentiel de corrélation entre les crises souveraines et les crises bancaires.

L’affaire n’est cependant pas mince. Pour commencer, il ne faut pas se cacher que l’assurance des dépôts doit être confortée par un accès à la ressource fiscale : il ne servirait à rien de mettre en place un fonds insuffisant pour faire face à une crise d’ampleur. De même, si la responsabilité de renflouer les banques passe au niveau européen, il est indispensable qu’il en aille de même pour la supervision : à défaut, les superviseurs nationaux seraient incités à se montrer négligents face à la prise de risque. Et une capacité exécutive s’impose aussi pour décider et assumer recapitalisations et restructurations.

Deuxièmement, il y a des limites à ce qui peut être assuré. Le fonds européen ne peut pas garantir la valeur des dépôts en euros, parce que cela reviendrait, en protégeant les déposants contre une redénomination de leurs avoirs, à subventionner une éventuelle sortie de l’euro.

Troisièmement, la zone euro n’inclut pas le principal centre financier européen, Londres. Il faudra donc jouer sur la géométrie variable pour combiner les dimensions UE et zone euro. David Cameron a, heureusement, décidé que l’intérêt national commandait de laisser la zone euro faire ce qu’il lui faut faire pour survivre. Mais le diable est dans les détails et les négociations quant aux contours exacts de l’union bancaire et son interaction avec les règles du marché unique seront délicates.

Dernier point, mais non des moindres, tout mécanisme d’assurance comporte des biais distributifs. Les pays dont les banques sont plus solides sont réticents à subventionner ceux dont le système financier est perçu comme plus fragile. Même si les crises bancaires ne sont l’apanage de personne et même si la survie de l’euro vaut bien un transfert Nord-Sud, les pays de l’Europe du Nord restent, dans l’immédiat, réticents à prendre en charge la recapitalisation des banques espagnoles.

L’Europe va-t-elle sauter le pas ? Jusqu’à peu, cela semblait improbable. Le protectionnisme financier, la peur des transferts, l’aversion à la centralisation se liguaient contre l’idée d’union bancaire. Mais la perception par les marchés que l’existence même de l’euro est en jeu pourrait bien changer la donne. Ce ne serait pas la première fois que les dirigeants européens attendraient d’être au bord du gouffre pour prendre une décision. Mais pas non plus la première fois qu’ils finiraient par reconnaître les faits et en tirer les conséquences.

This is the French version of the column The case for a European banking union. A version of this column was also published in Les Echos


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May
25
14:30

How can we support and restructure firms hit by the COVID-19 crisis?

What are the vulnerabilities and risks in the enterprise sector and how prepared are countries to handle a large-scale restructuring of businesses?

Speakers: Ceyla Pazarbasioglu and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May - Jun
31-1
10:30

MICROPROD Final Event

Final conference of the MICROPROD project

Speakers: Carlo Altomonte, Eric Bartelsman, Marta Bisztray, Italo Colantone, Maria Demertzis, Filippo di Mauro, Wolfhard Kaus, Steffen Müller, Gianluca Santoni, Verena Plümpe, Andrea Roventini, Valerie Smeets, Nicola Viegi, Markus Zimmermann and Javier Miranda Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event
 

Past Event

Past Event

[Cancelled] Shifting taxes in order to achieve green goals

[This event is cancelled until further notice] How could shifting the tax burden from labour to pollution and resources help the EU reach its climate goals?

Speakers: Niclas Poitiers and Femke Groothuis Topic: Green economy, Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 12, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How are crises changing central bank doctrines?

How is monetary policy evolving in the face of recent crises? With central banks taking on new roles, how accountable are they to democratic institutions?

Speakers: Maria Demertzis, Benoît Coeuré, Pervenche Berès, Hans-Helmut Kotz and Athanasios Orphanides Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 11, 2022
Read article Download PDF More by this author
 

Book/Special report

European governanceInclusive growth

Bruegel annual report 2021

The Bruegel annual report provides a broad overview of the organisation's work in the previous year.

By: Bruegel Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: May 6, 2022
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

European governance

Fiscal support and monetary vigilance: economic policy implications of the Russia-Ukraine war for the European Union

Policymakers must think coherently about the joint implications of their actions, from sanctions on Russia to subsidies and transfers to their own citizens, and avoid taking measures that contradict each other. This is what we try to do in this Policy Contribution, focusing on the macroeconomic aspects of relevance for Europe.

By: Olivier Blanchard and Jean Pisani-Ferry Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: April 29, 2022
Read article Download PDF More on this topic
 

Working Paper

The low productivity of European firms: how can policies enhance the allocation of resources?

A summary of the most important policy lessons from research undertaken in the MICROPROD project work package 4, related to the allocation of the factors of production, with a special focus on the weak dynamism of European small and medium-sized enterprises (SMEs).

By: Grégory Claeys, Marie Le Mouel and Giovanni Sgaravatti Topic: Macroeconomic policy Date: April 25, 2022
Read article More on this topic
 

External Publication

What drives implementation of the European Union’s policy recommendations to its member countries?

Article published in the Journal of Economic Policy Reform.

By: Konstantinos Efstathiou and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: April 13, 2022
Read article Download PDF More on this topic More by this author
 

Working Paper

Measuring the intangible economy to address policy challenges

The purpose of the first work package of the MICROPROD project was to improve the firm-level data infrastructure, expand the measurement of intangible assets and enable cross-country analyses of these productivity trends.

By: Marie Le Mouel Topic: Macroeconomic policy Date: April 11, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Macroeconomic and financial stability in changing times: conversation with Andrew Bailey

Guntram Wolff will be joined in conversation by Andrew Bailey, Governor of the Bank of England.

Speakers: Andrew Bailey and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: March 28, 2022
Read article
 

Opinion

European governance

How to reconcile increased green public investment needs with fiscal consolidation

The EU’s ambitious emissions reduction targets will require a major increase in green investments. This column considers options for increasing public green investment when major consolidations are needed after the fiscal support provided during the pandemic. The authors make the case for a green golden rule allowing green investment to be funded by deficits that would not count in the fiscal rules. Concerns about ‘greenwashing’ could be addressed through a narrow definition of green investments and strong institutional scrutiny, while countries with debt sustainability concerns could initially rely only on NGEU for their green investment.

By: Zsolt Darvas and Guntram B. Wolff Topic: European governance, Green economy, Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

The week inflation became entrenched

The events that have unfolded since 24 February have solved one dispute: inflation is no longer temporary.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Load more posts