Blog Post

Déficits à l’anglo-saxonne

L’abaissement de la perspective d’évolution de la dette à long terme des Etats-Unis de "stable" à "négative", le 18 avril, par l’agence de notation Standard & Poor’s a été un coup de tonnerre : hier limité à quelques pays en situation pathologique, le débat sur les dettes publiques touche désormais le coeur des économies avancées. […]

By: Date: May 7, 2011 Topic: European Macroeconomics & Governance

L’abaissement de la perspective d’évolution de la dette à long terme des Etats-Unis de "stable" à "négative", le 18 avril, par l’agence de notation Standard & Poor’s a été un coup de tonnerre : hier limité à quelques pays en situation pathologique, le débat sur les dettes publiques touche désormais le coeur des économies avancées. La question n’est plus de savoir s’il est temps de réduire les déficits, mais à quel rythme, jusqu’où et par quels moyens.

En Europe, la chancelière allemande, Angela Merkel, fait figure de mère-la-rigueur. Mais elle agit avec précaution : l’ajustement budgétaire du pays est très graduel. Les vrais tests, ce sont le Royaume-Uni et les Etats-Unis, dont les déficits ont dépassé 10 % du produit intérieur brut (PIB) en 2010. A Londres, le premier ministre, David Cameron a, dès son arrivée au pouvoir, confié les prévisions budgétaires à un Office for Budget Responsibility (bureau pour la responsabilité budgétaire) indépendant, se fermant ainsi la possibilité de recourir à des habiletés comptables. Puis il a annoncé un effort structurel annuel de 1,5 point, en vue de réduire le déficit à 3,5 % du PIB en 2013. Son pari est que cet ajustement ne pèse pas sur la croissance, voire qu’il la stimule. Depuis que l’Irlande et le Danemark en ont illustré la possibilité, il y a vingt-cinq ans, nombre de gouvernements rêvent de réussir des contractions budgétaires expansionnistes.

Mais l’analyse de ces épisodes quasi miraculeux montre que, pour annuler ou même inverser les effets récessifs usuels, il faut que l’épargne de précaution des ménages diminue, que les taux d’intérêt à long terme baissent et que la banque centrale mène une politique monétaire plus expansionniste, dépréciant par là le taux de change. Hors ces conditions, les ajustements budgétaires sont presque toujours coûteux en croissance, comme l’a récemment confirmé une étude du Fonds monétaire international (FMI).

Dans le cas britannique, on ne pouvait compter sur une chute de l’épargne (les ménages sont très endettés) ni sur une baisse des taux longs (ils sont très bas). Restait la politique monétaire. Mais, en partie à cause de l’envolée du prix des matières premières et des faibles gains de productivité des entreprises, l’inflation est plus élevée que prévu : la Banque d’Angleterre prévoit qu’elle sera aux alentours de 3 % début 2012, près de deux points au-dessus de ce qu’elle envisageait en 2010. Du coup, il lui devient de plus en plus difficile de soutenir la croissance, alors même que celle-ci est au point mort : sur les deux derniers trimestres, elle a été nulle. Le pari de David Cameron n’est pas gagné.

L’attitude américaine a été tout autre. Confrontée au chômage, l’administration Obama a retardé l’ajustement budgétaire pour ne pas peser sur la reprise. Elle a même procédé, fin 2010, à une nouvelle relance (en partie pour compenser les politiques très restrictives des Etats) : choix tout à fait défendables, mais qu’est venu ternir le manque de toute réflexion sérieuse sur le rythme et les modalités du redressement futur.

A l’évidence, le sentiment d’urgence qui imprègne tous les comportements européens n’était pas si répandu outre-Atlantique.

Mais une nouvelle phase s’est ouverte, le 8 avril, avec l’accord de dernière heure, au Congrès, entre républicains et démocrates pour éviter une " fermeture " (shutdown) des services administratifs du gouvernement fédéral, qui aurait entraîné la mise au chômage technique de 800 000 fonctionnaires, et avec le programme budgétaire préparé par le républicain Paul Ryan, qui a reçu l’adhésion de la Chambre des représentants.

Le débat budgétaire est engagé. Cependant, les objectifs restent flous et le désaccord quant aux moyens, massif. L’administration Obama veut procéder pour deux tiers par une réduction des dépenses, et pour un tiers par une hausse des prélèvements. Le plan Ryan, lui, affiche une réduction plus forte du déficit, mais surtout, il envisage des coupes dans les dépenses sociales en vue d’en finir avec ce qui reste du modèle welfare et de financer une baisse des impôts.

L’opposition frontale entre les deux camps suggère qu’une guerre d’attrition s’est engagée aux Etats-Unis. L’urgence commune est la situation des finances publiques, mais chaque camp veut utiliser le déficit pour faire prévaloir ses propres préférences.

Ce combat est inégal, parce que ceux qui aspirent à ramener l’Etat à la portion congrue sont plus disposés à prendre le risque de le mettre en faillite que ceux qui tiennent à le préserver. L’administration Obama a déjà fait des concessions sur les baisses d’impôts et les coupes dans les dépenses.

Une fois encore, Royaume-Uni et Etats-Unis servent de laboratoire de politique économique du monde. Nul doute que les résultats des expériences qui s’y déroulent seront de grande portée pour tous les autres pays avancés.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article
 

Blog Post

Will European Union recovery spending be enough to fill digital investment gaps?

The recovery facility will boost digital transformation, but questions remain whether it will be sufficient to achieve Europe’s digital ambitions.

By: Zsolt Darvas, J. Scott Marcus and Alkiviadis Tzaras Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: July 20, 2021
Read article Download PDF
 

Policy Contribution

A new direction for the European Union’s half-hearted semiconductor strategy

The EU needs a more targeted strategy to increase its presence in this strategic and thriving sector, building on its existing strengths, while accommodating its relatively low domestic needs.

By: Niclas Poitiers and Pauline Weil Topic: European Macroeconomics & Governance, Innovation & Competition Policy Date: July 15, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

Fit for 55 marks Europe’s climate moment of truth

With Fit for 55, Europe is the global first mover in turning a long-term net-zero goal into real-world policies, marking the entry of climate policy into the daily life of all citizens and businesses.

By: Simone Tagliapietra Topic: Energy & Climate, European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More on this topic
 

Blog Post

Fair vaccine access is a goal Europe cannot afford to miss – July update

European countries must do more to tackle the vaccine uptake gap. Vaccination data should be published at the maximum granularity level so researchers and local decision-makers can monitor progress.

By: Lionel Guetta-Jeanrenaud and Mario Mariniello Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 14, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

SPACs in the gap

Special-purpose acquisition vehicles could fill a gap in European equity markets and lure risk-averse investors off the sidelines.

By: Rebecca Christie Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Date: July 13, 2021
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
1
12:30

The EU recovery fund - state of play and outlook

Bruegel Annual Meetings, Day 1- In this session we will discuss the EU recovery fund, its state of play and outlook.

Speakers: Nadia Calviño, Karolina Ekholm and Guntram B. Wolff Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
2
10:00

Conversation on the recovery programmes

Bruegel Annual Meetings, Day 2- In this session, we discuss the recovery programmes.

Speakers: Maria Demertzis, Mehreen Khan and Tadeusz Kościński Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event
 

Upcoming Event

Sep
2
13:00

European banks: under global competitive pressure?

Bruegel Annual Meetings, Day 2 - European banks have lost stature and remain generally low-profitability, low-valuation in comparison to their global peers. Is that a problem? If so, what can EU policymakers do to address it?

Speakers: José Antonio Álvarez Álvarez, Mairead McGuinness and Nicolas Véron Topic: European Macroeconomics & Governance, Finance & Financial Regulation Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
2
15:45

Blending physical and virtual: shaping the new workplace

Bruegel Annual Meetings, Day 2 - This panel will cover the changes the COVID-19 pandemic made to our workplaces, and what to expect in the near future.

Speakers: Nicholas Bloom, Michael Froman, Mario Mariniello, Sara Matthieu and Luca Visentini Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Academy Palace
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
09:00

The role of the EU's trade strategy for an inclusive and sustainable recovery

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - We are delighted to welcome Valdis Dombrovskis, Executive Vice President of the European Commission for An Economy that Works for People to talk about Europe's trade strategy.

Speakers: Valdis Dombrovskis and Alicia García-Herrero Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Sep
3
10:15

Conference on the Future of Europe: envisioning EU citizens engagement

Bruegel Annual Meetings, Day 3 - Panellists will discuss different options and what they may entail while revisiting the debates on the future of Europe at national and EU-level that have been conducted thus far.

Speakers: Caroline de Gruyter, Kalypso Nicolaïdis, Niclas Poitiers and György Szapáry Topic: European Macroeconomics & Governance Location: Palais des Academies, Rue Ducale 1
Read article More on this topic
 

Blog Post

A breakdown of EU countries’ post-pandemic green spending plans

An analysis of European Union countries’ recovery plans shows widely differing green spending priorities.

By: Klaas Lenaerts and Simone Tagliapietra Topic: European Macroeconomics & Governance Date: July 8, 2021
Load more posts