Blog Post

Les habits neufs des dirigeants européens

Donald Tsang, le chief executive de Hong Kong, l’a avoué tout crument : cela fait trente ans que j’exerce des responsabilités publiques, a-t-il dit, et je n’ai jamais eu aussi peur. Peur de l’onde de choc d’une crise lointaine née dans un petit pays de la périphérie européenne, dont les effets percolent dans tout le […]

By: Date: January 31, 2012 Topic: Macroeconomic policy

Donald Tsang, le chief executive de Hong Kong, l’a avoué tout crument : cela fait trente ans que j’exerce des responsabilités publiques, a-t-il dit, et je n’ai jamais eu aussi peur. Peur de l’onde de choc d’une crise lointaine née dans un petit pays de la périphérie européenne, dont les effets percolent dans tout le système économique mondial. Et surtout, peur des préventions des Européens, qui ne veulent pas trop s’écarter des chemins balisés. En 1997-98, leur a-t-il dit, au plus fort de la crise asiatique, je n’ai pas reculé devant les mesures radicales : comme ministre des finances, j’ai même acheté des actions pour stabiliser le marché. Alors n’ayez pas peur d’être radicaux, n’ayez pas peur de trop en faire, et faites vite.

A Davos en janvier comme à Cannes en novembre ou à Washington en septembre, un seul sujet a encore une fois focalisé l’attention : la crise européenne. Chacun a exprimé son inquiétude, chacun y est allé de son conseil aux responsables de la zone euro, en général pour leur dire qu’ils manquaient toujours d’ambition et d’audace. Comme d’habitude, ceux-ci se sont (à l’exception de Mario Draghi, le président de la BCE) exprimés sans beaucoup de force et d’éloquence. Et pourtant, la zone a aujourd’hui une stratégie de réponse à la crise, elle a commencé de la mettre en œuvre, et elle peut afficher des résultats. Cela ne veut pas dire que cette stratégie soit sans problèmes, au contraire plusieurs points font débat. Mais avant de la discuter il faut la comprendre.

Cette stratégie repose sur trois volets : traiter la crise grecque, maintenir les banques à flot, et forcer les Etats à l’austérité.

Sur la Grèce les Européens ont passé deux ans à hésiter : fallait-il aider ou pas? Fallait-il qu’Athènes rembourse ses dettes ou faire payer ses créanciers? Ils ont pour l’essentiel tranché. Dans les négociations avec les banques ils poussent à une forte réduction de la dette grecque, de l’ordre des deux-tiers en valeur actualisée. Les questions en suspens restent de savoir si Athènes va passer une loi pour étendre l’accord de réduction de dette aux créanciers qui ne sont pas partie prenante à la négociation (les hedge funds notamment) et si la Banque Centrale Européenne, qui est devenue créancière en achetant des titres grecs sur le marché, va devoir participer à l’effort (elle bénéficiera certainement d’un traitement particulier). Mais on est loin de l’obstination à prétendre que la Grèce était solvable qui prévalait jusqu’à juillet dernier, loin même de la mini-réduction de dette sur laquelle on s’était mis d’accord à l’été. Pour autant, la crise grecque n’est évidemment pas terminée. Personne ne sait si l’allégement de la dette suffira à fournir les bases d’un redressement de l’économie, et l’Europe, qui pourrait en faire plus avec les instruments dont elle dispose, hésite à s’engager dans une intervention plus ambitieuse. L’Allemagne, qui s’énerve de plus en plus devant les atermoiements du gouvernement d’Athènes, va jusqu’à demander que le contrôle du budget soit confié à un proconsul. Tout le monde se demande aussi si le Portugal va suivre les traces de la Grèce. Mais au moins, une étape va être franchie.

Sur le deuxième volet, celui des banques, la BCE a pris le taureau par les cornes en engageant fin décembre une opération massive de prêt à trois ans au système bancaire. On sait aujourd’hui, sur la base des statistiques qui viennent d’être publiées, que la zone euro était en cours d’asphyxie sous l’effet d’une brutale contraction du crédit, et que l’attrition des prêts interbancaires menaçait de mettre à bas les établissements de crédit les plus fragiles. La fourniture de liquidités a brutalement remis de l’oxygène dans le système bancaire, et a permis aux banques de recommencer à acheter des titres d’Etat, avec pour effet une baisse des taux d’intérêt payés par l’Espagne ou l’Italie. Dans le même temps l’action de la BCE a tranché un débat qui avait occupé tout l’automne : Francfort a fait clairement comprendre que sa mission était de s’occuper des banques, et qu’il appartenait aux Etats de se sauver eux-mêmes. Cette action d’urgence ne résout pas les problèmes de fond, elle pourrait même accentuer la dangereuse interdépendance entre banques et Etats si les banques espagnoles utilisent la liquidité qui leur est fournie pour acheter des obligations d’Etat espagnoles et les banques italiennes des obligations italiennes. Mais éloigne un peu les menaces immédiates.

Le troisième volet est d’abord budgétaire, mais aussi économique. Avec le nouveau traité à vingt-six sur la discipline budgétaire les Européens ont, à l’insistance de l’Allemagne, choisi de lire la crise à travers le prisme grec, et de mettre l’accent sur les manquements à la discipline budgétaire. Cette lecture est contestable, parce que l’Espagne ou l’Irlande n’ont jamais été pris en défaut d’observance du Pacte de stabilité, parce qu’elle oublie quel a été le rôle du crédit privé dans l’accumulation des déséquilibres des années 2000. Mais il serait erroné de soupçonner ses promoteurs d’aveuglement ou de naïveté. Ceux pour qui la rédemption passe par l’austérité sont convaincus que seule une cure forcée d’assainissement budgétaire convaincra les gouvernements de réformer leurs économies.

Comme Mario Draghi, le président de la BCE, l’a dit à Davos, nous avons traversé diverses conjonctures au cours des dernières années, des périodes de taux d’intérêt haut et bas, mais certains pays (il pensait visiblement à l’Italie) n’ont jamais réussi à croître. Cette crise doit être l’occasion de lever les obstacles à la croissance. C’est largement pour la même raison que l’Allemagne refuse d’augmenter la hauteur du "pare-feu" au-delà des 500 milliards d’euros sur lesquels l’accord s’est fait en décembre : à trop mettre les gouvernements à l’abri des marchés, pense-t-elle, on risque de décourager les intentions de réforme. L’austérité est donc plus qu’une potion amère destinée à remettre d’aplomb les finances publiques, elle est pensée comme l’aiguillon de la transformation économique.

Même si les Européens donnent toujours l’image de l’indécision et de la division, les choses ont donc en fait changé : une stratégie se met en place, dont les prochains mois et les prochaines années nous diront les effets. Elle ne repose pas sur un renforcement de l’intégration entre pays participant à l’euro, comme l’ont proposé différents observateurs – y compris, à Davos, compris David Cameron, le premier ministre britannique, dans un surprenant discours mêlant critique acerbe de l’Union européenne et appel au renforcement de la zone euro ; ou du moins elle ne l’implique pas encore. Elle ne passe pas par un renforcement de la capacité d’intervention sur les marchés que les Etats-Unis jugent indispensable, et dont un certain nombre de pays partenaires font la condition d’un soutien à la zone euro via le FMI. Et malgré les encouragements des chefs d’Etat à des initiatives de croissance, elle assume le risque qu’une récession finisse par décourager les énergies des gouvernants plutôt que de les stimuler. Elle est donc risquée, et c’est pour cela sans doute qu’elle fait peur à Donald Tsang. Mais, au moins, elle existe.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May
25
14:30

How can we support and restructure firms hit by the COVID-19 crisis?

What are the vulnerabilities and risks in the enterprise sector and how prepared are countries to handle a large-scale restructuring of businesses?

Speakers: Ceyla Pazarbasioglu and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May - Jun
31-1
10:30

MICROPROD Final Event

Final conference of the MICROPROD project

Speakers: Carlo Altomonte, Eric Bartelsman, Marta Bisztray, Italo Colantone, Maria Demertzis, Wolfhard Kaus, Javier Miranda, Steffen Müller, Verena Plümpe, Niclas Poitiers, Andrea Roventini, Gianluca Santoni, Valerie Smeets, Nicola Viegi and Markus Zimmermann Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event
 

Past Event

Past Event

[Cancelled] Shifting taxes in order to achieve green goals

[This event is cancelled until further notice] How could shifting the tax burden from labour to pollution and resources help the EU reach its climate goals?

Speakers: Niclas Poitiers and Femke Groothuis Topic: Green economy, Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 12, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How are crises changing central bank doctrines?

How is monetary policy evolving in the face of recent crises? With central banks taking on new roles, how accountable are they to democratic institutions?

Speakers: Maria Demertzis, Benoît Coeuré, Pervenche Berès, Hans-Helmut Kotz and Athanasios Orphanides Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 11, 2022
Read article Download PDF More by this author
 

Book/Special report

European governanceInclusive growth

Bruegel annual report 2021

The Bruegel annual report provides a broad overview of the organisation's work in the previous year.

By: Bruegel Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: May 6, 2022
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

European governance

Fiscal support and monetary vigilance: economic policy implications of the Russia-Ukraine war for the European Union

Policymakers must think coherently about the joint implications of their actions, from sanctions on Russia to subsidies and transfers to their own citizens, and avoid taking measures that contradict each other. This is what we try to do in this Policy Contribution, focusing on the macroeconomic aspects of relevance for Europe.

By: Olivier Blanchard and Jean Pisani-Ferry Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: April 29, 2022
Read article Download PDF More on this topic
 

Working Paper

The low productivity of European firms: how can policies enhance the allocation of resources?

A summary of the most important policy lessons from research undertaken in the MICROPROD project work package 4, related to the allocation of the factors of production, with a special focus on the weak dynamism of European small and medium-sized enterprises (SMEs).

By: Grégory Claeys, Marie Le Mouel and Giovanni Sgaravatti Topic: Macroeconomic policy Date: April 25, 2022
Read article More on this topic
 

External Publication

What drives implementation of the European Union’s policy recommendations to its member countries?

Article published in the Journal of Economic Policy Reform.

By: Konstantinos Efstathiou and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: April 13, 2022
Read article Download PDF More on this topic More by this author
 

Working Paper

Measuring the intangible economy to address policy challenges

The purpose of the first work package of the MICROPROD project was to improve the firm-level data infrastructure, expand the measurement of intangible assets and enable cross-country analyses of these productivity trends.

By: Marie Le Mouel Topic: Macroeconomic policy Date: April 11, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Macroeconomic and financial stability in changing times: conversation with Andrew Bailey

Guntram Wolff will be joined in conversation by Andrew Bailey, Governor of the Bank of England.

Speakers: Andrew Bailey and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: March 28, 2022
Read article
 

Opinion

European governance

How to reconcile increased green public investment needs with fiscal consolidation

The EU’s ambitious emissions reduction targets will require a major increase in green investments. This column considers options for increasing public green investment when major consolidations are needed after the fiscal support provided during the pandemic. The authors make the case for a green golden rule allowing green investment to be funded by deficits that would not count in the fiscal rules. Concerns about ‘greenwashing’ could be addressed through a narrow definition of green investments and strong institutional scrutiny, while countries with debt sustainability concerns could initially rely only on NGEU for their green investment.

By: Zsolt Darvas and Guntram B. Wolff Topic: European governance, Green economy, Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

The week inflation became entrenched

The events that have unfolded since 24 February have solved one dispute: inflation is no longer temporary.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Load more posts