Blog Post

Les IFRS et la malédiction de Babel

Le 14 décembre 2001, le commissaire européen, Frits Bolkestein, présentait la version finale du règlement d’adoption des normes comptables IFRS, un texte qui « ouvrirait une nouvelle ère de transparence et mettrait fin à la Tour de Babel actuelle de l’information financière » en Europe. Ainsi devait-on retrouver l’âge d’or où les hommes ne parlaient […]

By: Date: October 8, 2005 Topic: Banking and capital markets

Le 14 décembre 2001, le commissaire européen, Frits Bolkestein, présentait la version finale du règlement d’adoption des normes comptables IFRS, un texte qui « ouvrirait une nouvelle ère de transparence et mettrait fin à la Tour de Babel actuelle de l’information financière » en Europe. Ainsi devait-on retrouver l’âge d’or où les hommes ne parlaient qu’une seule langue, avant que l’Eternel les « disperse sur la face de toute la terre » (Genèse 11).
Aujourd’hui, les anciennes normes nationales sont certes en voie d’abandon pour les comptes consolidés des sociétés cotées, mais les IFRS risquent de connaître à leur tour une fragmentation de leur usage. La « confusion du langage », qui dans la Bible frappe les bâtisseurs de Babel après l’intervention divine, est loin d’être conjurée.
Depuis quelques semaines, les IFRS sont une réalité. La première publication selon les nouvelles normes, celle des comptes au 1er semestre 2005, a eu lieu sans accident majeur apparent ; analystes et investisseurs s’habituent peu à peu aux nouveaux standards. La comparaison avec les anciens comptes en normes françaises reste quelque peu obscure, mais cette transition sera vite oubliée. Comme pour l’an 2000 et le passage à l’euro, l’obstacle a été passé sans que les catastrophes annoncées par certains se matérialisent. Plusieurs bénéfices attendus des nouvelles normes sont au rendez-vous.
D’abord, une transparence renforcée, ainsi sur l’utilisation des produits dérivés et l’« information sectorielle » (norme IAS 14), qui permet par exemple de connaître pour la première fois la répartition géographique des revenus des banques françaises. Ensuite, une pertinence accrue : la réintégration en passifs d’éléments hors bilan et la suppression de l’amortissement du goodwill ont modifié l’apparence des comptes et les investisseurs en semblent plutôt satisfaits, même si certains choix techniques de l’IASB (International Accounting Standards Board, organisme chargé d’élaborer les normes comptables internationales) ne font pas l’unanimité. Comparabilité. Toutefois, ces acquis restent marginaux au regard de la dépense importante qu’a représentée l’adoption des IFRS, qui se justifie avant tout par l’objectif de comparabilité transfrontalière (et transsectorielle) des comptes afin de faire remonter l’Europe à un état « pré-Babélien ». Or ces normes sont « principles-based », elles se limitent le plus souvent à des principes généraux plutôt qu’à des règles précises qui pourraient facilement être contournées – comme cela a pu être le cas dans certains montages financiers d’Enron avec les normes US GAAP, nettement plus détaillées. Mais cet avantage potentiel a pour corollaire que l’interprétation des normes et la manière dont elles sont mises en oeuvre dans la multitude des cas particuliers d’application sont aussi déterminantes que les normes elles-mêmes.
Pour que l’objectif de comparabilité soit atteint, il faut donc assurer la cohérence des interprétations et des applications. Or, ce n’est pas le cas aujourd’hui. Les entreprises se coordonnent partiellement et les réseaux d’audit s’efforcent de promouvoir des solutions communes, mais les différences de pratiques demeurent fortes d’un pays ou d’un secteur à l’autre, ainsi sur la capitalisation des dépenses de recherche-développement, le découpage par segments selon IAS 14, ou les choix de méthodes d’évaluation. La convergence ne se fera pas spontanément car les intérêts en jeu sont trop contradictoires, et pour cette raison la création cette année d’un « forum européen » pour l’interprétation des IFRS, rassemblant tous les acteurs mais dépourvu de capacité d’arbitrage, ne changera guère la donne.
Seule une autorité jugée compétente et légitime peut assurer la cohérence, comme le fait la SEC aux Etats-Unis. Mais, en Europe, les régulateurs boursiers restent confinés dans leurs périmètres nationaux respectifs, et leur coordination demeure balbutiante à travers le Cesr (Comité des régulateurs européens), qui n’a encore que peu de moyens, une gouvernance rudimentaire, et pas de pouvoir de décision. Quant aux acteurs privés, ils n’ont pas à ce jour réussi à construire des mécanismes alternatifs crédibles de régulation collective – à l’exception sans doute de l’IASB lui-même, mais celui-ci se refuse à intervenir dans la plupart des débats d’interprétation.
Le bon sens exige pourtant que le pilotage de la mise en oeuvre des IFRS ne se fasse plus sur une base strictement nationale. L’idéal serait une forme de « juge de paix » européen commun dont les interprétations s’imposeraient à chaque autorité de marché, mais l’état actuel de déprime communautaire rend cette option peu réaliste à court terme.
Une alternative pourrait être la mise en commun de ressources par plusieurs régulateurs, sans attendre un accord à Vingt-Cinq. Pourquoi pas une fusion des directions comptables des gendarmes boursiers français, allemand et italien, par exemple, selon un schéma ouvert à d’autres par la suite ? L’autonomie de gestion acquise par l’AMF et ses homologues permet d’envisager ce type de « service partagé », qui devrait être doté de moyens juridiques, financiers et humains suffisants pour assurer son efficacité. A l’inverse, si les tergiversations devaient durer plusieurs années, les marchés le supporteraient mal et les risques d’accidents comptables majeurs en seraient multipliés d’autant. Une chose est sûre : il faudra encore faire preuve d’audace pour délivrer les entreprises de la malédiction de Babel.


Republishing and referencing

Bruegel considers itself a public good and takes no institutional standpoint. Anyone is free to republish and/or quote this post without prior consent. Please provide a full reference, clearly stating Bruegel and the relevant author as the source, and include a prominent hyperlink to the original post.

Read article
 

External Publication

European Parliament

Tailoring prudential policy to bank size: the application of proportionality in the US and euro area

In-depth analysis prepared for the European Parliament's Committee on Economic and Monetary Affairs (ECON).

By: Alexander Lehmann and Nicolas Véron Topic: Banking and capital markets, European Parliament, Macroeconomic policy Date: October 14, 2021
Read article More by this author
 

External Publication

Global Economic Resilience: Building Forward Better

A roadmap for systemic economic reform calling for step-change in global economic governance to increase resilience and build forward better from economic shocks, prepared for the G7 Advisory Panel on Economic Resilience.

By: Thomas Wieser Topic: Global economy and trade, Macroeconomic policy Date: October 14, 2021
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Oct
20
13:00

Monetary policy in the time of climate change

How does climate change influence monetary policy in the eurozone? What potential monetary policy measures should be taken up to address climate risks?

Speakers: Maria Demertzis, Cornelia Holthausen and Jean Pisani-Ferry Topic: Banking and capital markets Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic
 

Upcoming Event

Nov
4
14:00

European monetary policy: lessons from the past two decades

This event will feature the presentation of “Monetary Policy in Times of Crisis – A Tale of Two Decades of the European Central Bank."

Speakers: Grégory Claeys and Wolfgang Lemke Topic: Macroeconomic policy Location: Bruegel, Rue de la Charité 33, 1210 Brussels
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

What is the link between biodiversity loss and financial instability?

Biodiversity loss impacts financial stability. How big is the risk of biodiversity loss for financial institutions?

Speakers: Sylvie Goulard, Romain Svartzman, Guntram B. Wolff and Michael Wilkins Topic: Banking and capital markets Date: October 5, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

Letter: Declining investment may explain why rates are low

Perhaps an analysis of the causes of the declining investment rate would bring us closer to explaining why real interest rates are so low.

By: Marek Dabrowski Topic: Macroeconomic policy Date: October 1, 2021
Read article More by this author
 

Podcast

Podcast

A green fiscal pact

How can the European Union increase green public investment while consolidating budget deficits?

By: The Sound of Economics Topic: European governance, Macroeconomic policy Date: September 29, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Blog Post

Monetary arithmetic and inflation risk

Between 2007 and 2020, the balance sheets of the European Central Bank, the Bank of Japan, and the Fed have all increased about sevenfold. But inflation stayed low throughout the 2010s. This was possible due to decreasing money velocity and the money multiplier. However, a continuation of asset purchasing programs by central banks involves the risk of higher inflation and fiscal dominance.

By: Marek Dabrowski Topic: Macroeconomic policy Date: September 28, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Opinion

The pandemic’s uncertain impact on productivity

The pandemic has certainly permanently affected our way of working. Whether this is for the better remains to be seen.

By: Maria Demertzis Topic: Macroeconomic policy Date: September 28, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

External Publication

Brexit and European finance: Prolonged limbo

It will take longer than many had anticipated for the dust to settle on the post-Brexit financial landscape and its respective implications for the EU and the UK.

By: Nicolas Véron Topic: Banking and capital markets Date: September 24, 2021
Read about event More on this topic
 

Past Event

Past Event

How to strike the right balance between the three pillars of the pension system?

In this event panelists will discuss the future of European pension schemes.

Speakers: Elsa Fornero, Svend E. Hougaard Jensen and Suvi-Anne Siimes Topic: Macroeconomic policy Date: September 23, 2021
Read article More on this topic More by this author
 

Blog Post

Germany’s foreign economic policy: four essential steps

Germany and the EU need to develop a strong and proactive agenda to manage foreign economic relations, which are essential for German and European prosperity.

By: Guntram B. Wolff Topic: Macroeconomic policy Date: September 23, 2021
Load more posts