Blog Post

M. Hollande, ce n’est pas le moment d’être normal

En s’engageant fin 2011 sur le thème de la croissance et en annonçant son intention de renégocier le traité budgétaire, François Hollande courait le danger d’être marginalisé dans une Europe qui attendait son salut de l’austérité. Six mois plus tard, il recueille les fruits de sa prise de risque : alors qu’elle est entrée en récession […]

By: Date: May 14, 2012 Topic: Macroeconomic policy

En s’engageant fin 2011 sur le thème de la croissance et en annonçant son intention de renégocier le traité budgétaire, François Hollande courait le danger d’être marginalisé dans une Europe qui attendait son salut de l’austérité. Six mois plus tard, il recueille les fruits de sa prise de risque : alors qu’elle est entrée en récession et que, sur son flanc sud, se multiplient les signes d’exaspération sociale, l’Union européenne se prépare à saisir l’occasion de rééquilibrer ses priorités.

Une grande ambiguïté règne cependant, car des orientations très diverses se retrouvent sous le même étendard de la croissance. Dans ces conditions, François Hollande a le choix entre deux stratégies. La première est de se satisfaire peu ou prou des fruits qu’on va lui tendre et de déclarer victoire, pour pouvoir signer le traité budgétaire. Ces fruits, ce sont la création de project bonds associant implication publique et capitaux privés afin de rendre attractives des obligations trop risquées pour trouver aisément preneur sur le marché ; une recapitalisation de la Banque européenne d’investissement (BEI), actuellement menacée de perdre son AAA, pour lui permettre, au moins, de maintenir son volume de prêts ; un meilleur usage des fonds structurels européens, qui répondent trop souvent à une logique d’abonnement et mériteraient d’être mis au service du redressement économique ; ou encore des initiatives ciblées financées sur le budget communautaire.

Tout cela mérite attention. Mais il faut raison garder: l’Europe est déjà le continent le mieux doté en infrastructures ; elle sort à peine d’une bulle solaire induite par des subventions trop généreuses au regard de l’état de la technologie ; les fonds structurels ne pèsent macro-économiquement que dans quelques pays ; et, de toutes façons, quelques dizaines de milliards de nouveaux projets ne suffiront pas à redresser une économie dont le PIB est de 12.600 milliards d’euros.

L’autre stratégie est plus ambitieuse. Elle consiste pour le nouveau président à investir son capital politique dans une négociation de fond sur la solution aux problèmes systémiques et macroéconomiques qui menacent la prospérité et, à terme, la survie même de la zone euro.

Les problèmes systémiques tiennent à la fragilité d’une union monétaire incomplète en voie de désintégration financière sous l’effet de l’arrêt des flux de capitaux Nord-Sud et de la pression exercée sur les banques par les régulateurs nationaux. Une zone euro assise sur un marché des capitaux fragmenté perdrait beaucoup de sa raison d’être, c’est pourtant dans cette direction qu’elle continuera sans doute à se diriger si l’Europe n’engage pas la construction d’une union bancaire mettant en commun assurance des dépôts, supervision et mécanismes de résolution des crises bancaires, et ne réfléchit pas à des formes de mutualisation des dettes souveraines.  

Les problèmes macroéconomiques tiennent à la difficulté d’un rééquilibrage Nord-Sud après dix ans de dégradation de la compétitivité relative du Sud. Ce rééquilibrage passe inévitablement par des ajustements douloureux, dont l’austérité budgétaire est une composante, mais il ne peut se résumer à une série d’efforts sans contrepartie de la part des pays en difficulté. Il revêt aussi une dimension collective : demander au Sud de regagner la compétitivité par la déflation serait l’emprisonner dans le double carcan de la dette publique et de la dette privée, et donc augmenter considérablement les risques d’échec. La solution passe, plutôt, par un meilleur dosage des efforts budgétaires et une hausse des salaires au Nord. Avec 2% d’inflation moyenne dans la zone il faut, pour les années à venir, nettement moins de hausse des prix au Sud et nettement plus au Nord. Il importe donc de convaincre le Nord, qui commence d’ailleurs à en prendre conscience, d’accepter cet écart, et de s’engager à ne pas tenter de contenir sa propre inflation tant que la stabilité des prix restera assurée en moyenne dans la zone euro.       

Cette seconde stratégie est d’une toute autre ampleur que la première, elle comporte des risques, et elle est consommatrice de capital politique. Une union bancaire ou la mutualisation des dettes, avec ses inévitables contreparties budgétaires, impliqueraient un engagement européen politiquement coûteux au vu du premier tour. Et la France ne peut demander des efforts à l’Allemagne sans être prête à en faire elle-même, tant en matière de gestion des finances publiques que de réformes de compétitivité.

Pour un dirigeant politique normalement constitué la tentation doit être forte d’adopter la première stratégie, et de déclarer victoire à peu de frais avant de passer à autre chose. Dès avant la brutale aggravation de la crise politique grecque, cette réponse n’était déjà qu’un faux-semblant. La choisir au moment où menace la rechute serait accepter le danger d’un éclatement de la zone euro d’ici la fin du quinquennat.

Désolé M. Hollande, ce n’est pas le moment d’être normal.

A version of this column was also published in Le Monde


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Fiscal policy and rules after the pandemic

What are the possibilities for shaping the new fiscal policy?

Speakers: Zsolt Darvas, Maria Demertzis, Michel Heijdra and Katja Lautar Topic: Macroeconomic policy Date: November 24, 2021
Read article
 

Blog Post

European governance

Including home-ownership costs in the inflation indicator is not just a technical issue

The European Central Bank is right to propose inclusion of owner-occupied housing services in the inflation indicator. But the ECB’s preferred method would involve an asset price in the consumer inflation indicator.

By: Zsolt Darvas and Catarina Martins Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: November 18, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

Fiscal arithmetic and risk of sovereign insolvency

The record-high debt levels in advanced economies increase the risk of sovereign insolvency. Governments should start fiscal consolidation soon in an environment of low nominal and real interest rates and post-COVID growth.

By: Marek Dabrowski Topic: Global economy and trade, Macroeconomic policy Date: November 18, 2021
Read article More by this author
 

Opinion

European governance

Growth and inflation after the pandemic in the EU

Countries hit comparatively hard during the financial crisis, helped also by domestic and European policies, are bouncing back from the pandemic faster than their peers.

By: Maria Demertzis Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: November 18, 2021
Read article Download PDF More by this author
 

Parliamentary Testimony

European governanceFrench Senate

European Union countries’ National Recovery and Resilience Plans: A cross-country comparison

Testimony before the Economic Affairs Committee of the French Senate.

By: Simone Tagliapietra Topic: European governance, French Senate, Macroeconomic policy Date: November 12, 2021
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

European governance

Next Generation EU borrowing: a first assessment

The Next Generation EU programme is radically changing the way the EU finances itself and interacts with financial markets. This paper assesses the first design decisions made by the European Commission and the issuances that have taken place so far. It also outlines the potential risks and opportunities linked to this upgrading of the EU borrowing.

By: Rebecca Christie, Grégory Claeys and Pauline Weil Topic: Banking and capital markets, European governance, Macroeconomic policy Date: November 10, 2021
Read article Download PDF More by this author
 

Parliamentary Testimony

European governanceEuropean Parliament

The New Euro Area Inflation Indicator and Target: The Right Reset?

Testimony to the Monetary Dialogue Preparatory Meeting of the European Parliament's Committee on Economic and Monetary Affairs (ECON).

By: Zsolt Darvas Topic: European governance, European Parliament, Macroeconomic policy Date: November 9, 2021
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Phasing out COVID-19 emergency support programmes: effects on productivity and financial stability

How can European countries phase out the COVID-19 support measures without having a negative impact on productivity and financial stability?

Speakers: Eric Bartelsman, Maria Demertzis, Peter Grasmann and Laurie Mayers Topic: Macroeconomic policy Date: November 9, 2021
Read article
 

External Publication

European governanceEuropean Parliament

The new euro area inflation indicator and target: the right reset?

In-depth analysis on the European Central Bank's revised inflation target prepared for the European Parliament's Committee on Economic and Monetary Affairs (ECON).

By: Zsolt Darvas and Catarina Martins Topic: European governance, European Parliament, Macroeconomic policy Date: November 4, 2021
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

European monetary policy: lessons from the past two decades

This event will feature the presentation of “Monetary Policy in Times of Crisis – A Tale of Two Decades of the European Central Bank."

Speakers: Petra Geraats, Wolfgang Lemke, Francesco Papadia and Massimo Rostagno Topic: Macroeconomic policy Date: November 4, 2021
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

European governance

COVID-19 financial aid and productivity: has support been well spent?

While support schemes during the pandemic were not targeted at protecting ‘good’ firms, financial support mostly went to those with the capacity to survive and succeed. Labour schemes have been effective in protecting employment.

By: Carlo Altomonte, Maria Demertzis, Lionel Fontagné and Steffen Müller Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: November 4, 2021
Read article Download PDF More on this topic
 

Working Paper

Does money growth tell us anything about inflation?

Attention should be paid to a possible sequence of negative events: if inflation would start to be volatile and money growth remains high, efforts to control inflation could be undermined.

By: Leonardo Cadamuro and Francesco Papadia Topic: Macroeconomic policy Date: November 4, 2021
Load more posts