Blog Post

Déficits à l’anglo-saxonne

L’abaissement de la perspective d’évolution de la dette à long terme des Etats-Unis de "stable" à "négative", le 18 avril, par l’agence de notation Standard & Poor’s a été un coup de tonnerre : hier limité à quelques pays en situation pathologique, le débat sur les dettes publiques touche désormais le coeur des économies avancées. […]

By: Date: May 7, 2011 Topic: Macroeconomic policy

L’abaissement de la perspective d’évolution de la dette à long terme des Etats-Unis de "stable" à "négative", le 18 avril, par l’agence de notation Standard & Poor’s a été un coup de tonnerre : hier limité à quelques pays en situation pathologique, le débat sur les dettes publiques touche désormais le coeur des économies avancées. La question n’est plus de savoir s’il est temps de réduire les déficits, mais à quel rythme, jusqu’où et par quels moyens.

En Europe, la chancelière allemande, Angela Merkel, fait figure de mère-la-rigueur. Mais elle agit avec précaution : l’ajustement budgétaire du pays est très graduel. Les vrais tests, ce sont le Royaume-Uni et les Etats-Unis, dont les déficits ont dépassé 10 % du produit intérieur brut (PIB) en 2010. A Londres, le premier ministre, David Cameron a, dès son arrivée au pouvoir, confié les prévisions budgétaires à un Office for Budget Responsibility (bureau pour la responsabilité budgétaire) indépendant, se fermant ainsi la possibilité de recourir à des habiletés comptables. Puis il a annoncé un effort structurel annuel de 1,5 point, en vue de réduire le déficit à 3,5 % du PIB en 2013. Son pari est que cet ajustement ne pèse pas sur la croissance, voire qu’il la stimule. Depuis que l’Irlande et le Danemark en ont illustré la possibilité, il y a vingt-cinq ans, nombre de gouvernements rêvent de réussir des contractions budgétaires expansionnistes.

Mais l’analyse de ces épisodes quasi miraculeux montre que, pour annuler ou même inverser les effets récessifs usuels, il faut que l’épargne de précaution des ménages diminue, que les taux d’intérêt à long terme baissent et que la banque centrale mène une politique monétaire plus expansionniste, dépréciant par là le taux de change. Hors ces conditions, les ajustements budgétaires sont presque toujours coûteux en croissance, comme l’a récemment confirmé une étude du Fonds monétaire international (FMI).

Dans le cas britannique, on ne pouvait compter sur une chute de l’épargne (les ménages sont très endettés) ni sur une baisse des taux longs (ils sont très bas). Restait la politique monétaire. Mais, en partie à cause de l’envolée du prix des matières premières et des faibles gains de productivité des entreprises, l’inflation est plus élevée que prévu : la Banque d’Angleterre prévoit qu’elle sera aux alentours de 3 % début 2012, près de deux points au-dessus de ce qu’elle envisageait en 2010. Du coup, il lui devient de plus en plus difficile de soutenir la croissance, alors même que celle-ci est au point mort : sur les deux derniers trimestres, elle a été nulle. Le pari de David Cameron n’est pas gagné.

L’attitude américaine a été tout autre. Confrontée au chômage, l’administration Obama a retardé l’ajustement budgétaire pour ne pas peser sur la reprise. Elle a même procédé, fin 2010, à une nouvelle relance (en partie pour compenser les politiques très restrictives des Etats) : choix tout à fait défendables, mais qu’est venu ternir le manque de toute réflexion sérieuse sur le rythme et les modalités du redressement futur.

A l’évidence, le sentiment d’urgence qui imprègne tous les comportements européens n’était pas si répandu outre-Atlantique.

Mais une nouvelle phase s’est ouverte, le 8 avril, avec l’accord de dernière heure, au Congrès, entre républicains et démocrates pour éviter une " fermeture " (shutdown) des services administratifs du gouvernement fédéral, qui aurait entraîné la mise au chômage technique de 800 000 fonctionnaires, et avec le programme budgétaire préparé par le républicain Paul Ryan, qui a reçu l’adhésion de la Chambre des représentants.

Le débat budgétaire est engagé. Cependant, les objectifs restent flous et le désaccord quant aux moyens, massif. L’administration Obama veut procéder pour deux tiers par une réduction des dépenses, et pour un tiers par une hausse des prélèvements. Le plan Ryan, lui, affiche une réduction plus forte du déficit, mais surtout, il envisage des coupes dans les dépenses sociales en vue d’en finir avec ce qui reste du modèle welfare et de financer une baisse des impôts.

L’opposition frontale entre les deux camps suggère qu’une guerre d’attrition s’est engagée aux Etats-Unis. L’urgence commune est la situation des finances publiques, mais chaque camp veut utiliser le déficit pour faire prévaloir ses propres préférences.

Ce combat est inégal, parce que ceux qui aspirent à ramener l’Etat à la portion congrue sont plus disposés à prendre le risque de le mettre en faillite que ceux qui tiennent à le préserver. L’administration Obama a déjà fait des concessions sur les baisses d’impôts et les coupes dans les dépenses.

Une fois encore, Royaume-Uni et Etats-Unis servent de laboratoire de politique économique du monde. Nul doute que les résultats des expériences qui s’y déroulent seront de grande portée pour tous les autres pays avancés.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article More on this topic More by this author
 

Podcast

Podcast

Taming inflation?

What are the implications of prolonged inflation?

By: The Sound of Economics Topic: Macroeconomic policy Date: May 25, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How can we support and restructure firms hit by the COVID-19 crisis?

What are the vulnerabilities and risks in the enterprise sector and how prepared are countries to handle a large-scale restructuring of businesses?

Speakers: Ceyla Pazarbasioglu and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 25, 2022
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

May - Jun
31-1
10:30

MICROPROD Final Event

Improving understanding of productivity, its drivers and the way we measure it.

Speakers: Carlo Altomonte, Eric Bartelsman, Marta Bisztray, Peter Bøegh Nielsen, Italo Colantone, Maria Demertzis, Wolfhard Kaus, Javier Miranda, Steffen Müller, Verena Plümpe, Niclas Poitiers, Andrea Roventini, Gianluca Santoni, Valerie Smeets, Nicola Viegi and Markus Zimmermann Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event
 

Past Event

Past Event

[Cancelled] Shifting taxes in order to achieve green goals

[This event is cancelled until further notice] How could shifting the tax burden from labour to pollution and resources help the EU reach its climate goals?

Speakers: Niclas Poitiers and Femke Groothuis Topic: Green economy, Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 12, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How are crises changing central bank doctrines?

How is monetary policy evolving in the face of recent crises? With central banks taking on new roles, how accountable are they to democratic institutions?

Speakers: Maria Demertzis, Benoît Coeuré, Pervenche Berès, Hans-Helmut Kotz and Athanasios Orphanides Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 11, 2022
Read article Download PDF More by this author
 

Book/Special report

European governanceInclusive growth

Bruegel annual report 2021

The Bruegel annual report provides a broad overview of the organisation's work in the previous year.

By: Bruegel Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: May 6, 2022
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

European governance

Fiscal support and monetary vigilance: economic policy implications of the Russia-Ukraine war for the European Union

Policymakers must think coherently about the joint implications of their actions, from sanctions on Russia to subsidies and transfers to their own citizens, and avoid taking measures that contradict each other. This is what we try to do in this Policy Contribution, focusing on the macroeconomic aspects of relevance for Europe.

By: Olivier Blanchard and Jean Pisani-Ferry Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: April 29, 2022
Read article Download PDF More on this topic
 

Working Paper

The low productivity of European firms: how can policies enhance the allocation of resources?

A summary of the most important policy lessons from research undertaken in the MICROPROD project work package 4, related to the allocation of the factors of production, with a special focus on the weak dynamism of European small and medium-sized enterprises (SMEs).

By: Grégory Claeys, Marie Le Mouel and Giovanni Sgaravatti Topic: Macroeconomic policy Date: April 25, 2022
Read article More on this topic
 

External Publication

What drives implementation of the European Union’s policy recommendations to its member countries?

Article published in the Journal of Economic Policy Reform.

By: Konstantinos Efstathiou and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: April 13, 2022
Read article Download PDF More on this topic More by this author
 

Working Paper

Measuring the intangible economy to address policy challenges

The purpose of the first work package of the MICROPROD project was to improve the firm-level data infrastructure, expand the measurement of intangible assets and enable cross-country analyses of these productivity trends.

By: Marie Le Mouel Topic: Macroeconomic policy Date: April 11, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Macroeconomic and financial stability in changing times: conversation with Andrew Bailey

Guntram Wolff will be joined in conversation by Andrew Bailey, Governor of the Bank of England.

Speakers: Andrew Bailey and Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: March 28, 2022
Read article
 

Opinion

European governance

How to reconcile increased green public investment needs with fiscal consolidation

The EU’s ambitious emissions reduction targets will require a major increase in green investments. This column considers options for increasing public green investment when major consolidations are needed after the fiscal support provided during the pandemic. The authors make the case for a green golden rule allowing green investment to be funded by deficits that would not count in the fiscal rules. Concerns about ‘greenwashing’ could be addressed through a narrow definition of green investments and strong institutional scrutiny, while countries with debt sustainability concerns could initially rely only on NGEU for their green investment.

By: Zsolt Darvas and Guntram B. Wolff Topic: European governance, Green economy, Macroeconomic policy Date: March 8, 2022
Load more posts