Blog Post

Pourquoi l’Europe ne parle pas francais

Jetzt auf einmal wird in Europa Deutsch gesprochen” (“Tout d’un coup, on s’est mis à parler allemand en Europe”). En s’enorgueillissant ainsi, fin 2011, de la prééminence de Berlin dans les affaires européennes, le président du groupe parlementaire de la CDU a certainement commis une maladresse. Volker Kauder a d’ailleurs été beaucoup critiqué pour cela au sein de son propre parti, celui d’Angela Merkel. Cette déclaration a cependant le mérite d’éclairer d’un jour cru l’accord sur un nouveau traité budgétaire qui porte de la première à la dernière ligne la marque de Berlin, et de poser deux questions : vingt ans après le traité de Maastricht, par lequel l’Europe avait adopté le modèle monétaire de l’Allemagne, la zone euro est-elle en passe de s’aligner complètement sur son modèle de politique économique ? Pourquoi la France semble-t-elle impuissante à exporter ses idées, et condamnée à jouer les seconds rôles ?    

By: Date: March 26, 2012 Topic: European Macroeconomics & Governance

Jetzt auf einmal wird in Europa Deutsch gesprochen” (“Tout d’un coup, on s’est mis à parler allemand en Europe”). En s’enorgueillissant ainsi, fin 2011, de la prééminence de Berlin dans les affaires européennes, le président du groupe parlementaire de la CDU a certainement commis une maladresse. Volker Kauder a d’ailleurs été beaucoup critiqué pour cela au sein de son propre parti, celui d’Angela Merkel. Cette déclaration a cependant le mérite d’éclairer d’un jour cru l’accord sur un nouveau traité budgétaire qui porte de la première à la dernière ligne la marque de Berlin, et de poser deux questions : vingt ans après le traité de Maastricht, par lequel l’Europe avait adopté le modèle monétaire de l’Allemagne, la zone euro est-elle en passe de s’aligner complètement sur son modèle de politique économique ? Pourquoi la France semble-t-elle impuissante à exporter ses idées, et condamnée à jouer les seconds rôles ?    

A vingt ans de distance, le parallèle est frappant. Au début des années 1990, le Deutschemark émergeait comme la monnaie de référence en dépit d’un régime de taux de change (le système monétaire européen) qui les traitait toutes sur un pied d’égalité. On connaît la suite : le chancelier Helmut Kohl fit sien le projet français d’une monnaie européenne et l’imposa à une opinion allemande réticente, mais en contrepartie le mandat et les statuts de la Banque centrale européenne (BCE) répliquent strictement ceux de la Bundesbank.

Aujourd’hui comme hier, le régime de politique économique est formellement symétrique : hormis la localisation de la BCE à Francfort, l’Allemagne ne jouit d’aucun privilège au sein de la zone euro ; il n’est écrit nulle part que ses obligations d’Etat doivent servir de référence. Il n’empêche que la crise des dettes souveraines, qui a brutalement soumis les Etats au jugement des marchés, a replacé l’Allemagne au centre, et fait réapparaître, derrière la symétrie institutionnelle, la réalité d’une inégalité économique et financière. C’est dans ce contexte que Mme Merkel a entrepris d’exporter vers le reste de l’Europe la culture de stabilité budgétaire sans laquelle, elle en est persuadée, l’euro ne pourra pas survivre.

Vue de Berlin, l’équation est simple. Il y a vingt ans, l’Allemagne a fait le deuil d’une souveraineté monétaire exclusive qui, contrairement à celle de la France, n’était pas de pure forme. Elle ne l’a fait qu’à la condition (expressément formulée par sa cour constitutionnelle) que l’euro garantisse la stabilité. Assurer cette stabilité requiert aujourd’hui que les autres Etats européens renoncent aux facilités budgétaires, inscrivent la discipline dans leurs textes fondamentaux, et soumettent à un dispositif de sanction strict et crédible. Il n’y a pas impérialisme, mais sélection du modèle le plus performant, il n’y a pas inégalité des concessions de souveraineté mais seulement décalage dans le temps entre l’abandon allemand, il y a vingt ans, et celui qui est aujourd’hui demandé aux autres.           

Les Français peuvent bien faire valoir que les difficultés de l’Espagne ou de l’Irlande ne sont pas d’origine budgétaire. Ils peuvent bien rappeler qu’Angela Merkel a été très hésitante dans sa gestion de la crise de l’euro. Ils peuvent bien plaider que ses préventions à l’égard de l’assistance financière, sa volonté d’imposer à la Grèce des taux d’intérêts punitifs, sa proposition que la restructuration des dettes (•) soit contrepartie quasi-systématique de l’assistance, ou ses réticences à l’égard d’intervention publiques sur les marchés des dettes souveraines ont largement contribué à la contagion de la crise. Ils peuvent bien arguer de ce que sur ces différents points, Nicolas Sarkozy a beaucoup contribué à la faire graduellement changer de position. Il reste que le nouveau projet de traité est indubitablement une étape vers une Europe qui parle allemand.

Pour ceux qui lisent l’histoire à travers le seul prisme des rapports de force, cette évolution n’est que la sanction de la réussite. Si Berlin parvient à faire prévaloir ses thèses, c’est simplement parce que la santé économique de l’Allemagne est éclatante, qu’elle accumule des excédents extérieurs sans précédents, qu’elle a su redresser sa compétitivité, que son chômage est au plus bas et que son budget est sur la voie du retour à l’équilibre.

Il serait évidemment naïf de nier les lois de la pesanteur. Il faut bien admettre que l’affaiblissement relatif de la France doit beaucoup à ses propres erreurs de politique interne : sur les finances publiques, l’emploi, la compétitivité, la politique industrielle, elle n’a rien à proposer parce qu’elle n’a rien à montrer. Cela fait bien longtemps qu’on a cessé de parler de modèle français. Mais il serait erroné de s’en tenir là. Car si l’Allemagne pèse tant, c’est aussi parce que l’approche française de la politique européenne est dans une impasse stratégique.

Depuis le début des discussions sur l’euro, il y a vingt ans, Paris s’en est tenu à une ligne à peu près constante, la coordination des politiques économiques. Dans la préparation de Maastricht, en 1990-91, d’Amsterdam, en 1997, dans les négociations qui ont conduit au traité de Lisbonne, au milieu des années 2000, et dans les discussions récentes, elle a consacré tous ses efforts à promouvoir une approche sans a priori, combinant diagnostic collectif et action conjointe. C’est sur cette base et dans cette optique qu’elle a obtenu l’introduction dans les traités des processus non contraignants de coordination, la mise en place d’un conseil des ministres de la zone euro (l’Eurogroupe), la possibilité juridique d’initiatives propres aux Etats de l’euro et, a récemment convaincu l’Allemagne de la nécessité d’institutionnaliser des sommets à 17[1]. Elle a aussi contribué, avec succès, à la création d’une procédure de surveillance des déséquilibres de paiement.

Le problème est que tout cela n’a pas donné grand-chose. Hormis certains moments de gloire, à l’occasion de crises aigües, la coordination est largement restée lettre morte et l’Eurogroupe a échoué à se constituer en gouvernement collectif. Pourquoi ? On peut certainement incriminer le manque d’envergure des responsables ou les incohérences des gouvernements français qui se sont régulièrement, et toutes majorités confondues, refusés à mettre en pratique ce qu’ils plaidaient en théorie. Mais le problème est plus profond : la vision française de la politique économique européenne souffre d’une incohérence entre préférence pour l’action discrétionnaire et volonté de préserver le pouvoir des Etats.

En France en effet, la politique économique est affaire de décision centralisée et aussi libre d’entraves que possible, au gré d’une philosophie que résume bien la célèbre formule de Pierre Mendès-France : « gouverner, c’est choisir ». Avant même que Nicolas Sarkozy la porte à une sorte de sommet, c’est cette culture que le pays a tenté d’exporter au niveau européen. Mais la France s’est, avec la même constance, refusée à créer un pouvoir européen, préférant se reposer sur la collaboration entre les gouvernements. Nicolas Sarkozy l’a exprimé avec une grande clarté le 6 février dernier lors de son interview conjointe avec Angela Merkel : « L’Europe, a-t-il dit, ça ne consiste pas à donner à un organisme technocratique une partie de la souveraineté. L’Europe, c’est l’exercice en commun d’une même souveraineté. […] C’est nous-mêmes, les chefs d’Etat et de gouvernement, qui avons décidé de reprendre en main la politique économique commune ».

Or il y a contradiction entre conception discrétionnaire de la politique économique et conception intergouvernementale de la gouvernance. Qui dit décision discrétionnaire dit pouvoir, et donc autorité capable d’initiative et libre de ses actes – même si, bien sûr, elle doit être soumise à contrôle démocratique. Un comité, fût-il constitué de ministres ou de chefs d’Etat, produit du compromis, parfois du consensus, et gouverne par procédures et règlements négociés. On n’en attend pas hauteur de vue, initiative ou audace. Mais les dirigeants français refusent avec constance l’affermissement d’un pouvoir européen. C’est dans cette contradiction que la France s’empêtre depuis vingt ans, c’est en bonne partie elle qui explique la faiblesse de son influence sur les choix qui modèlent la zone euro.

Il est temps de reconnaître que la coordination intergouvernementale ne crée ni pouvoir ni identité. Il est temps de sortir de la contradiction, et de choisir : s’inscrire dans la mécanique des règles qui est au cœur de la conception allemande de la politique économique, et s’attacher à les façonner ; ou demeurer dans la logique de l’action discrétionnaire, et accepter la délégation de pouvoir. C’est à ce choix que sera confronté le prochain président.   

(•) Restructuration d’une dette : opérations consistant à alléger le poids de la dette pour son débiteur, en réduisant le montant de cette dette ou son taux d’intérêt, et en rééchelonnant le remboursement de cette dette.


[1] Correspondant aux 17 membres de la zone euro.

A version of this article was also published by Alternatives Economiques.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article
 

Blog Post

Will European Union recovery spending be enough to fill digital investment gaps?

The recovery facility will boost digital transformation, but questions remain whether it will be sufficient to achieve Europe’s digital ambitions.

By: Zsolt Darvas, J. Scott Marcus and Alkiviadis Tzaras Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: July 20, 2021
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

A new direction for the European Union’s half-hearted semiconductor strategy

The EU needs a more targeted strategy to increase its presence in this strategic and thriving sector, building on its existing strengths, while accommodating its relatively low domestic needs.

By: Niclas Poitiers and Pauline Weil Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: July 15, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

Fit for 55 marks Europe’s climate moment of truth

With Fit for 55, Europe is the global first mover in turning a long-term net-zero goal into real-world policies, marking the entry of climate policy into the daily life of all citizens and businesses.

By: Simone Tagliapietra Topic: Energy & Climate, European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More on this topic
 

Blog Post

Fair vaccine access is a goal Europe cannot afford to miss – July update

European countries must do more to tackle the vaccine uptake gap. Vaccination data should be published at the maximum granularity level so researchers and local decision-makers can monitor progress.

By: Lionel Guetta-Jeanrenaud and Mario Mariniello Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

SPACs in the gap

Special-purpose acquisition vehicles could fill a gap in European equity markets and lure risk-averse investors off the sidelines.

By: Rebecca Christie Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Date: July 13, 2021
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
1
12:30

The EU recovery fund - state of play and outlook

Bruegel Annual Meetings, Day 1- In this session we will discuss the EU recovery fund, its state of play and outlook.

Speakers: Nadia Calviño, Karolina Ekholm and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
2
10:00

Conversation on the recovery programmes

Bruegel Annual Meetings, Day 2- In this session, we discuss the recovery programmes.

Speakers: Maria Demertzis, Mehreen Khan and Tadeusz Kościński Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event
 

Upcoming Event

Sep
2
13:00

European banks: under global competitive pressure?

Bruegel Annual Meetings, Day 2 - European banks have lost stature and remain generally low-profitability, low-valuation in comparison to their global peers. Is that a problem? If so, what can EU policymakers do to address it?

Speakers: José Antonio Álvarez Álvarez, Mairead McGuinness and Nicolas Véron Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
2
15:45

Blending physical and virtual: shaping the new workplace

Bruegel Annual Meetings, Day 2 - This panel will cover the changes the COVID-19 pandemic made to our workplaces, and what to expect in the near future.

Speakers: Nicholas Bloom, Michael Froman, Mario Mariniello, Sara Matthieu and Luca Visentini Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Academy Palace
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
09:00

The role of the EU's trade strategy for an inclusive and sustainable recovery

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - We are delighted to welcome Valdis Dombrovskis, Executive Vice President of the European Commission for An Economy that Works for People to talk about Europe's trade strategy.

Speakers: Valdis Dombrovskis and Alicia García-Herrero Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
10:15

Conference on the Future of Europe: envisioning EU citizens engagement

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - Panellists will discuss different options and what they may entail while revisiting the debates on the future of Europe at national and EU-level that have been conducted thus far.

Speakers: Caroline de Gruyter, Kalypso Nicolaïdis, Niclas Poitiers and György Szapáry Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read article More on this topic
 

Blog Post

A breakdown of EU countries’ post-pandemic green spending plans

An analysis of European Union countries’ recovery plans shows widely differing green spending priorities.

By: Klaas Lenaerts and Simone Tagliapietra Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 8, 2021
Load more posts