Blog Post

How to insure the crisis

Two years since the financial crisis, Bruegel Director Jean Pisani-Ferry analyses the cost of the crisis and looks at how economic reform will come at a cost and how best to prepare for this. Deux ans ont passé depuis le déchaînement de la crise financière, et nous avons à peine commencé d’en mesurer les conséquences. […]

By: Date: September 5, 2010 Topic: Global economy and trade

Two years since the financial crisis, Bruegel Director Jean Pisani-Ferry analyses the cost of the crisis and looks at how economic reform will come at a cost and how best to prepare for this.

Deux ans ont passé depuis le déchaînement de la crise financière, et nous avons à peine commencé d’en mesurer les conséquences. Andrew Haldane, de la Banque d’Angleterre, a récemment estimé que la valeur actualisée de toutes les pertes de production présentes et futures approcherait sans doute une année de PIB mondial : 60.000 milliards de dollars, autant que cinq siècles d’aide publique au développement ou dix milliards de fois le coût de construction d’une salle de classe dans un village africain.
La question centrale de la réforme financière est de savoir comment réduire la fréquence de tels cataclysmes, et à quel coût. Car si certaines réformes ne coûtent rien, d’autres ont inévitablement un prix économique. C’est le cas de la réglementation des ratios de capital des banques, qui fait actuellement l’objet de vives discussions. L’idée est de rendre les banques mieux aptes à subir des pertes sur leurs créances en les obligeant à accroître leurs fonds propres et à moins se financer par l’endettement. A quoi les banques répondent que cela rendra le crédit plus cher, et affaiblira l’économie.
Supposons, hypothèse raisonnable, que les crises financières interviennent tous les cinquante ans. Pour éviter de perdre une année de production tous les demi-siècles, il serait rationnel de payer une prime d’assurance, pourvu que celle-ci s’élève à moins de 100/50 = 2 points de PIB par an (voire un peu plus si l’on valorise la stabilité). Le Comité de Bâle qui coordonne la réglementation bancaire a récemment calculé qu’une hausse d’un point du ratio entre le capital des banques et le montant de leurs actifs à risque augmenterait le taux des crédits de 0,13 points, mais en contrepartie réduirait d’un tiers la fréquence des crises. Concrètement, le prix à payer pour que les crises surviennent tous les soixante-quinze ans au lieu de tous les cinquante ans serait que le taux d’un crédit immobilier passe de 4% à 4,13%.
Un tel coût est évidemment ridiculement faible, bien plus bas que celui que nous acceptons de payer en matière de sécurité industrielle ou environnementale, et surtout considérablement inférieur aux 2 points de PIB par an qu’il serait rationnel de payer. Il semble donc n’y avoir aucune raison d’hésiter à agir.
Ce raisonnement, cependant, néglige les coûts de la transition vers un nouvel équilibre plus stable. Si on leur impose aujourd’hui d’accroître le rapport entre leur capital et leurs créances les banques vont devoir quelques années durant prêter moins, ou plus cher, et par là freiner une reprise déjà incertaine. C’est sur ce point que la polémique fait rage entre les banques, qui annoncent des effets récessifs marqués, et les banquiers centraux, pour qui les nouvelles règles n’auront qu’un impact « modeste ».
Les régulateurs sont devant un choix difficile. S’ils ne font rien, ou repoussent la décision, ils risquent demain d’être trop faibles pour imposer leur volonté aux banques. Mais s’ils décident sans attendre un durcissement des règles, ils risquent d’ajouter un choc réglementaire au choc budgétaire qui s’annonce, alors même que la croissance est encore freinée par la volonté de désendettement des entreprises et des ménages. Même les évaluations du Comité de Bâle, à dessein rassurantes, font réfléchir : sauf à supposer une improbable réponse de la politique monétaire, chaque point d’augmentation du ratio de capital pourrait coûter un tiers de point de PIB à horizon de quatre ans. Or on parle de plusieurs points d’augmentation. Le choc, qui serait facilement absorbé en période de croissance dynamique, pourrait être rude dans le contexte actuel.
Dans ces conditions la meilleure stratégie est sans doute de fixer des objectifs ambitieux, mais pour une date suffisamment éloignée, et de piloter en souplesse la transition vers le nouvel équilibre. Il serait temps aussi de se rappeler que l’augmentation des ratios de capital des banques n’est qu’un des moyens de rendre le système financier plus solide. Parce que l’instrument est disponible c’est sur celui-là qu’on s’est focalisé, surtout en Europe, mais d’autres stratégies sont possibles comme, par exemple, une surveillance plus étroite des développements du crédit ou une compartimentalisation des métiers de la finance, à l’image de la « règle Volcker » adoptée par l’administration Obama.
A voir quel est l’impact économique des crises financières, on est tenté de penser que tout vaut mieux plutôt que de continuer à courir le risque de leur récurrence. Cela ne dispense pourtant pas de chercher à minimiser le coût de l’assurance contre les cataclysmes.

A version of this op-ed was published by Le Monde.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article
 

Blog Post

European governance

Germany’s post-pandemic current account surplus

The pandemic has increased the net lending position of the German corporate sector. By incentivising private investment, policymakers could trigger a virtuous cycle of increasing wages, decreasing corporate net lending, which would eventually lead to a reduction of the economy-wide current account surplus.

By: Lionel Guetta-Jeanrenaud and Guntram B. Wolff Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: October 21, 2021
Read about event
 

Past Event

Past Event

Monetary policy in the time of climate change

How does climate change influence monetary policy in the eurozone? What potential monetary policy measures should be taken up to address climate risks?

Speakers: Cornelia Holthausen, Jean Pisani-Ferry and Guntram B. Wolff Topic: Green economy, Macroeconomic policy Date: October 20, 2021
Read article More by this author
 

Podcast

Podcast

Rethinking fiscal policy

A look at the past, present and future of fiscal policy in the European Union with Chief economist of the European Stability Mechanism, Rolf Strauch.

By: The Sound of Economics Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: October 20, 2021
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Nov
4
14:00

European monetary policy: lessons from the past two decades

This event will feature the presentation of “Monetary Policy in Times of Crisis – A Tale of Two Decades of the European Central Bank."

Speakers: Grégory Claeys and Wolfgang Lemke Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article
 

External Publication

European Parliament

Tailoring prudential policy to bank size: the application of proportionality in the US and euro area

In-depth analysis prepared for the European Parliament's Committee on Economic and Monetary Affairs (ECON).

By: Alexander Lehmann and Nicolas Véron Topic: Banking and capital markets, European Parliament, Macroeconomic policy Date: October 14, 2021
Read article More by this author
 

External Publication

Global Economic Resilience: Building Forward Better

A roadmap for systemic economic reform calling for step-change in global economic governance to increase resilience and build forward better from economic shocks, prepared for the G7 Advisory Panel on Economic Resilience.

By: Thomas Wieser Topic: Global economy and trade, Macroeconomic policy Date: October 14, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Podcast

Podcast

Will ‘common prosperity’ address China’s inequality?

Why is China reviving this old mantra?

By: The Sound of Economics Topic: Global economy and trade Date: October 13, 2021
Read article More by this author
 

Opinion

European governance

The inconsistency in global strategic relations

All of this talk on strategic retrenchment and autonomy is the language of escalation, not of appeasement and collaboration.

By: Maria Demertzis Topic: European governance, Global economy and trade Date: October 13, 2021
Read article
 

Opinion

Xi’s pledge on financing coal plants overseas misses point

China’s domestic installation of coal-fired power plants continues at great pace.

By: Alicia García-Herrero and Simone Tagliapietra Topic: Global economy and trade, Green economy Date: October 7, 2021
Read article More by this author
 

Blog Post

European governance

Pandemic prevention: avoiding another cycle of ‘panic and neglect’

Agreement is needed at international level on mechanisms to ensure better preparedness for the next pandemic.

By: Anne Bucher Topic: European governance, Global economy and trade Date: October 7, 2021
Read article
 

Opinion

Will China use climate change as a bargaining chip?

Beijing shows signs of changing tactics ahead of the COP26 conference.

By: Alicia García-Herrero and Simone Tagliapietra Topic: Global economy and trade, Green economy Date: October 6, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

External Publication

A world recovery fund to overcome developing countries’ post-covid debt woes?

Proposal to set up a World Recovery Fund (WRF), aimed at addressing some of the key problems with the design of the DSSI and more generally the existing international financial architecture for dealing with debt problems in the developing world.

By: Alicia García-Herrero Topic: Global economy and trade Date: October 6, 2021
Load more posts