Blog Post

Les IFRS et la malédiction de Babel

Le 14 décembre 2001, le commissaire européen, Frits Bolkestein, présentait la version finale du règlement d’adoption des normes comptables IFRS, un texte qui « ouvrirait une nouvelle ère de transparence et mettrait fin à la Tour de Babel actuelle de l’information financière » en Europe. Ainsi devait-on retrouver l’âge d’or où les hommes ne parlaient […]

By: Date: October 8, 2005 Topic: Banking and capital markets

Le 14 décembre 2001, le commissaire européen, Frits Bolkestein, présentait la version finale du règlement d’adoption des normes comptables IFRS, un texte qui « ouvrirait une nouvelle ère de transparence et mettrait fin à la Tour de Babel actuelle de l’information financière » en Europe. Ainsi devait-on retrouver l’âge d’or où les hommes ne parlaient qu’une seule langue, avant que l’Eternel les « disperse sur la face de toute la terre » (Genèse 11).
Aujourd’hui, les anciennes normes nationales sont certes en voie d’abandon pour les comptes consolidés des sociétés cotées, mais les IFRS risquent de connaître à leur tour une fragmentation de leur usage. La « confusion du langage », qui dans la Bible frappe les bâtisseurs de Babel après l’intervention divine, est loin d’être conjurée.
Depuis quelques semaines, les IFRS sont une réalité. La première publication selon les nouvelles normes, celle des comptes au 1er semestre 2005, a eu lieu sans accident majeur apparent ; analystes et investisseurs s’habituent peu à peu aux nouveaux standards. La comparaison avec les anciens comptes en normes françaises reste quelque peu obscure, mais cette transition sera vite oubliée. Comme pour l’an 2000 et le passage à l’euro, l’obstacle a été passé sans que les catastrophes annoncées par certains se matérialisent. Plusieurs bénéfices attendus des nouvelles normes sont au rendez-vous.
D’abord, une transparence renforcée, ainsi sur l’utilisation des produits dérivés et l’« information sectorielle » (norme IAS 14), qui permet par exemple de connaître pour la première fois la répartition géographique des revenus des banques françaises. Ensuite, une pertinence accrue : la réintégration en passifs d’éléments hors bilan et la suppression de l’amortissement du goodwill ont modifié l’apparence des comptes et les investisseurs en semblent plutôt satisfaits, même si certains choix techniques de l’IASB (International Accounting Standards Board, organisme chargé d’élaborer les normes comptables internationales) ne font pas l’unanimité. Comparabilité. Toutefois, ces acquis restent marginaux au regard de la dépense importante qu’a représentée l’adoption des IFRS, qui se justifie avant tout par l’objectif de comparabilité transfrontalière (et transsectorielle) des comptes afin de faire remonter l’Europe à un état « pré-Babélien ». Or ces normes sont « principles-based », elles se limitent le plus souvent à des principes généraux plutôt qu’à des règles précises qui pourraient facilement être contournées – comme cela a pu être le cas dans certains montages financiers d’Enron avec les normes US GAAP, nettement plus détaillées. Mais cet avantage potentiel a pour corollaire que l’interprétation des normes et la manière dont elles sont mises en oeuvre dans la multitude des cas particuliers d’application sont aussi déterminantes que les normes elles-mêmes.
Pour que l’objectif de comparabilité soit atteint, il faut donc assurer la cohérence des interprétations et des applications. Or, ce n’est pas le cas aujourd’hui. Les entreprises se coordonnent partiellement et les réseaux d’audit s’efforcent de promouvoir des solutions communes, mais les différences de pratiques demeurent fortes d’un pays ou d’un secteur à l’autre, ainsi sur la capitalisation des dépenses de recherche-développement, le découpage par segments selon IAS 14, ou les choix de méthodes d’évaluation. La convergence ne se fera pas spontanément car les intérêts en jeu sont trop contradictoires, et pour cette raison la création cette année d’un « forum européen » pour l’interprétation des IFRS, rassemblant tous les acteurs mais dépourvu de capacité d’arbitrage, ne changera guère la donne.
Seule une autorité jugée compétente et légitime peut assurer la cohérence, comme le fait la SEC aux Etats-Unis. Mais, en Europe, les régulateurs boursiers restent confinés dans leurs périmètres nationaux respectifs, et leur coordination demeure balbutiante à travers le Cesr (Comité des régulateurs européens), qui n’a encore que peu de moyens, une gouvernance rudimentaire, et pas de pouvoir de décision. Quant aux acteurs privés, ils n’ont pas à ce jour réussi à construire des mécanismes alternatifs crédibles de régulation collective – à l’exception sans doute de l’IASB lui-même, mais celui-ci se refuse à intervenir dans la plupart des débats d’interprétation.
Le bon sens exige pourtant que le pilotage de la mise en oeuvre des IFRS ne se fasse plus sur une base strictement nationale. L’idéal serait une forme de « juge de paix » européen commun dont les interprétations s’imposeraient à chaque autorité de marché, mais l’état actuel de déprime communautaire rend cette option peu réaliste à court terme.
Une alternative pourrait être la mise en commun de ressources par plusieurs régulateurs, sans attendre un accord à Vingt-Cinq. Pourquoi pas une fusion des directions comptables des gendarmes boursiers français, allemand et italien, par exemple, selon un schéma ouvert à d’autres par la suite ? L’autonomie de gestion acquise par l’AMF et ses homologues permet d’envisager ce type de « service partagé », qui devrait être doté de moyens juridiques, financiers et humains suffisants pour assurer son efficacité. A l’inverse, si les tergiversations devaient durer plusieurs années, les marchés le supporteraient mal et les risques d’accidents comptables majeurs en seraient multipliés d’autant. Une chose est sûre : il faudra encore faire preuve d’audace pour délivrer les entreprises de la malédiction de Babel.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article
 

Blog Post

European governance

Opaque and ill-defined: the problems with Europe’s IPCEI subsidy framework

Lack of strict governance and transparency creates serious risk that fair competition within the single market will be undermined. Fundamental overhaul of the framework is needed.

By: Niclas Poitiers and Pauline Weil Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 26, 2022
Read article More by this author
 

Podcast

Podcast

Turkey’s economic struggles

Will inflation continue to surge?

By: The Sound of Economics Topic: Global economy and trade, Macroeconomic policy Date: January 26, 2022
Read about event
 

Past Event

Past Event

Nonperforming Loans in Asia and Europe—Causes, Impacts, and Resolution Strategies

What can we learn from the experiences of Asia and Europe with regard to NPLs during the financial crisis to help us weather the current and future ones?

Speakers: Rebecca Christie, Luis de Guindos, Alexander Lehmann, Cyn-Young Park, John Fell and Santiago Fernández de Lis Topic: Banking and capital markets, Global economy and trade Date: January 20, 2022
Read article More by this author
 

Opinion

European governance

The euro comes of age

A well-functioning euro reflects a degree of unity that allows the EU to credibly claim a position at the global table and therefore help shape the policies that will deal with global problems. That is a decisive success.

By: Maria Demertzis Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 13, 2022
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

A role for the Recovery and Resilience Facility in a new fiscal framework

Discussions on reforming European Union fiscal rules must consider a more permanent but targeted role for the Recovery and Resilience fund to meet climate ambitions.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: January 10, 2022
Read article More by this author
 

Podcast

Podcast

The European economy in 2022

What are the economic priorities for the new year?

By: The Sound of Economics Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 5, 2022
Read article More by this author
 

Opinion

European governance

The Euro at 20

The euro’s advocates hoped that the single currency would deliver economic and financial integration, policy convergence, political amalgamation, and global influence. While these predictions were often wide of the mark, the euro has arguably proven to be a wise investment.

By: Jean Pisani-Ferry Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: January 3, 2022
Read article
 

Blog Post

European governanceInclusive growth

12 Charts for 21

A selection of charts from Bruegel’s weekly newsletter, analysis of the year and what it meant for the economy in Europe and the world.

By: Hèctor Badenes, Henry Naylor, Giuseppe Porcaro and Yuyun Zhan Topic: Banking and capital markets, Digital economy and innovation, European governance, Global economy and trade, Green economy, Inclusive growth, Macroeconomic policy Date: December 21, 2021
Read article
 

Blog Post

European governance

Policy coordination failures in the euro area: not just an outcome, but by design

Discussions on the fiscal framework should aim to correct its procyclical nature with a view to promoting more cooperative outcomes.

By: Maria Demertzis and Nicola Viegi Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: December 20, 2021
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

The EU’s new foreign investment screening mechanism

At this members-only event we will discuss the European Commission's new foreign investment screening mechanism

Speakers: Damien Levie and Nicolas Véron Topic: Banking and capital markets Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: December 17, 2021
Read article
 

External Publication

European governance

EU borrowing—time to think of the generation after next

Financing post-pandemic recovery via EU borrowing has proved remarkably straightforward. So why keep it temporary?

By: Grégory Claeys, Rebecca Christie and Pauline Weil Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: December 9, 2021
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How to deal with small banks: consolidation, tailoring and the fintech challenge

Small banks face multiple challenges. What structural changes are needed to tackle these pressures?

Speakers: Alexander Lehmann, Nicolas Véron, Xavier Vives, Anne Fröhling and Philip Evans Topic: Banking and capital markets Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels Date: December 9, 2021
Load more posts