Blog Post

M. Hollande, ce n’est pas le moment d’être normal

En s’engageant fin 2011 sur le thème de la croissance et en annonçant son intention de renégocier le traité budgétaire, François Hollande courait le danger d’être marginalisé dans une Europe qui attendait son salut de l’austérité. Six mois plus tard, il recueille les fruits de sa prise de risque : alors qu’elle est entrée en récession […]

By: Date: May 14, 2012 Topic: Macroeconomic policy

En s’engageant fin 2011 sur le thème de la croissance et en annonçant son intention de renégocier le traité budgétaire, François Hollande courait le danger d’être marginalisé dans une Europe qui attendait son salut de l’austérité. Six mois plus tard, il recueille les fruits de sa prise de risque : alors qu’elle est entrée en récession et que, sur son flanc sud, se multiplient les signes d’exaspération sociale, l’Union européenne se prépare à saisir l’occasion de rééquilibrer ses priorités.

Une grande ambiguïté règne cependant, car des orientations très diverses se retrouvent sous le même étendard de la croissance. Dans ces conditions, François Hollande a le choix entre deux stratégies. La première est de se satisfaire peu ou prou des fruits qu’on va lui tendre et de déclarer victoire, pour pouvoir signer le traité budgétaire. Ces fruits, ce sont la création de project bonds associant implication publique et capitaux privés afin de rendre attractives des obligations trop risquées pour trouver aisément preneur sur le marché ; une recapitalisation de la Banque européenne d’investissement (BEI), actuellement menacée de perdre son AAA, pour lui permettre, au moins, de maintenir son volume de prêts ; un meilleur usage des fonds structurels européens, qui répondent trop souvent à une logique d’abonnement et mériteraient d’être mis au service du redressement économique ; ou encore des initiatives ciblées financées sur le budget communautaire.

Tout cela mérite attention. Mais il faut raison garder: l’Europe est déjà le continent le mieux doté en infrastructures ; elle sort à peine d’une bulle solaire induite par des subventions trop généreuses au regard de l’état de la technologie ; les fonds structurels ne pèsent macro-économiquement que dans quelques pays ; et, de toutes façons, quelques dizaines de milliards de nouveaux projets ne suffiront pas à redresser une économie dont le PIB est de 12.600 milliards d’euros.

L’autre stratégie est plus ambitieuse. Elle consiste pour le nouveau président à investir son capital politique dans une négociation de fond sur la solution aux problèmes systémiques et macroéconomiques qui menacent la prospérité et, à terme, la survie même de la zone euro.

Les problèmes systémiques tiennent à la fragilité d’une union monétaire incomplète en voie de désintégration financière sous l’effet de l’arrêt des flux de capitaux Nord-Sud et de la pression exercée sur les banques par les régulateurs nationaux. Une zone euro assise sur un marché des capitaux fragmenté perdrait beaucoup de sa raison d’être, c’est pourtant dans cette direction qu’elle continuera sans doute à se diriger si l’Europe n’engage pas la construction d’une union bancaire mettant en commun assurance des dépôts, supervision et mécanismes de résolution des crises bancaires, et ne réfléchit pas à des formes de mutualisation des dettes souveraines.  

Les problèmes macroéconomiques tiennent à la difficulté d’un rééquilibrage Nord-Sud après dix ans de dégradation de la compétitivité relative du Sud. Ce rééquilibrage passe inévitablement par des ajustements douloureux, dont l’austérité budgétaire est une composante, mais il ne peut se résumer à une série d’efforts sans contrepartie de la part des pays en difficulté. Il revêt aussi une dimension collective : demander au Sud de regagner la compétitivité par la déflation serait l’emprisonner dans le double carcan de la dette publique et de la dette privée, et donc augmenter considérablement les risques d’échec. La solution passe, plutôt, par un meilleur dosage des efforts budgétaires et une hausse des salaires au Nord. Avec 2% d’inflation moyenne dans la zone il faut, pour les années à venir, nettement moins de hausse des prix au Sud et nettement plus au Nord. Il importe donc de convaincre le Nord, qui commence d’ailleurs à en prendre conscience, d’accepter cet écart, et de s’engager à ne pas tenter de contenir sa propre inflation tant que la stabilité des prix restera assurée en moyenne dans la zone euro.       

Cette seconde stratégie est d’une toute autre ampleur que la première, elle comporte des risques, et elle est consommatrice de capital politique. Une union bancaire ou la mutualisation des dettes, avec ses inévitables contreparties budgétaires, impliqueraient un engagement européen politiquement coûteux au vu du premier tour. Et la France ne peut demander des efforts à l’Allemagne sans être prête à en faire elle-même, tant en matière de gestion des finances publiques que de réformes de compétitivité.

Pour un dirigeant politique normalement constitué la tentation doit être forte d’adopter la première stratégie, et de déclarer victoire à peu de frais avant de passer à autre chose. Dès avant la brutale aggravation de la crise politique grecque, cette réponse n’était déjà qu’un faux-semblant. La choisir au moment où menace la rechute serait accepter le danger d’un éclatement de la zone euro d’ici la fin du quinquennat.

Désolé M. Hollande, ce n’est pas le moment d’être normal.

A version of this column was also published in Le Monde


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May - Jun
31-1
10:30

MICROPROD Final Event

Improving understanding of productivity, its drivers and the way we measure it.

Speakers: Carlo Altomonte, Eric Bartelsman, Marta Bisztray, Peter Bøegh Nielsen, Italo Colantone, Maria Demertzis, Wolfhard Kaus, Javier Miranda, Steffen Müller, Hannu Piekkola, Verena Plümpe, Niclas Poitiers, Andrea Roventini, Gianluca Santoni, Valerie Smeets, Nicola Viegi and Markus Zimmermann Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article More on this topic More by this author
 

Podcast

Podcast

Taming inflation?

What are the implications of prolonged inflation?

By: The Sound of Economics Topic: Macroeconomic policy Date: May 25, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How can we support and restructure firms hit by the COVID-19 crisis?

What are the vulnerabilities and risks in the enterprise sector and how prepared are countries to handle a large-scale restructuring of businesses?

Speakers: Ceyla Pazarbasioglu and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 25, 2022
Read about event
 

Past Event

Past Event

[Cancelled] Shifting taxes in order to achieve green goals

[This event is cancelled until further notice] How could shifting the tax burden from labour to pollution and resources help the EU reach its climate goals?

Speakers: Niclas Poitiers and Femke Groothuis Topic: Green economy, Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 12, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How are crises changing central bank doctrines?

How is monetary policy evolving in the face of recent crises? With central banks taking on new roles, how accountable are they to democratic institutions?

Speakers: Maria Demertzis, Benoît Coeuré, Pervenche Berès, Hans-Helmut Kotz and Athanasios Orphanides Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 11, 2022
Read article Download PDF More by this author
 

Book/Special report

European governanceInclusive growth

Bruegel annual report 2021

The Bruegel annual report provides a broad overview of the organisation's work in the previous year.

By: Bruegel Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: May 6, 2022
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

European governance

Fiscal support and monetary vigilance: economic policy implications of the Russia-Ukraine war for the European Union

Policymakers must think coherently about the joint implications of their actions, from sanctions on Russia to subsidies and transfers to their own citizens, and avoid taking measures that contradict each other. This is what we try to do in this Policy Contribution, focusing on the macroeconomic aspects of relevance for Europe.

By: Olivier Blanchard and Jean Pisani-Ferry Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: April 29, 2022
Read article Download PDF More on this topic
 

Working Paper

The low productivity of European firms: how can policies enhance the allocation of resources?

A summary of the most important policy lessons from research undertaken in the MICROPROD project work package 4, related to the allocation of the factors of production, with a special focus on the weak dynamism of European small and medium-sized enterprises (SMEs).

By: Grégory Claeys, Marie Le Mouel and Giovanni Sgaravatti Topic: Macroeconomic policy Date: April 25, 2022
Read article More on this topic
 

External Publication

What drives implementation of the European Union’s policy recommendations to its member countries?

Article published in the Journal of Economic Policy Reform.

By: Konstantinos Efstathiou and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: April 13, 2022
Read article Download PDF More on this topic More by this author
 

Working Paper

Measuring the intangible economy to address policy challenges

The purpose of the first work package of the MICROPROD project was to improve the firm-level data infrastructure, expand the measurement of intangible assets and enable cross-country analyses of these productivity trends.

By: Marie Le Mouel Topic: Macroeconomic policy Date: April 11, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Macroeconomic and financial stability in changing times: conversation with Andrew Bailey

Guntram Wolff will be joined in conversation by Andrew Bailey, Governor of the Bank of England.

Speakers: Andrew Bailey and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: March 28, 2022
Read article
 

Opinion

European governance

How to reconcile increased green public investment needs with fiscal consolidation

The EU’s ambitious emissions reduction targets will require a major increase in green investments. This column considers options for increasing public green investment when major consolidations are needed after the fiscal support provided during the pandemic. The authors make the case for a green golden rule allowing green investment to be funded by deficits that would not count in the fiscal rules. Concerns about ‘greenwashing’ could be addressed through a narrow definition of green investments and strong institutional scrutiny, while countries with debt sustainability concerns could initially rely only on NGEU for their green investment.

By: Zsolt Darvas and Guntram B. Wolff Topic: European governance, Green economy, Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Load more posts