Blog Post

M. Mittal peut-il dédramatiser la mondialisation

In this column Nicolas Véron examines worries expressed in France about Mittal Steel‘s hostile takeover bid on Arcelor, and finds them largely unfounded.  Ca y est : la mondialisation, pour les Français, a un visage. Avant le 27 janvier, elle était une abstraction anonyme, ce qui la rendait d’autant plus inquiétante. Depuis cette date, elle […]

By: Date: February 11, 2006 Topic: Global economy and trade

In this column Nicolas Véron examines worries expressed in France about Mittal Steel‘s hostile takeover bid on Arcelor, and finds them largely unfounded. 

Ca y est : la mondialisation, pour les Français, a un visage. Avant le 27 janvier, elle était une abstraction anonyme, ce qui la rendait d’autant plus inquiétante. Depuis cette date, elle est en revanche incarnée par Lakshmi Mittal, l’entrepreneur londonien issu de la caste marchande des marwari, plutôt convaincant jusqu’à présent dans son personnage d’Andrew Carnegie du XXIe siècle.
Pour autant, une bonne partie des arguments invoqués pour opposer « Arcelor l’européen » à « Mittal le Global » sonnent creux. Les ambitions de croissance du premier l’ont conduit à gommer déjà beaucoup de particularismes nationaux en son sein, une évolution symbolisée par l’adoption de l’anglais comme langue de travail interne. De son côté, le groupe de Rotterdam a sa part d’héritage occidental mythique depuis le rachat en 2005 de ISG, une sorte d’Arcelor américain issu en 2002 de la fusion de deux des trois grands noms historiques de la sidérurgie aux Etats-Unis, Bethlehem Steel et Republic Steel (devenu LTV en 1984).
En outre, les conditions de travail restent sans doute objectivement plus proches entre les salariés de l’ex- Unimétal en Lorraine, dans le groupe Mittal depuis 1999, et ceux des aciéries d’Arcelor à Liège, Dunkerque ou Avilés qu’entre ces derniers et les travailleurs des hauts-fourneaux brésiliens d’Arcelor, ou de Mittal au Kazakhstan. Par d’autres aspects aussi, Mittal Steel n’est pas très exotique. Sa gouvernance familiale rappelle celle des Michelin, et semble en tout cas mieux encadrée que celle des Mohn chez Bertelsmann. Les droits de vote multiples sont discutables, mais moins léonins que dans la plupart des grands groupes suédois.
Les critères factuels étant ainsi peu conclusifs, on entend ces jours-ci un raisonnement d’un autre ordre. Mittal représenterait un danger par sa conformité aux modèles unificateurs du capitalisme mondialisé, destructeur de droits et de protections, ce dont Arcelor serait prémuni par son ancrage européen, donc supposément en décalage avec les courants globaux. Mais est-il exact que la mondialisation impose aux entreprises un modèle unique ? Cette question est au coeur d’une étude fascinante menée depuis 2000 par des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT), dont la traduction française vient de paraître à point nommé sous le titre Made in Monde (Seuil). La particularité de leur démarche a été de s’appuyer sur des enquêtes de terrain réalisées dans 500 entreprises en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, couvrant à la fois des secteurs de « haute » et « basse » technologie comme l’électronique et le textile. Grande diversité. En se concentrant sur une approche purement microéconomique, et en se refusant à se prononcer a priori sur la supériorité d’un modèle donné d’organisation des firmes, Made in Monde révèle en fait l’extraordinaire diversité des stratégies gagnantes et l’absence de fatalité dans les trajectoires des entreprises et des secteurs d’activité. En particulier, la double problématique de la délocalisation et de l’externalisation (offshoring/outsourcing) est traitée de manière opposée par différentes entreprises, sans que la concurrence ait pour effet d’unifier leurs comportements. Par exemple, Samsung produit l’essentiel de la valeur ajoutée de ses ordinateurs portables, Dell ne fait qu’assembler en quelques minutes des composants fabriqués par des fournisseurs externes, ce qui n’empêche pas ces entreprises d’être toutes les deux prospères et en croissance.
Zara fait fabriquer une grande partie de ses vêtements dans le nord-ouest de l’Espagne, alors que Gap externalise presque tous ses approvisionnements dans des pays émergents. Le livre fourmille de telles mises en perspective et illustre en particulier l’absence de lien évident entre coûts salariaux unitaires et coûts de production, ce qui rend souvent hasardeuse la migration vers les pays à bas salaires dans le seul but de diminuer les prix de revient.
Comme le souligne Suzanne Berger, signataire de Made in Monde au nom de l’équipe du MIT, « la place laissée au choix et à l’action est bien plus vaste que ne le suggèrent les représentations les plus répandues de la mondialisation », selon lesquelles la concurrence globale nivellerait toutes les pratiques pour les faire se conformer à un modèle unique et destructeur d’acquis sociaux.
Considérée à cette aune, l’offre de Mittal se prête à une lecture quelque peu dédramatisée. Elle signifie d’abord que les usines européennes d’Arcelor ont un grand potentiel, y compris pour un industriel rompu à l’expérience des pays à bas salaires. Elle n’implique ni délocalisation, ni externalisation et, de même que la création d’Arcelor en 2001, elle réjouirait sans doute les pères fondateurs de la CECA qui, en 1950, cherchaient à doter l’industrie sidérurgique d’un marché ouvert et à la dissocier des nationalismes qui avaient causé tant de tort à l’Europe. Bien sûr, l’affrontement ne fait sans doute que commencer. Certains actionnaires d’Arcelor semblent douter de la pertinence de la valorisation actuelle de Mittal Steel, et leurs préoccupations sont légitimes compte tenu de la liquidité limitée du titre. Les attaquants doivent aussi se préparer à de longues négociations avec les syndicats, le gouvernement luxembourgeois et bien d’autres. Mais si leur offre aboutit et si leurs pratiques, comme on peut le penser, s’adaptent en douceur au contexte européen, se pourrait-il en définitive que le visage de M. Mittal contribue à nous rendre la mondialisation un peu plus rassurante ?

This comment was published in La Tribune.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read about event
 

Past Event

Past Event

Three data realms: Managing the divergence between the EU, the US and China in the digital sphere

Major economies are addressing the challenges brought by digital trade in different ways, resulting in diverging regulatory regimes. How should we view these divergences and best deal with them?

Speakers: Susan Ariel Aaronson, Henry Gao, Esa Kaunistola and Niclas Poitiers Topic: Digital economy and innovation, Global economy and trade Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 19, 2022
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

Is China’s private sector advancing or retreating?

A look into the Chinese private sector.

Speakers: Reinhard Bütikofer, Nicolas Véron and Alicia García-Herrero Topic: Global economy and trade Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: May 18, 2022
Read article
 

Blog Post

The EU needs transparent oil data and enhanced coordination

The EU lacks the coordination structure and transparent data necessary to most effectively navigate an embargo on Russian oil.

By: Agata Łoskot-Strachota, Ben McWilliams and Georg Zachmann Topic: Global economy and trade, Green economy Date: May 16, 2022
Read article
 

Blog Post

Now is not the time to confiscate Russia’s central bank reserves

The idea of confiscating the Bank of Russia’s frozen reserves is attractive to some, but at this stage in the Ukraine conflict confiscation would be counterproductive and likely illegal.

By: Nicolas Véron and Joshua Kirschenbaum Topic: Banking and capital markets, Global economy and trade Date: May 16, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Podcast

Podcast

The cost of China's dynamic zero-COVID policy

What does zero-COVID mean for both China and the global economy?

By: The Sound of Economics Topic: Global economy and trade Date: May 11, 2022
Read article More on this topic
 

Opinion

For Europe, an oil embargo is not the way to go

Even at this late hour, the European Union should consider taking a different path.

By: Simone Tagliapietra, Guntram B. Wolff and Georg Zachmann Topic: Global economy and trade Date: May 9, 2022
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Jun
23
14:00

BRI 2.0: How has the pandemic influenced China’s landmark Belt and Road Initiative?

China's Belt and Road Initiative is undergoing a transformation after two years of pandemic. How is it changing and what are the consequences for Europe.

Speakers: Alessia Amighini, Eyck Freymann, Alicia García-Herrero and Zhang Xiaotong Topic: Global economy and trade Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read article Download PDF More by this author
 

Book/Special report

European governanceInclusive growth

Bruegel annual report 2021

The Bruegel annual report provides a broad overview of the organisation's work in the previous year.

By: Bruegel Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: May 6, 2022
Read article
 

External Publication

The Global Quest for Green Growth: An Economic Policy Perspective

A review on green growth and degrowth arguments.

By: Klaas Lenaerts, Simone Tagliapietra and Guntram B. Wolff Topic: Global economy and trade, Green economy Date: May 5, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Podcast

Podcast

Global trade Down Under

A conversation on the global trading landscape.

By: The Sound of Economics Topic: Global economy and trade Date: May 4, 2022
Read article More on this topic
 

Opinion

A tariff on imports of fossil fuel from Russia

A tariff on imports of Russian fossil fuels would allow Europe to hit Russia's energy sector without great suffering.

By: Guntram B. Wolff and Georg Zachmann Topic: Global economy and trade Date: May 2, 2022
Read article More on this topic
 

External Publication

How to weaken Russian oil and gas strength

Letter published in Science.

By: Ricardo Hausmann, Agata Łoskot-Strachota, Axel Ockenfels, Ulrich Schetter, Simone Tagliapietra, Guntram B. Wolff and Georg Zachmann Topic: Global economy and trade Date: May 2, 2022
Load more posts