Blog Post

Global crisis: global solutions?

In this column for La Tribune Nicolas Véron looks at the global dimensions of the crisis and the existing policy instruments to address them. Among other issues, he sees a particularly glaring gap as regards the oversight of key non-bank global intermediaries such as audit firms, rating agencies, and clearing and settlement services providers. C’est […]

By: Date: February 3, 2009 Topic: Global economy and trade

In this column for La Tribune Nicolas Véron looks at the global dimensions of the crisis and the existing policy instruments to address them. Among other issues, he sees a particularly glaring gap as regards the oversight of key non-bank global intermediaries such as audit firms, rating agencies, and clearing and settlement services providers.

C’est maintenant sûr, la crise est mondiale et ne laisse personne indemne. Elle est la première d’un monde multipolaire intégré, au moins depuis 1914. Les grandes économies ne partagent ni le même régime politique ni les mêmes références historiques, rendant plus difficile une action coordonnée. Nicolas Sarkozy a martelé à l’automne qu’une crise mondiale appelle des solutions mondiales, mais ces dernières ne sont aujourd’hui qu’un dernier ressort peu robuste par nature, et il vaut mieux gérer à un niveau plus local tout ce qui peut l’être, à commencer par la relance budgétaire.
L’urgence collective n’est pas la solidarité mondiale, qui supposerait une cohésion dont nous sommes loin, mais le maintien d’une économie ouverte qui donne à chacun ses chances de réussir. La mondialisation a permis à des centaines de millions de foyers d’échapper à la pauvreté ; une refragmentation du système serait un jeu à somme très négative, et tous les dirigeants en sont conscients. Or, celle-ci est en route, pas tant par les tarifs douaniers comme dans les années 1930, mais par l’instabilité macroéconomique, les distorsions de concurrence internationale, et les ruptures dans la chaîne de confiance. C’est à ces menaces qu’il faut répondre en priorité.
Les enjeux macroéconomiques sont peut-être les plus effrayants mais aussi ceux pour lesquels existent des outils mondiaux éprouvés : l’intervention du FMI et la coordination entre banques centrales, le cas échéant via la Banque des règlements internationaux (BRI) et les comités qu’elle héberge comme le Forum de la stabilité financière (FSF), qui a aidé dès avril 2008 à coordonner les réponses nationales à la crise. L’Union européenne peut aussi jouer un rôle marché de la dette souveraine suggèrentcomme elle l’a fait en Hongrie et en Lettonie. Hélas, les tensions sur le que 2009 sera une année active de ce point de vue. Les dévaluations compétitives sont un autre risque majeur, auquel le format du G7 ne permet plus de répondre — à supposer que tel ait jamais été le cas.

Une compétition mondiale équitable suppose, dans l’immédiat, une limitation des politiques de préférence nationale — sur ce point, c’est le débat en cours aux États-Unis qui donnera le ton — et des normes mondiales harmonisées sur les aspects clés de régulation. Les normes prudentielles fixées par l’accord de Bâle II ont mal passé le test de la crise : le comité de Bâle sur la supervision bancaire, également sous l’égide de la BRI, a engagé leur réexamen et on peut espérer des progrès à moyen terme. La crise met aussi sur la sellette les normes comptables IFRS. L’IASB, qui les édicte, a déçu par sa faible réactivité initiale puis son manque de résistance aux pressions politiques. La perspective de l’adoption des IFRS aux États-Unis semble à nouveau repoussée. En outre, les normes communes ne valent que si leur application locale est suffisamment homogène, ce qui est loin d’être le cas.
Afin de restaurer la confiance, il faudra enfin crédibiliser la supervision des quelques intermédiaires privés mondiaux dont le rôle est vital pour tout le système : les quatre grands réseaux d’audit, les trois grandes agences de notation et les grandes infrastructures de compensation et de règlementlivraison (y compris pour les dérivés de crédit), tous trop intégrés pour être surveillés séparément aux États-Unis, en Europe et ailleurs. Ainsi que, mais c’est à la fois moins urgent et plus difficile, les banques d’investissement et les hedge funds dont l’activité se déploie sur tous les continents.
Les institutions existantes peuvent traiter une partie seulement de ces impératifs, et elles ont toutes besoin d’être réformées. Le G20 est en train de remplacer le G7 comme format de rencontre au plus haut niveau. Un élargissement aux grands émergents est en cours pour le FSF. Le FMI y parviendra si les Européens renoncent à leurs droits de vote aujourd’hui excessifs, et les Américains à leur veto.

L’IASB vient d’annoncer une réforme de ses statuts mais il reste beaucoup à faire pour pérenniser son modèle original de gouvernance privée. Pour la supervision, aucune structure existante n’est bien adaptée : afin de sauvegarder l’intégration financière internationale, il faudra sans doute créer des institutions nouvelles. Qu’on le veuille ou non, Barack Obama et le Congrès américain sont seuls à pouvoir catalyser les débats correspondants pour le reste de la planète.

Les Européens, de leur côté, devront parvenir à mieux surmonter leurs propres divisions pour pouvoir jouer un rôle constructif. Le succès n’est pas garanti.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

Xi, Biden switching strategies for dominance

The US now sees Asia more through an economic lens, while China shifts toward a security focus

By: Alicia García-Herrero Topic: Global economy and trade Date: May 25, 2022
Read about event
 

Past Event

Past Event

Three data realms: Managing the divergence between the EU, the US and China in the digital sphere

Major economies are addressing the challenges brought by digital trade in different ways, resulting in diverging regulatory regimes. How should we view these divergences and best deal with them?

Speakers: Susan Ariel Aaronson, Henry Gao, Esa Kaunistola and Niclas Poitiers Topic: Digital economy and innovation, Global economy and trade Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 19, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Is China’s private sector advancing or retreating?

A look into the Chinese private sector.

Speakers: Reinhard Bütikofer, Nicolas Véron and Alicia García-Herrero Topic: Global economy and trade Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 18, 2022
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Jun
23
14:00

BRI 2.0: How has the pandemic influenced China’s landmark Belt and Road Initiative?

China's Belt and Road Initiative is undergoing a transformation after two years of pandemic. How is it changing and what are the consequences for Europe.

Speakers: Alessia Amighini, Eyck Freymann, Alicia García-Herrero and Zhang Xiaotong Topic: Global economy and trade Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article
 

Blog Post

The EU needs transparent oil data and enhanced coordination

The EU lacks the coordination structure and transparent data necessary to most effectively navigate an embargo on Russian oil.

By: Agata Łoskot-Strachota, Ben McWilliams and Georg Zachmann Topic: Global economy and trade, Green economy Date: May 16, 2022
Read article
 

Blog Post

Now is not the time to confiscate Russia’s central bank reserves

The idea of confiscating the Bank of Russia’s frozen reserves is attractive to some, but at this stage in the Ukraine conflict confiscation would be counterproductive and likely illegal.

By: Joshua Kirschenbaum and Nicolas Véron Topic: Banking and capital markets, Global economy and trade Date: May 16, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Podcast

Podcast

The cost of China's dynamic zero-COVID policy

What does zero-COVID mean for both China and the global economy?

By: The Sound of Economics Topic: Global economy and trade Date: May 11, 2022
Read article More on this topic
 

Opinion

For Europe, an oil embargo is not the way to go

Even at this late hour, the European Union should consider taking a different path.

By: Simone Tagliapietra, Guntram B. Wolff and Georg Zachmann Topic: Global economy and trade Date: May 9, 2022
Read article Download PDF More by this author
 

Book/Special report

European governanceInclusive growth

Bruegel annual report 2021

The Bruegel annual report provides a broad overview of the organisation's work in the previous year.

By: Bruegel Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: May 6, 2022
Read article
 

External Publication

The Global Quest for Green Growth: An Economic Policy Perspective

A review on green growth and degrowth arguments.

By: Klaas Lenaerts, Simone Tagliapietra and Guntram B. Wolff Topic: Global economy and trade, Green economy Date: May 5, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Podcast

Podcast

Global trade Down Under

A conversation on the global trading landscape.

By: The Sound of Economics Topic: Global economy and trade Date: May 4, 2022
Read article More on this topic
 

Opinion

A tariff on imports of fossil fuel from Russia

A tariff on imports of Russian fossil fuels would allow Europe to hit Russia's energy sector without great suffering.

By: Guntram B. Wolff and Georg Zachmann Topic: Global economy and trade Date: May 2, 2022
Load more posts